Evénements du 6 février 2020

  • Rien ne va plus... comme avant

    06.02.2020

    • Conférences et congrès
    Lire la suite
    Le multilatéralisme, avec le respect des Droits de l’Homme, a été au centre des relations internationales pendant presque 20 ans. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Les rapports bilatéraux semblent devenus prioritaires pour certains gouvernements. Le nombre croissant d’acteurs accentue la complexité des crises internationales. Formules pour affronter ces problèmes, exemples du passé, propositions pour le futur.
    Lieu
    UCL - Auditoire Lacroix
    Avenue Emmanuel Mounier, 51
    1200 Woluwe-Saint-Lambert
  • Jazz Station Big Band

    06.02.2020

    • Concert
    Lire la suite
    □ Line-up : Stéphane Mercier - sax alto, flûte traversière, direction artistique / Daniel Stokart - sax alto, soprano, flûte traversière et flûte alto / Steven Delannoye - sax ténor / Vincent Brijs - sax baryton / Loïc Dumoulin, Pauline Leblond, Jean-Paul Estiévenart - trompette, bugle / Peter Delannoye, David Devrieze - trombone / Bart De Lausnay - trombone basse / François Decamps - guitare électrique / Vincent Bruyninckx - piano / Boris Schmidt - contrebasse /Toon Van Dionant - batterie □ Description : Depuis 2006, le Jazz Station Big Band est résident de la Jazz Station. Devenu véritable acteur de la scène belge, le groupe a développé un son totalement unique. Cet ensemble au répertoire original explore aussi les trésors du jazz (Monk, Mingus,...). Le JSBB est composé de treize solistes hors-pairs, parmi lesquels se trouvent ses propres arrangeurs. "Le Jazz Station Big Band est sans conteste un des big bands européens les plus prometteurs. L’écriture est ingénieuse et ambitieuse et les arrangements sont profonds et sensés. Leur utilisation astucieuse des mesures impaires, des changements de métrique et de l’improvisation libre gardent l’auditeur en éveil, mais un grand lyrisme, de la simplicité et de la beauté se trouvent aussi dans leur travail. Voici sans nul doute un album de grande qualité d’un orchestre au potentiel illimité" Antonio Sanchez (batteur du Pat Metheny Group, et compositeur de la bande-son du film Birdman, Oscar du meilleur film (2015) et César du meilleur film étranger) □ Tarifs et réservations : 10€ plein tarif / 8€ membres, étudiants, chercheurs d'emploi. Nous ne prenons pas les réservations. Nous n’acceptons pas les cartes bancaires. □ Accès et transports : Les cyclistes peuvent laisser leur vélo sans se préoccuper, dans l'enceinte de la Jazz Station. Les bus 29 et 351 s'arrêtent à deux pas, à l'arrêt Clovis. Les bus 60 et 63 s'arrêtent à Ambiorix, cinq pas. Le 61 s'arrête à Steurs, trois pas ! Les automobilistes doivent chercher pour se garer, mais ce n'est pas difficile. Le parking le plus proche est à Madou, de là 15 min à pied.
    Lieu
    Jazz Station
    Chaussée de Louvain, 193
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 733 13 78
    info@jazzstation.be
    http://www.jazzstation.be/
  • L’avenir dure longtemps

