Evénements du 11 février 2020

  • WTC A Love Story - 431 (Lietje Bauwens & Wouter de Raeve)

    11.02.2020

    • Cinéma
    Dans les années 70, les deux tours du World Trade Center couronnaient le quartier nord de Bruxelles, rebaptisé Little Manhattan. Le projet a échoué, laissant en grande partie les tours et les environs à l’abandon. Depuis la fin de l’année 2017, le propriétaire des tours fait preuve d’un intérêt renouvelé pour le quartier. Témoins privilégiés des changements en cours dans la zone, Lietje Bauwens et Wouter de Raeve ont décidé de prendre part au débat en réalisant un film avec les acteurs qui exigent d’avoir leur mot à dire dans cette transition.
    Lire la suite
    Dans les années 70, les deux tours du World Trade Center couronnaient le quartier nord de Bruxelles, rebaptisé Little Manhattan. Le projet a échoué, laissant en grande partie les tours et les environs à l’abandon. Depuis la fin de l’année 2017, le propriétaire des tours fait preuve d’un intérêt renouvelé pour le quartier. Témoins privilégiés des changements en cours dans la zone à partir de leur studio au 25e étage de la Tour 1 du WTC, Lietje Bauwens et Wouter de Raeve ont décidé de prendre part au débat en réalisant un film avec les acteurs qui exigent d’avoir leur mot à dire dans cette transition : des politiciens, un activiste, le propriétaire privé, des designers et bien d’autres. Prenant les tours WTC pour objet, le projet cinématographique démêle les relations de pouvoir entre les différents acteurs impliqués dans le réaménagement urbain et trace l’afflux de nouvelles idées progressistes, écologiques et horizontalistes ainsi que leur impact sur le quartier. WTC A love Story se sert de la fiction pour explorer quelles histoires entrent en scène dès lors que le processus de représentation politique s’accélère. Le lendemain, 431 organise deux ateliers explorant des formes alternatives de création spatiale issues du processus de production du film.
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 201 59 59
    Réservation : +32 2 201 59 59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • The Blank Generation (Ivan Král, Amos Poe, 1976)

    11.02.2020

    • Cinéma
    En collaboration avec Cinéma Galeries
    Lire la suite
    Dans le cadre de l’exposition PUNK GRAPHICS. Too Fast to Live, Too Young to Die., le ADAM – Brussels Design Museum, en collaboration avec le Cinéma Galeries, présente un cycle de documentaires sur le mouvement Punk d’hier et d’aujourd’hui. Afin de faire découvrir différentes facettes de l’histoire du mouvement Punk, certaines projections seront suivies de débat, discussion. The Blank Generation est un témoignage de la naissance de la scène punk new-yorkaise. Les images brutes de Ivan Král, réalisateur, capturent l’émergence de légendes de la musique punk dans leurs humbles débuts. Ces images historiques tournées entre 1974 et 1975 incluent des groupes tels que Talking Heads, Ramones, Patti Smith, Blondie, New Yorks Dolls, etc… La bande son est réalisé par le cinéaste No-Wave Amos Poe. Informations pratiques : -Où : Cinéma Galeries: Galerie de la Reine 26, 1000 Bruxelles -Quand : 11.02.2020 à 19h -Tarifs : 8,5 €/ 6,5 €/ UGC Unlimited / Article 27 Sur présentation du ticket d’entrée du musée, vous recevez une réduction de 2 €
    Lieu
    Cinéma Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 514 74 98
    http://www.galeries.be/
  • Lehman Trilogy

