Evénements du 6 février 2020

  • La Nuit du chasseur

    01.02.2020  >  17.02.2020

    • Cinéma
    Peu de films ont généré autant d’angoisse que ce chef-d’oeuvre inoxydable du film noir, où la rage fanatique d’un faux pasteur dément (Mitchum, méphitique à souhait) poursuit deux enfants dans d’obsédants clairs-obscurs.

    Lire la suite

    Peu de films ont généré autant d’angoisse que ce chef-d’oeuvre inoxydable du film noir, où la rage fanatique d’un faux pasteur dément (Mitchum, méphitique à souhait) poursuit deux enfants dans d’obsédants clairs-obscurs. Virtuose et suffocant. Une source limpide d’Adoration. Flagey, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Expo & Brunch

    02.02.2020  >  02.05.2020

    • Exposition
    Bruxelles subjective et ses bruxellois.e.s... Une ville, pour une infinité de vécus. Et pourtant pas toujours tous visibles. Via la photo, ces diversités vécues deviennent perceptibles. Parce que Bruxelles, ce n’est pas juste une ville, c’est aussi ses habitant.e.s. À partir de cette thématique, la déclinaison d’un projet photo de A à Z, de l’inspiration, à l’apprentissage, jusqu’à l’exposition.

    Lire la suite

    Bruxelles subjective et ses bruxellois.e.s... Une ville, pour une infinité de vécus. Et pourtant pas toujours tous visibles. Via la photo, ces diversités vécues deviennent perceptibles. Parce que Bruxelles, ce n’est pas juste une ville, c’est aussi ses habitant.e.s. À partir de cette thématique, la déclinaison d’un projet photo de A à Z, de l’inspiration, à l’apprentissage, jusqu’à l’exposition. Tout d’abord des ateliers techniques et culturels auront lieu durant l’année afin d’enrichir la démarche photographique de chacun.e. D’un côté des visites d’expositions et échanges critiques, de l’autre des ateliers de photographie. Et ensuite la phase de prise de photos. Expo & Brunch clôturera ces ateliers à travers plusieurs moments conviviaux d’échange entre un brunch et une expo photo sur Bruxelles et ses bruxellois.e.s.
    Lieu
    Centre Éducatif et Culturel L’Epicerie
    rue du ruisseau, 17-19
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 487 01 42 61
    Réservation : +32 487 01 42 61
    info@ras-el-hanout.be
    http://centrelepicerie.be/
  • What the luck ?

    04.02.2020  >  08.02.2020

    • Théâtre
    Bouleversant, rempli d’espoir, teinté d’humour et débordant d’Amour !

    Lire la suite

    Quand j’étais petite, j’avais toujours peur de dire mon signe astrologique de peur de l’attraper. Cancer. Je suis cancer ! J’avais l’impression qu’il était déjà en moi ! En même temps, j’étais pas si bête que ça vu qu’apparemment, il y a un petit terreau ! Caroline Lambert nous livre un récit intime et familial d’une sensibilité rare et soulevant des questions universelles. Travailler la joie avec une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, une invitation qui nous est lancée à travers ce spectacle dont il est difficile de ne pas sortir transformé.
    Lieu
    Comédie Claude Volter
    Avenue des Frères Legrain, 98
    1150 Woluwe-Saint-Pierre
    Tél : +32 2 762 09 63
    Réservation : +32 2 762 09 63
    secretariat@comedievolter.be
    http://www.comedievolter.be
  • Porcherie - Pier Paolo Pasolini/Nina Blanc

    04.02.2020  >  15.02.2020

    • Théâtre
    Ida aime Julian. Julian n’aime pas Ida. Julian ne suivra pas Ida à « la grande marche pour la paix ». Julian ne reprendra pas les usines de son père. Il a un secret. Il aime…

    Lire la suite

    Ida aime Julian. Julian n’aime pas Ida. Julian ne suivra pas Ida à « la grande marche pour la paix ». Julian ne reprendra pas les usines de son père. Il a un secret. Il aime… Porcherie est une pièce à plusieurs visages. À la croisée d’une pièce de boulevard grotesque, d’une intrigue policière et d’une tragédie antique, elle est avant tout un hymne à la complexité, à la pluralité de l’être, au refus de la normalisation. Peut-on échapper (sans s’annuler soi-même) à ce qui nous détermine profondément ? Comment négocie-t-on avec notre héritage familial, social et culturel dans notre quête de liberté et de bonheur ? Comment vivre différemment et inventer de nouvelles formes culturelles et sociales, sans commettre les mêmes erreurs que nos « pères » ? Le parcours de Julian dans l’Allemagne des années 60 résonne encore aujourd’hui avec celui de la génération de Nina Blanc, metteure en scène : une génération qui serait désillusionnée, ne cherchant ni à construire, ni à déconstruire, qui souffrirait de ne pas se connaître… Coproduction la Coop asbl et Shelter Prod – Soutiens Fédération Wallonie-Bruxelles -Service Théâtre, taxshelter.be, ING, Taxshelter du gouvernement fédéral belge, Premiers actes – Un accueil en résidence du Théâtre Océan Nord
    Lieu
    Théâtre Océan Nord
    Rue Vandeweyer, 63 65
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 2 242 96 89
    Réservation : +32 2 216 75 55
    info@oceannord.org
    http://www.oceannord.org
  • Every Direction is North

