Evénements du 23 avril 2020

  • Libérer les femmes, changer le monde. Le féminisme des années 70 en Belgique

    12.02.2020  >  03.05.2020

    • Exposition
    Au début des années 1970, les féministes sont dans la rue. Aujourd’hui, leurs revendications et leurs analyses restent d’une brulante actualité. Car malgré d’indéniables progrès, beaucoup reste à faire pour une société égalitaire.

    Lire la suite

    Au début des années 1970, les féministes sont dans la rue. Donnant un nouveau souffle à d’anciennes revendications, elles exigent pour les femmes l’égalité dans la famille, à l’école, au travail et dans la loi. Elles portent aussi un nouveau regard sur le corps, dénoncent les préjugés et les violences et réclament une sexualité épanouie et le droit de maîtriser sa fécondité. Leur militance est jeune et dynamique : elles écrivent, s’assemblent, manifestent et organisent des actions joyeuses et tapageuses dans l’espoir d’une société solidaire, égalitaire et épanouissante pour tous et toutes. Aujourd’hui, leurs revendications et leurs analyses restent d’une brulante actualité. Car malgré d’indéniables progrès, beaucoup reste à faire pour une société égalitaire. Une exposition du Centre d’Archives et de Recherches pour l’Histoire des Femmes.
    Lieu
    musée BELvue
    Place des Palais, 7
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 500 45 54
    Réservation : +32 2 500 45 54
    info@belvue.be
    http://www.belvue.be
  • Reflets d’un banquet

    21.04.2020  >  26.04.2020

    • Théâtre
    « On ne désire pas une chose quand on croit qu’elle ne vous manque pas. »

    Lire la suite

    C’est soir de fête. Le jeune poète Agathon, véritable star littéraire de l’époque, invite ses amis, les plus beaux parleurs de la cité, pour célébrer le succès de sa dernière tragédie En fin de soirée, un défi est lancé : celui qui fera le plus bel éloge de l’amour gagnera. Au départ d’un texte millénaire, multipliant les anachronismes, transgressant les frontières avec conscience et joie, Pauline d’Ollone a réécrit le texte de Platon, donnant à cette suite d’éloges de l’amour plus d’oralité, y laissant la parole à une femme, les dynamisant jusqu’à retrouver l’émulation langagière des battles de rap ou de hip-hop, privilégiant autant la superbe de l’éloquence que le chemin de la pensée et ses errances. Les débatteurs se convainquent l’un l’autre, s’enthousiasment, partent dans une danse effrénée, en rient, se chamaillent, le banquet part en vrille, devient un bordel loufoque et magnifique où le trivial côtoie le sublime… jusqu’à ce que Socrate les mette en garde contre la séduction de certaines idéologies, appelle à l’exercice d’un esprit libre et critique.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Un tramway nommé désir

    21.04.2020  >  30.04.2020

    • Théâtre
    "Je n’aime pas la réalité, j’aime la magie !"

    Lire la suite

    C’est l’histoire de la confrontation de deux mondes opposés : celui de Blanche, mue par son passé et son héritage, et celui de Stanley, riche de son avenir et de sa force de travail. C’est aussi le portrait de femmes, de deux sœurs désunies. L’une vieillissante, fragile et apeurée devant la beauté flétrie et le temps qui passe, s’échappe dans un monde de fantasmes, tandis que l’autre tente de s’accrocher à la vie.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Silent Disco

    21.04.2020  >  30.04.2020

    • Théâtre
    À l’origine des projets de Gurshad Shaheman, il y a toujours la réalité comme lecture subjective du monde. Silent disco interroge la construction de l’identité et l’appartenance au monde. Le spectacle se penche plus spécifiquement sur la sortie de l’adolescence, moment où l’on découvre souvent l’amour, mais aussi la souffrance.