    06.02.2020  >  16.02.2020

    • Théâtre
    « Je sais que je vais mourir et qu’il ne restera que mes mots ? Mais qui les entendra ? Qui les lira ? Qui me jugera ? »
    Lire la suite
    Un dimanche matin de novembre 1980, un homme étrangle sa femme. Cet homme, c’est Louis Althusser, philosophe, professeur à l’École Normale de Paris et communiste notoire. Déclaré irresponsable de ses actes commis en état de démence, il sera interné et condamné à se taire, alors qu’il souhaitait «soulever la pierre tombale du silence». L’avenir dure longtemps, c’est ce réquisitoire dont la justice l’a privé, un récit biographique peuplé des silences familiaux, une généalogie de ce qui l’a conduit au désastre – ce père et cette mère sur lesquels il ne peut prendre appui ; son prénom, celui de l’ancien amour de sa mère ; ses crises maniaco-dépressives qui débutent au Stalag ; son éducation politique, ses dragues intempestives. Althusser s’y révèle tel un personnage de Shakespeare, s’attelant à redevenir sujet, et pour cela, à être traduit devant la justice des hommes, à accepter la sentence plutôt que le malheur du silence éternel. L’interprétation d’Angelo Bison porte à l’incandescence l’histoire lucide d’un homme et de ses failles. Prix de la critique 2017 Meilleur seul en scène
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Stories & juke-box

    06.02.2020

    • Divers
    Rencontre avec des lauréat.e.s de l’European Union Prize for Literature
    Lire la suite
    L’European Union Prize for Literature présente un panel d’auteur.rice.s récent.e.s lauréat.e.s du Prix et dont les livres sont traduits dans de multiples langues. Ils et elles vivent et écrivent en Europe. Mais écrit-on les mêmes histoires au Nord comme au Sud ou d’Est en Ouest ? Qu’est-ce qui les rassemble, les oppose, les anime ? Sur scène, ils nous racontent leurs histoires, en compagnie d’un « juke-box vivant ». Celui-ci distille en live les musiques choisies par les auteur.rice.s. Quand les mots s’engorgent de sons et de rythmes, les récits s’illuminent sous nos yeux. Une occasion unique de rencontrer et d’entendre les écritures qui traversent l’Europe d’aujourd’hui en musique. Les livres seront disponibles à la dédicace à l’issue de la soirée. ​
    Lieu
    Le 140
    Avenue Eugène Plasky, 140
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 2 733 50 19
    Réservation : +32 2 733 97 08
    tickets@le140.be
    http://www.le140.be
  • Nina Bouraoui et Laurence Bibot