    11.02.2020  >  29.02.2020

    • Théâtre
    Septembre 1844, Henry Lehman, émigré juif allemand, pose le pied sur le sol américain. Septembre 2008, la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite, entraînant les bourses mondiales dans sa chute.
    Lire la suite
    Combien ça coûte un homme ? Combien ça lui en coûte d’être un homme dans un monde qui ne le respecte plus ? Ces questions-là, même sur les cours fluctuant de la bourse, elles n’ont pas de prix… En deux soirées ou en intégralité les samedis, venez partager un moment de théâtre enlevé, drolatique, burlesque, effarant, qui tient autant de la saga américaine que de l’énorme farce des « affreux sales et méchants » d’Ettore Scola… Lorent Wanson Prix de la Critique 2016 Espoir masculin Iacopo Bruno Mise en scène Lorent Wanson Le jeu des interprètes est époustouflant. L’ÉCHO Trio clownesque pour saga de coton, de fièvre et de feu. *** LA LIBRE Belgique Une fresque jouissive. Totale réussite **** RTBF.BE DÉBAT DU BOUT DU BAR JE 18.02 – après le spectacle Avec l’équipe du spectacle et un invité témoin. PASSez [souvent] à la Maison Des formules souples… à utiliser seul ou à plusieurs. PASS 9 À 99 : 9 places pour 99€ Carnet 3 : 3 places pour 45 € [30 ans et +] 24 € [-30 ans] Ou la formule plus classique ABONNEMENT Avant le 1er juillet : 8 > 13€/place [5 spectacles ou +] À partir du 1er juillet : 9 > 15€ [3 spectacles ou +]
    Lieu
    Rideau de Bruxelles
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Charlotte Delbo

    11.02.2020

    • Conférences et congrès
    Charlotte Delbo, jeune journaliste communiste devenue l’assistante personnelle de Louis Jouvet, alors résistante, est arrêtée le 2 mars 1942, déportée politique dans le convoi du 24 janvier 1943 et vit l’expérience concentrationnaire à Auschwitz.
    Lire la suite
    Charlotte Delbo, jeune journaliste communiste devenue l’assistante personnelle de Louis Jouvet, alors résistante, est arrêtée le 2 mars 1942, déportée politique dans le convoi du 24 janvier 1943 et vit l’expérience concentrationnaire à Auschwitz. À son retour, alors qu’elle s’était promis – si elle revenait – d’écrire et de n’avoir plus peur de Jouvet, elle produit, d’une traite, Aucun de nous ne reviendra, témoignage poétisé de l’horreur vécue. « Voilà comment tout s’est passé, et jamais je n’invente. Je n’invente pas, je transpose, par l’écriture poétique. » En ressort un ouvrage stupéfiant, bouleversant, essentiel. Dans une approche collective, nous nous intéresserons à son point de vue féminin dans son écriture dite poétique, celui d’une femme qui toute sa vie valorisera la beauté. En tant qu’actrices et acteurs, nous interrogerons aussi sa relation intime au théâtre, qui lui permit de survivre pendant et après les camps, et à ceux qu’elle nomme « spectres » en s’adressant notamment à Louis Jouvet, son mentor.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Mia et le lion blanc

    11.02.2020

    • Cinéma
    France/Allemagne/Afrique du Sud 2018, aventure, 98’, VO st bil – de Gilles De Maistre avec Daniah De Villiers, Mélanie Laurent, Langley Kirkwood
    Lire la suite
    Mia a 11 ans quand elle noue une relation hors du commun avec Charlie, un lionceau blanc né dans la ferme d’élevage de félins de ses parents en Afrique du Sud. Pendant trois ans, ils vont grandir ensemble et vivre une amitié fusionnelle. Quand Mia atteint l’âge de 14 ans et que Charlie est devenu un magnifique lion adulte, elle découvre l’insoutenable vérité : son père a décidé de le vendre à des chasseurs de trophées. Désespérée, Mia n’a pas d’autre choix que de fuir avec Charlie pour le sauver.
    Lieu
    W:Halll - Centre culturel de Woluwe-Saint-Pierre
    Avenue Charles Thielemans, 93
    1150 Woluwe-Saint-Pierre
    Tél : +32 2 773 05 81
    Réservation : +32 2 773 05 88
    billetterie@whalll.be
    http://www.whalll.be
  • Carnage