    Lire la suite

    À l’origine des projets de Gurshad Shaheman, il y a toujours la réalité comme lecture subjective du monde. L’artiste franco-iranien puise son inspira on dans des récits in mes, dans le vécu, autant le sien que celui des autres. Dans la lignée directe de ses projets précédents, Silent disco interroge la construction de l’iden té et l’appartenance au monde. Le spectacle se penche plus spécifiquement sur la sortie de l’adolescence, ce moment-charnière où l’intériorité est à la fois en crise et en sur-affirmation. Moment où l’on découvre souvent l’amour, mais aussi la souffrance. Sur scène, dix jeunes filles et garçons, entre 16 et 22 ans, sont équipés d’un casque et dansent sur leur propre musique. Parfois, l’un d’entre eux re re son casque, sort de sa bulle et vient raconter aux spectateurs des bribes de sa propre vie. Rapidement, on comprend le point commun qui rassemble ces jeunes gens: ils sont tous en rupture avec leur famille. Mariages forcés, refus de leur homosexualité, incompréhension... sont autant de critères qui peuvent amener un jeune à fuir le domicile parental, à être rejeté ou abandonné. Comment se reconstruire avec l’amour et le désamour ? Chacun est amené à remettre en perspective son vécu, par le biais de l’écriture et du théâtre. Petit à petit, la parole se libère et la musique de chacun, ce lieu de refuge au quotidien, contamine les autres et se partage. Les récits individuels se succèdent, s’entremêlent et résonnent ensemble pour peindre au final, par petites touches, un portrait allégorique de la fin de l’adolescence et une affirmation de soi.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Brussels Short Film Festival

    22.04.2020  >  02.05.2020

    • Festival

    Lire la suite

    Le Brussels Short Film Festival, qui en est à sa 23e édition, est devenu l'un des plus importants festivals de courts-métrages au monde. Attirant à présent 300.000 spectateurs, la sélection a elle aussi explosé : 60 films choisis parmi plus de 4.000 propositions venant de 90 pays ! En-dehors des projections, vous pourrez aussi assister à des ateliers, mais surtout boire une bonne bière au bar d’un des festivals les plus conviviaux de la capitale.
    Lieu
    Divers lieux à Bruxelles
    Divers lieux à Bruxelles
    1000 Bruxelles
    http://www.lestanneurs.be
  • Ashes to ashes

    23.04.2020  >  02.05.2020

    • Théâtre
    Zalmen Gradowski le répète régulièrement: s’il écrit c’est pour que l’on sache, pour que les gens n’oublient pas, pour que tout cela ne soit pas vain, ...

    Lire la suite

    ...pour que l’amnésie et l’ignorance n’emportant pas une nouvelle fois ses frères et soeurs. Il n’écrit fondamentalement pas pour lui, bien que ce geste lui apporte un peu de douceur dans cet enfer. Il écrit pour les suivants, pour ceux qui ne voudront pas croire et ne pourront pas imaginer la tragédie de ces êtres abandonnés de tous. Par cet acte, cette résistance, il tente de nous avertir des dangers et des beautés de sa propre humanité. C’est une mise en garde sur la tragique ambivalence de l’être humain, qui était, est et sera toujours successivement bourreau et victime de sa propre humanité. C’est le concept même de la « ZONE GRISE qui est véritablement à la base de Ashes to Ashes. Il est frappant de découvrir les incontestables qualités littéraires des manuscrits de Zalmen Gradowski. Il témoigne de cet enfer avec un vrai talent littéraire, une qualité d’écriture, une richesse poétique et une sensibilité psychologique presque inconcevable vu le lieu et l’état dans lequel il les rédige. Avec la précieuse collaboration d’Agnès Limbos, l’adaptation théâtrale est faite de matière d’argile, de musique et de parole: tout cela nous permettra de redonner une voix nuancée, polymorphe et lucide à ces hommes qui furent abandonnés à leur sort, condamnés tout autant par leurs bourreaux que par leurs pairs. (Simon Wauters) Après avoir été salué au Festival de Liège, Ashes to Ashes nous arrive à Bruxelles. « Un BIJOU » (Le Soir _ Catherine Makereel - 22/03/2010) Gros coup de coeur pour Ashes to Ashes ou comment le sort terrible des sonderkommandos en manipulant de la terre glaise. Agile Argile! Ce petit moment dr suspension avant que ne retentissent les applaudissements. Ces quelques minutes d’un lourd silence, le temps que tout, le monde rassemble ses émotions. Ce curieux instant en apnée illustre mieux que tous les mots l’émoi qui étrangle les spectateurs à la fin de Ashes to Ashes, spectacle de Simon Wauters accompagné par Agnès Limbos. Ce théâtre d’objet ciselé s’inspire du recueil Des voix sous la cendre et ces manuscrits retrouvés dans le sol calciné d’Auschwitz-Birkenau. Et en particulier du témoignage de Zalmen Gradowski, membre d’un sonderkommando, ainsi qu’on appelait ces groupes de prisonniers, juifs pour la plupart, contraints par les SS d’extraire les cadavres des chambres à gaz, de les brûler dans les crématoires et de disperser les cendres. Espérant laisser au monde un témoignage de l’horreur, Zalmen Gradowski a rédigé ses notes dans la clandestinité avant de les cacher dans une gourde de fer, sous la cendre. Si l’auteur n’a pas survécu à sa détention, son manuscrit a été exhumé après la guerre, éclairant la terrible réalité de ces hommes condamnés tout autant par leurs bourreaux que par leurs pairs. Pour donner corps à ce récit terrifiant, Simon Wauters a eu la brillante idée de manipuler de la terre glaise. De cette argile, il tisse un théâtre agile. Quelle meilleure métaphore que cette matière proche de la boue pour évoquer l’enfer dans lequel furent englués des millions de déportés? D’une force visuelle implacable, Ashes to Ashes regorge de trouvailles symboliques. Tout commence dans un nouage de poussière quand notre narrateur balaye les cendres qui recouvrent sa table de travail, pour y déposer un bloc d’argile o sculpter sa cruelle histoire. Il y tracera des signes évoquant l’hébreu. Il séparera la masse limoneuse avec un fil tranchant pour illustrer la manière dont les nazis opéraient d’arbitraires divisions entre les « appelés et les non appelés », mais aussi la façon dont le système des soderkommandos brisait tout lien dans la communauté et infligeait un tiraillement et une culpabilité atroces chez ceux qui étaient épargnés, pour un temps. Il extraira de la glaise des personnes minuscules et vulnérables ou des colosses effrayants. Il laissera s’y refléter des photos, dessins ou vélos d’archives convoquant les fumées noires ou les uniformes rayés. Il amoncellera ses petits corps de terre dans ce qui rappelle un charnier. Un tampon administratif suffit à évoquer un officier nazi; un tube métallique érige la cheminée d’un crématoire, une bougie renvoie à toutes ces vies incendiées. Chaque seconde du spectacle est ainsi chargée d’images puissantes, appuyées par des lumières crépusculaires et une musique obsédante. Que dire encore de cette dernière image choc, dont on vus laisse la surprise, subtil rappel qu’à travers les âges, et aujourd’hui encore, la déshumanisation guette?
    Lieu
    Théâtre Poème 2
    d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 538 63 58
    http://www.theatrepoeme.be
  • Tour des Blocs