    06.02.2020

    • Divers
    Comment les violences que les hommes exercent sur les femmes se répondent et se redoublent-elles ? Nina Bouraoui présente Otages, son dernier roman, dont Laurence Bibot lit des extraits.
    Lire la suite
    Qu’elles soient de nature sociale ou sexuelle : comment les violences que les hommes exercent sur les femmes se répondent et se redoublent-elles ? Nina Bouraoui revient avec un texte percutant et brûlant de modernité, Otages, qui prend la forme du monologue de Sylvie, ouvrière de 53 ans. La comédienne Laurence Bibot, qu’on retrouve ici dans un registre inattendu, en lit des extraits. otages Dans son dernier roman, Nina Bouraoui met en scène une femme confrontée à la violence sociale par un patron d’usine manipulateur et misogyne. Ce climat qui, parfois, caractérise le monde du travail, se double ici d’atteintes sexistes, et la pousse au-delà de ses limites. Va-t-elle, à son tour, choisir de répondre et de résister par la violence ? Et à quel autre type de domination masculine cet épisode fait-il écho, enfoui dans sa vie d’adolescente ? Avec cet ouvrage, Nina Bouraoui a voulu rendre « un hommage aux otages économiques et amoureux que nous sommes ». Nina Bouraoui Née à Rennes, d’un père algérien et d’une mère bretonne, Nina Bouraoui passe son adolescence à Alger. Lorsque, au cours de vacances en France, ses parents décident de ne pas retourner dans le pays de son enfance, elle fait une expérience du déracinement qui marquera sa vie et son écriture. Après des études de philosophie et de droit, elle se consacre à l’écriture. La nostalgie de l'enfance, le désir, l'homosexualité, l'écriture et l'identité sont les thèmes majeurs de son travail. En toile de fond, les couleurs et les sensations de son enfance algérienne sont souvent présentes. En 1991, son premier roman, La voyeuse interdite (Prix du livre Inter), connaît un succès international. D’abord marquée par une écriture poétique, très travaillée (Poing mort, Le bal des murènes …), son œuvre prend ensuite une tournure plus autofictionnelle, notamment avec Garçon manqué, La vie heureuse, ou Mes mauvaises pensées (2005, Prix Renaudot). Traversée par les figures de Marguerite Duras, d’Hervé Guibert ou d’Annie Ernaux, ses textes témoignent aussi de son intérêt pour l’art contemporain. Ainsi, dans Nos baisers sont des adieux, brosse-t-elle une série de portraits amoureux éclairés par les œuvres de Nan Goldin ou Cindy Sherman. En 2018, Tous les hommes désirent naturellement savoir est sélectionné pour les Prix Médicis et Renaudot. Laurence Bibot Des Snuls sur Canal + au Jeu des dictionnaires ou aux Cafés serrés sur la Première, de sa carrière théâtrale, notamment aux côtés de Nathalie Uffner ou de Sébastien Ministru, ou aux stand up, dont l’actuel One woman show Distinguée : on ne présente plus Laurence Bibot. Depuis 2017, elle s’illustre sur son compte Instagram par des pastilles souvent irrésistibles, mais aussi émouvantes ou dérangeantes, dans lesquelles elle campe des personnages féminins, personnalités ou anonymes, en play-back sur des archives de la Sonuma. Parmi elles, une chômeuse, une caissière : des femmes qui ne s’en laissent pas conter, à l’image de Sylvie, l’héroïne du roman de Bouraoui. L'écriture est une évidence, un territoire qui m'a permis de trouver ma place dans le monde. (Interview dans Le Vif Week-end, 2008) NINA BOURAOUI
    Lieu
    Passa Porta
    Rue Antoine Dansaert, 46
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 226 04 54
    info@passaporta.be
    http://www.passaporta.be
  • Au fil du naufrage

    06.02.2020

    • Spectacle
    Au fil du naufrage est une soirée thématique autour de la question du « sans-abrisme » dans notre société.
    Lire la suite
    Pour sa nouvelle pièce de théâtre en court d’écriture, l’auteure et metteuse en scène Caroline Safarian a tenu à collaborer avec le Docteur Lionel Thelen, antropologue et auteur d’une thèse doctorale intitulée : Du déni des autres à l’exil de soi. Le sans-abrisme en Belgique, en France et au Portugal. L’Espace Magh a l’honneur de recevoir le Docteur Lionel Thelen lors de la rencontre. PROGRAMME 1ère partie : lecture d’extraits de la nouvelle pièce de Caroline Safarian Au fil du naufrage avec Yves-Marina Gnahoua et Caroline Safarian. 2ème partie : rencontre-débat avec le Dr Lionel Thelen, antroplogue, et Pascal Guiot, Directeur d’une maison d’accueil d’urgence. Cette rencontre s’oriente autour des expériences des deux intervenants autour des questions liées au terrible phénomène de désocialisation lente et progressive des personnes sans domicile. Mais, il est également question de la collaboration entre artiste et spécialiste. La médiatrice de cette rencontre est l’auteure Caroline Safarian.
    Lieu
    Centre culturel Espace Magh asbl
    Rue du Poinçon, 17
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 274 05 10
    info@espacemagh.be
    http://www.espacemagh.be
  • Les trois Mousquetaires