    11.02.2020  >  22.02.2020

    • Théâtre
    "Nous sommes les enfants du vacarme" ATTENTION ! Pour des raisons artistiques absolument indispensables à ce spectacle, les acteurs et actrices fument sur scène. Il est conseillé aux spectateurs et spectatrices que cela dérange de ne pas choisir ce spectacle.
    Lire la suite
    Les raisons sont nombreuses qui amènent des jeunes à vivre en rupture avec les normes sociales dominantes. à la fois héritiers et contestataires d’un monde établi, certains d’entre eux se retrouvent dans un isolement parfois extrême. La société les qualifie de paumés, de réfractaires, marginaux, drogués, révoltés… Sur scène, six jeunes aux personnalités multiples errent dans le vide d’une zone périurbaine, quelque part, dehors Ils ressemblent à des chiens errant dans la nuit et le froid, abandonnés et frustrés, autant pétris de désillusions que débordants de rêves, de vie, de désirs et de rage. Leur état de tension proche de l’explosion, leur fébrilité, leur agitation, est comme le signe d’un ralliement. à quelques-uns ou isolément, ils sont là, réunis à la fois par un même besoin de montrer leurs crocs au monde et de crier leur désir d’exister. Ils semblent avoir trouvé un lieu d’exutoire, un endroit où survivre loin de tout jugement, mais aussi un refuge d’où percent des rayons de lumière ; une halte pour partager des moments de beauté, d’amour, d’amitié. Hélène Beutin & Clément Goethals saisissent ces destins fracassés et ces élans d’existence de jeunes qui se brûlent de trop vouloir brûler. Dans un système de plus en plus individualisé où chacun doit trouver sa place et où la plupart des jeunes ne sont plus en harmonie avec les valeurs normatives de socialisation, pourquoi ceux-là sont rejetés, ignorés, font peur ? Est-ce uniquement pour des raisons de codes et de comportements ? Carnage, c’est l’histoire d’un monde « souterrain », d’un oubli, d’un ravage ; c’est le portrait sensible de ces enfants du vacarme, tiraillés dans l’hostilité du monde entre le meilleur et le pire, entre cet irrépressible et absurde besoin de se détruire – et de détruire – pour se sentir vivant, et cet appétit dévorant de vivre.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Le bousier

    11.02.2020  >  15.02.2020

    • Théâtre
    Entre fiction absurde et conte métaphorique, Le Bousier imagine les derniers jours d’une humanité qui pourrait être la nôtre et nous montre, non sans humour et fantaisie, le chemin d’une possible renaissance. L’avenir est vacillant, mais une ligne d’espoir se dessine au-dessus de la menace d’apocalypse : face au danger, notre « sauvageté » se réanime et le processus de transformation s’enclenche.
    Lire la suite
    Dans un futur pas si lointain, après que l’effondrement du monde ait eu lieu, trois fossoyeurs s’affairent, creusent, remplissent une brouette. Ils s’interrogent, se cherchent, tentent de se souvenir du passé. Dans la terre sèche et aride, on peut voir des ossements, et des cadavres qui attendent qu’on les enterre. On entend des bruits d’insectes, de tôle qui plie, de bois qui craque, du vent. C’est dans ce cadre mi-fantastique mi-effrayant, qu’un bousier s’invite, se promène, façonne ses pelotes d’excrément. Fascinés et amusés par ce scarabée chargé de sacré et de mythologie, les fossoyeurs décident de l’adopter. Mais l’un d’eux, distrait, écrase le pauvre coléoptère. Horreur ? Catastrophe ? Rien ne se perd tout se transforme ? Cet accident va être le déclencheur d’une belle, étrange et mystérieuse mutation… Entre fiction absurde et conte métaphorique, Le Bousier imagine les derniers jours d’une humanité qui pourrait être la nôtre et nous montre, non sans humour et fantaisie, le chemin d’une possible renaissance. L’avenir est vacillant, mais une ligne d’espoir se dessine au-dessus de la menace d’apocalypse : face au danger, notre « sauvageté » se réanime et le processus de transformation s’enclenche. Cette fable pour acteurs et marionnettes, écrite par Thomas Depryck en collaboration étroite avec le Collectif Animals et mise en scène par Sébastien Chollet avec l’accompagnement artistique de Nicole Mossoux, nous fait réfléchir à l’urgence de devoir réinventer une autre relation au monde du vivant.
    Lieu
    Petit Varia
    Rue Gray, 154
    1050 Ixelles
    http://www.rideaudebruxelles.be/14-lieux/55-petit-varia
  • Les écritures qui libèrent