    23.04.2020

    • Festival
    De novembre à juin, DES BLOCS s’exportent hors des murs de la Cité Modèle pour aller à la rencontre d’autres lieux phares de la vie culturelle bruxelloise avec, à chaque fois, la mise à l’honneur d’une discipline (photo, cinéma, théâtre, musique, calligraphie…).

    Lire la suite

    De novembre à juin, DES BLOCS s’exportent hors des murs de la Cité Modèle pour aller à la rencontre d’autres lieux phares de la vie culturelle bruxelloise avec, à chaque fois, la mise à l’honneur d’une discipline (photo, cinéma, théâtre, musique, calligraphie…).
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Folklore imaginaire

    23.04.2020  >  25.04.2020

    • Cours, Stages et Ateliers
    Dans l’œuvre de Patrick Corillon, l’imaginaire et la réalité se confondent. Il y a toujours un doute : peut-être ses histoires ou ses objets ont-ils réellement existé, peut-être pas ? C’est dans la complicité de cette incertitude et des questions amusantes qui en découlent que se créé le lien avec le visiteur/spectateur/lecteur.  S’emparer de la réalité, la détourner, à la façon de Patrick Corillon. Le temps de cet atelier, initié par Dominique Roodhooft, auteure et metteuse en scène, se faire archéologue du fabuleux et créer un folklore imaginaire à travers l’écriture et la création d’un objet plastique (livre, affiche, croquis, collage, masque, montage photographique, maquette, cartes de géographie, chanson...). Objets présentés comme autant de vestiges, traces, outils, ayant appartenu, étant utilisés et/ou fabriqués par les protagonistes des histoires populaires. L’atelier ne requiert aucune compétence particulière si ce n’est le désir de s’essayer à l’écriture et à la création d’un objet plastique.   Dominique Roodthooft Le travail de Dominique Roodthooft relève d’une écriture de plateau ou de montage de textes souvent non-théâtraux. Influencée par son premier métier d’assistante sociale dans le milieu de la pédagogie, ses créations touchent à « la vraie vie ». Parmi elles, L’Opéra bègue produit par LOD à Gand (Prix du Théâtre 2004, Meilleure scénographie) ; Smatch 1 (2009) qui sera présenté au Festival IN d’Avignon (2010) puis Smatch 2 (2011) qui seront tous deux créés au Kunstenfestivaldesarts. Smatch 3 le dernier opus est créé en 2013 au KVS. Plutôt qu’une série, Smatch est un principe, un principe de narration, une façon de travailler tant sur la forme que sur le fond. A savoir: créer des ponts entre l’art, la science et la philosophie sous une forme ludique de contrepied et ce, afin de lutter contre l’impuissance et la désespérance dans laquelle on nous place. Ses différentes recherches de matières à penser le monde sur la scène vont également nourrir le Thinker’s corner (2016), une expérience d’art vivant et de savoir partagé dans l’espace public, qui a été présenté à Liège et dans le festival d’Avignon au Théâtre des Doms. Parallèlement à son rôle de directrice artistique du CORRIDOR, elle vient de créer « COCON ! » en octobre 2018.