    06.02.2020  >  29.02.2020

    • Théâtre
    Parodie pour marionnettes, en bruxellois français.
    Lire la suite
    C’est en collaboration avec Auguste Maquet qu’Alexandre Dumas écrit "Les Trois Mousquetaires". Ils ont pour nom Athos, Pothos et Aramis (tous ont existé mais n’étaient pas de la même génération) et sont au service de Louis XIII. Arrivé de sa Gascogne natale sur un bidet jaune de robe, avec une lettre de recommandation de son gentilhomme de père pour M. de Tréville, capitaine des gardes, à Paris, d’Artagnan doit gagner sa belle casaque de mousquetaires. Il commencera par se battre en duel avec ceux qui deviendront ses inséparables amis. L’amour que d’Artagnan porte à Constance Bonacieux (Constanske chez Toone), fidèle femme de chambre d’Anne d’Autriche, le lance dans l’aventure dite des "Ferrets de la Reine" : douze ferrets de diamants, présents du roi, que la reine a offerts à Buckingham. A l’instigation du cardinal de Richelieu qui veut perdre la reine, Louis XIII somme son épouse de les porter au prochain bal de la cour. Ces ferrets sont en réalité des bouts métalliques qui terminent des rubans. Dans le cas de la reine de France, ces ferrets sont ornés de diamants. Pour les commodités de la scène et aussi par confusion de récits, ces ferrets se transforment chez les Toone du passé en collier de la reine. Cet épisode naît probablement d’un autre roman de Dumas : "Le Collier de la Reine" qui trouve sa source dans l’Affaire du collier de 1785-1786, scandale qui éclata en France à la fin de l’Ancien Régime, à la suite d’une escroquerie montée par la comtesse de la Motte aidée de Cagliostro. Ces derniers convainquirent le cardinal de Rohan d’acheter pour la reine un collier qu’il ne put jamais rembourser. Cette affaire compromit la reine Marie-Antoinette qui était pourtant innocente. Confusion dans les récits, anachronisme font partie du quotidien des Toone. Ils ne s’embarrassent guère de détails. Comme disait Molière : "L’important, c’est de plaire !" De nos jours encore, Toone respecte les anachronismes de ses prédécesseurs.
    Lieu
    Théâtre Royal de Toone
    Rue du Marché aux Herbes - Entrée : Impasse Sainte Pétronille, 66
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 71 37
    Réservation : +32 2 513 54 86
    woltje@skynet.be
    http://www.toone.be
  • La Montagne

    06.02.2020

    • Théâtre
    Cie Les Vrais Majors 70'
    Lire la suite
    "Der menschenfresser Berg – Oder die Besteigung, die Bjørg Schaffers Leben kostete" – Ou "La Montagne" (titre provisoire) raconte une quête : l'adaptation par une compagnie de théâtre de rue d'un film allemand des années 30 sur une expédition en haute montagne. Pour sa nouvelle création, la compagnie Les Vrais Majors est partie du constat que les centaines d'heures passées à créer collectivement un spectacle étaient un matériau à haut potentiel humoristique qui permettait un jeu sur la frontière entre réalité et fiction, avec des allers-retours de l'un à l'autre, des mises en abîme, de l'auto dérision, des situations surréalistes, etc. Partant de ce postulat, nous avons chaussé nos crampons et sommes partis à l'assaut de « La Montagne ». Le spectacle joue sur deux temporalités différentes : celle de la fiction : l'histoire des alpinistes dans la montagne ; ainsi que celle de la création qui est en train de se faire devant les yeux des spectateurs, ici et maintenant. LE GENIE DES ALPAGES "La Montagne" gravit des sommets de drôlerie, mesurés par des sommets d'hilarité, atteints grâce à des champions de l'escalade humoristique qui se montrent à la... hauteur. Bernard Roisin, Le Journal du Médecin (...) Forts de leur expérience de théâtre de rue, Les Vrais Majors sont particulièrement à l'aise avec le public qu'ils n'hésitent pas à solliciter. Surprenants et inventifs, ils parviennent, tout en auto-dérision, à dépeindre les obstacles, galères et absurdités de la vie d'une compagnie de théâtre, en glissant ci et là quelques peaux de bananes à l'attention de nos dirigeants politiques. Du mime, des accessoires simples, de la musique, des bruitages, du talent, de la générosité, La Montagne est un savoureux cocktail de bonne humeur et de légèreté qui nous rappelle ô combien ça fait un bien fou de rire. Stéphanie Bocart La Libre Belgique Avec Linde Carrijn, Alexis Julémont, Quentin Lemenu, Manu Lepage Mise en scène Christophe Andral Scénographie Christine Mobers Ecriture Collective
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 639 09 80
    Réservation : +32 2 639 09 82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com
  • Winter masquerades