    11.02.2020

    • Conférences et congrès
    Les raisons d’écrire sont nombreuses dans l’espace et le temps contraints des prisons.
    Lire la suite
    Les raisons d’écrire sont nombreuses dans l’espace et le temps contraints des prisons. Au détour d’une rencontre ou d’une lecture, de véritables vocations naissent, pendant ou après l’enfermement. Incarcéré depuis 17 ans, Eric Lammers entame une correspondance avec Caroline Lamarche. S’ensuivront une création radio à France Culture, puis, au terme d’un long parcours de réinsertion, la publication des livres Une âme plus si noire et Une vie de .... La rencontre d’un professeur de philo en prison permettra à Audrey Chenu de se reconstruire et, une fois libérée, de devenir enseignante. Deux témoignages de mains tendues et saisies qui ne doivent par faire oublier qu’ils ne sont pas majoritaires.
    Lieu
    La Maison du Livre
    Rue de Rome, 24 28
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 543 12 20
    info@lamaisondulivre.be
    http://www.lamaisondulivre.be
  • Charlotte Delbo - La poésie pour revenir

    11.02.2020

    • Conférences et congrès
    Entre anecdotes, lectures, extraits sonores, réflexions, trois comédiennes s’interrogent et rendent hommage à cette grande dame, à sa passion pour le théâtre et la beauté des mots, en créant un espace de sororité propice à transmettre l’œuvre de Charlotte Delbo, comme un acte de résistance et une invitation à célébrer la vie.
    Lire la suite
    Charlotte Delbo, jeune journaliste devenue l’assistante personnelle de Louis Jouvet, résistante, est arrêtée le 2 mars 1942 avec son époux Georges Dudac, activiste communiste. Il est fusillé, elle est déportée dans le convoi du 24 janvier 1943 à Auschwitz avec 229 autres femmes. Elle a 25 ans. Elle passe 27 mois dans les camps de la mort, d’où elle revient. À son retour, alors qu’elle s’était promis - si elle revenait - d’écrire, et de « n’avoir plus peur de Jouvet ! », elle produit d’une traite Aucun de nous ne reviendra, parole poétisée de l’horreur vécue. Un ouvrage stupéfiant, bouleversant, essentiel. Une œuvre qui ébranle et met le cœur à vif, les larmes montent si ce n’est la nausée. Ce témoignage brut et poétique en appelle à notre responsabilité de mémoire collective et à notre témérité. Pourtant le nom et l’œuvre de Charlotte Delbo restent étonnamment inconnus pour beaucoup. Entre anecdotes, lectures, extraits sonores, réflexions, trois comédiennes s’interrogent et rendent hommage à cette grande dame, à sa passion pour le théâtre et la beauté des mots, en créant un espace de sororité propice à transmettre l’œuvre de Charlotte Delbo, comme un acte de résistance et une invitation à célébrer la vie. STÉPHANIE VAN VYVE est comédienne et enseignante au Conservatoire de Bruxelles. Lauréate des Prix de la critique 2015 pour ses rôles dans "Belles de nuit" et "L’œuvre au noir", elle est nommée la même saison aux Magritte du cinéma belge dans la catégorie Espoir pour son rôle dans "Être" de Fara Sene. Sa rencontre avec Yumma Mudra et l’école Danza Duende marque un tournant dans sa manière d’aborder le jeu, qui la mène à créer une version personnelle de "Diotime et les lions" d’Henry Bauchau. Elle enseigne l’art de la déclamation depuis 2017. À sa sortie du conservatoire royal de Bruxelles, MATHILDE RAULT travaille avec Christine Delmotte et Christophe Sermet. Elle est