    Lire la suite

    Dans l’œuvre de Patrick Corillon, l’imaginaire et la réalité se confondent. Il y a toujours un doute : peut-être ses histoires ou ses objets ont-ils réellement existé, peut-être pas ? C’est dans la complicité de cette incertitude et des questions amusantes qui en découlent que se créé le lien avec le visiteur/spectateur/lecteur.  S’emparer de la réalité, la détourner, à la façon de Patrick Corillon. Le temps de cet atelier, initié par Dominique Roodhooft, auteure et metteuse en scène, se faire archéologue du fabuleux et créer un folklore imaginaire à travers l’écriture et la création d’un objet plastique (livre, affiche, croquis, collage, masque, montage photographique, maquette, cartes de géographie, chanson...). Objets présentés comme autant de vestiges, traces, outils, ayant appartenu, étant utilisés et/ou fabriqués par les protagonistes des histoires populaires. L’atelier ne requiert aucune compétence particulière si ce n’est le désir de s’essayer à l’écriture et à la création d’un objet plastique.   Dominique Roodthooft Le travail de Dominique Roodthooft relève d’une écriture de plateau ou de montage de textes souvent non-théâtraux. Influencée par son premier métier d’assistante sociale dans le milieu de la pédagogie, ses créations touchent à « la vraie vie ». Parmi elles, L’Opéra bègue produit par LOD à Gand (Prix du Théâtre 2004, Meilleure scénographie) ; Smatch 1 (2009) qui sera présenté au Festival IN d’Avignon (2010) puis Smatch 2 (2011) qui seront tous deux créés au Kunstenfestivaldesarts. Smatch 3 le dernier opus est créé en 2013 au KVS. Plutôt qu’une série, Smatch est un principe, un principe de narration, une façon de travailler tant sur la forme que sur le fond. A savoir: créer des ponts entre l’art, la science et la philosophie sous une forme ludique de contrepied et ce, afin de lutter contre l’impuissance et la désespérance dans laquelle on nous place. Ses différentes recherches de matières à penser le monde sur la scène vont également nourrir le Thinker’s corner (2016), une expérience d’art vivant et de savoir partagé dans l’espace public, qui a été présenté à Liège et dans le festival d’Avignon au Théâtre des Doms. Parallèlement à son rôle de directrice artistique du CORRIDOR, elle vient de créer « COCON ! » en octobre 2018.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Ouragan

    23.04.2020  >  24.04.2020

    • Théâtre
    Ouragan raconte une nuit d’insomnie d’Abdeslam, un coursier à vélo

    Lire la suite

    Avertissement Ce projet aurait pu s’appeler DOUCEUR ou VIOLENCE. OURAGAN raconte une nuit d’insomnie d’Abdeslam, un coursier à vélo. Seul dans son appartement, renversé dans son fauteuil, noyé dans la fumée et les idées noires... Cette pièce s'intitule OURAGAN, mais aurait tout aussi bien pu s'appeler DOUCEUR ou VIOLENCE. Avec une douce absurdité et une surprenante distribution hexacéphale, les Bruxellois du Boréal captent l'insoutenable légèreté de l'être dans la jungle urbaine.
    Lieu
    KVS
    Quai aux Pierres de Taille, 7
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 210 11 12
    Réservation : +32 2 210 11 12
    info@kvs.be
    http://www.kvs.be