    06.02.2020

    • Cinéma
    Lire la suite
    Du Portugal à l'Ukraine, de la Grèce à l'Angleterre, les mascarades d'hiver comportent des motifs étonnamment récurrents. Êtres sauvages ou démoniaques, portants cloches et fouets, déboulent dans les villages accompagnés d'un cortège hétéroclite : ici le vieux jouant de sa vielle, là une charrue, des étrangers, des colporteurs, des bergers... Formes fossiles de rituels de fertilité pré-chrétiens ? Difficile à dire... En revanche ce sont assurément des formes de cultures populaires aussi étranges que belles. Six films issus du catalogue Carnaval King of Europe, un programme européen de relevés ethnographiques sur le terrain, ont été sélectionnés pour leur incroyable singularité. Sans commentaire autre que de simples inter-titres, les images parlent d'elles-mêmes. La projection sera suivie d'une rencontre avec Giovanni Kezich (leader du projet de recherches européen Carnival King of Europe & directeur du musée des Us et Coutumes du Peuple du Trentin) & Clémence Mathieu (directrice du Musée international du Carnaval et du Masque à Binche). + Day of the rams in Gljev (Croatia) MICHELE TRENTINI , 2012, IT, VO 17' + The Silvesters of Urnäsch (Switzerland)) MICHELE TRENTINI, 2011, IT, VIDEO, VO 12' + One day in Lancova Vas (Slovenia) 2010, MICHELE TRENTINI , 2010, IT, VIDEO, VO SL ,9' + Fasnacht in Tramin (Italy) MICHELE TRENTINI , 2007, IT, VO 3' + Sankt Nikolaus in Stilfs/Stelvio (Italy) MICHELE TRENTINI, 2008, IT, VO 3' + Koukeri from Vresovo (Bulgary) IGLIKA MISHKOVA, 2012, BG, VIDEO, VO 14'
    Lieu
    Cinema Nova
    Rue d'Arenberg, 3
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 24 77
    nova@nova-cinema.org
    http://www.nova-cinema.org
  • Antonin Artaud - Je ne crois plus aux mots des poèmes

    06.02.2020

    • Théâtre
    Lire la suite
    S'il y a un qualificatif à donner à l'écriture d'Artaud, c'est bien celui d'inclassable. S'échappant sans cesse de toutes les catégories littéraires, des mouvements de son siècle, il s'y fond un instant pour s'en distinguer férocement. Antonin Artaud est une aberration, une entité en-soi qui « invente un corps d'écriture forçant toute limite, déployé dans tous les sens d'une page, d'un volume, écran et théâtre, peinture, musique et chambre d'échos, éclats de signes à l'infini » (Evelyne Grosseman). Entendre l'écriture d'Artaud pour réveiller les corps ; c'est un cri de révolte, une insurrection. Dire Artaud c'est réintégrer des pans entiers de matières physiques enfouis dans le texte, de sons inimaginables à réincarner. C'est une exploration, un voyage vers un monde poétique à retrouver. Je ne crois plus aux mots des poèmes remet en question l'existence même, emmène les esprits vers des contrées interdites, confère aux sons des formes et des matières inédites dans un espace à réinventer pour comprendre « la géométrie sans espace et [apprendre] ce qu'est la configuration de l'esprit » (Artaud).
    Lieu
    Centre Culturel Bruegel
    Rue des Renards, 1 F
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 503 42 68
    Réservation : +32 2 503 42 68
    info@ccbruegel.be
    http://www.ccbruegel.be