nommée meilleur espoir au Prix de la Critique pour "Mamma Medea". Suivent des collaborations avec plusieurs metteurs en scène aux Martyrs, Rideau de Bruxelles, Théâtre National, Balsamine, Le Public... En 2017, elle forme "Collectif provisoire", avec une première création théâtrale sur le capitalisme en cours d'élaboration : "Conspiration". En parallèle, elle poursuit sa carrière au cinéma avec plusieurs courts-métrages primés dont "Sophie" de Cedryc Bourgeois, des séries belges et quelques longs-métrages. Cette année, elle joue dans "£¥€$" de la compagnie gantoise Ontroerend Goed, présentée cet été au festival In d’Avignon. Née en 1980 à Bruxelles, diplômée de l’Institut des Arts de Diffusion en 2003, DEBORAH ROUACH a joué dans une quinzaine de spectacles, dont "Face de cuillère" de Lee Hall (Prix du meilleur espoir féminin au Prix du Théâtre 2007), "Kebab" de Gianina Carbunariu, "Kvetch" de Steven Berkoff, "Chatroom" de Enda Walsh, "Nevermore" d’après Wietkiewicz, "Kinky Birds" de Elsa Poisot… En 2011 elle devient la Cendrillon de Joël Pommerat (nominée meilleure actrice aux Prix du Théâtre 2012), créé à Bruxelles, puis joué en France et en tournée internationale pendant six saisons. En 2014 elle crée "Les Palmiers Sauvages" de Séverine Chavrier d’après William Faulkner au Théâtre de Vidy à Lausanne, puis à l’Odéon, au Théâtre National de Belgique, et en tournée en France jusqu’en 2020. La "Villa dolorosa" est ensuite sa première coopération avec George Lini, en 2019 au Théâtre des Martyrs. NICOLAS MARCHANT est dessinateur et compositeur. En 1993, il termine ses études à l’atelier de dessin de l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, qu’il complète par la suite par des séminaires de philosophie, une approche autodidacte de la musique et des stages de danse. Depuis 1989 il anime des ateliers de dessins avec des enfants et adolescents. Simultanément, il travaille comme scénographe, puis comme compositeur pour le théâtre, la télévision, le cinéma et la danse, ainsi qu’au sein de différents groupes et collectifs.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Désosse-moi (si tu l’oses !)

    11.02.2020  >  22.02.2020

    • Théâtre
    Lire la suite
    Au commencement, le corps. Le corps comme accès à soi-même ; le corps lesté par ce qu'il a traversé durant des siècles de conventions, de contraintes, d'évolutions ; le corps féminin et les tabous qui s'y rattachent ; l'enveloppe-corps qui nous façonne ou qui nous limite. La compagnie Les Plaisirs Chiffonnés poursuit son travail autour de la représentation corporelle, de la féminité et de l'amour. Désosse-moi (si tu l'oses !) rend poreuses les frontières entre le théâtre, la musique et la danse. Les interprètes passent librement d'une discipline à l'autre, se métamorphosent au fil d'une parole poétique. Dans cet univers onirique, décalé et fantasmatique, Adam et Ève côtoient des féminités multiples, nos fantômes du passé et les manifestations d'amour qui émaillent notre vie. Rencontre après-spectacle avec l'équipe de création le 21 février. Une création de la compagnie Les Plaisirs Chiffonnés en coproduction avec le Théâtre de la Vie. Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles - Service de l'interdisciplinarité, du Théâtre de Galafronie, du Théâtre Marni, de la Roseraie et de Talìa asbl.
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be