    04.02.2020  >  08.02.2020

    • Spectacle
    Sept danseurs sur scène se poussent, se bousculent, tourbillonnent les uns autour des autres. Dans une alternance de solos et d’élans collectifs, sans répit, ils enchaînent les figures, comme d’infatigables enfants, trop occupés à jouer. Ils nous invitent à éprouver leur quête effrénée d’harmonie au travers d’un jeu physique de construction des corps. Karine Ponties, chorégraphe franco-belge, a collaboré à plusieurs reprises avec des compagnies russes au cours des dix dernières années. En 2016, c’est avec la section contemporaine du Ballet de Moscou qu’elle a l’opportunité de travailler pour imaginer une pièce dans laquelle les corps seront poussés aux limites de leur abandon. Son « nord » désigne un endroit sans repaires, au beau milieu de rien, incarné par des boîtes blanches et des structures de bois modulaires qui se transforment en table ou en armoire. Si tous les chemins y mènent, chacun de ses personnages tente, en s’appuyant sur les autres, de s’en détourner pour trouver un espace de liberté. — Mercredi 05.02.2020 (à l’issue de la représentation) - 30' Rencontre constructeurs d’histoires Avec Karine Ponties, chorégraphe d’Every direction is North Elena Tupyseva, directrice du Ballet Moscou L’échange s’orientera vers la collaboration de Karine et du Ballet Moscou : ce qui a mené à Every Direction is North, avec un passage obligé par l'état de la danse en Russie. Le public sera bien évidemment invité à poser des questions.   Les interventions d'Elena seront simultanément traduites en français. 

    Lire la suite

    Sept danseurs sur scène se poussent, se bousculent, tourbillonnent les uns autour des autres. Dans une alternance de solos et d’élans collectifs, sans répit, ils enchaînent les figures, comme d’infatigables enfants, trop occupés à jouer. Ils nous invitent à éprouver leur quête effrénée d’harmonie au travers d’un jeu physique de construction des corps. Karine Ponties, chorégraphe franco-belge, a collaboré à plusieurs reprises avec des compagnies russes au cours des dix dernières années. En 2016, c’est avec la section contemporaine du Ballet de Moscou qu’elle a l’opportunité de travailler pour imaginer une pièce dans laquelle les corps seront poussés aux limites de leur abandon. Son « nord » désigne un endroit sans repaires, au beau milieu de rien, incarné par des boîtes blanches et des structures de bois modulaires qui se transforment en table ou en armoire. Si tous les chemins y mènent, chacun de ses personnages tente, en s’appuyant sur les autres, de s’en détourner pour trouver un espace de liberté. — Mercredi 05.02.2020 (à l’issue de la représentation) - 30' Rencontre constructeurs d’histoires Avec Karine Ponties, chorégraphe d’Every direction is North Elena Tupyseva, directrice du Ballet Moscou L’échange s’orientera vers la collaboration de Karine et du Ballet Moscou : ce qui a mené à Every Direction is North, avec un passage obligé par l'état de la danse en Russie. Le public sera bien évidemment invité à poser des questions.   Les interventions d'Elena seront simultanément traduites en français. 
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • My Father Held a Gun

    04.02.2020  >  15.02.2020

    • Théâtre
    Pourquoi les hommes se font-ils la guerre ? Et que peuvent — ou pas — les femmes pour les en empêcher ? Sahand Sahebdivan, né en Iran, et Raphael Rodan, élevé en Israël, se posent la question dans un face-à-face émouvant et drôle. Partant de lettres de soldats de la Première Guerre mondiale, ils évoquent la situation de leurs pays d’origine, se remémorent les parcours et luttes de leurs parents respectifs, jouent sur l’absurdité de leur prétendue opposition, content leurs amours défuntes, questionnent le corps des femmes, argumentent sur le pacifisme et s’opposent (quoique…) sur la possibilité pour un homme d’être vraiment féministe. Pour les accompagner, un clarinettiste et un guitariste ponctuent le récit et complètent la simplicité du dispositif. Passionnés par l’art du storytelling — ils ont cofondé la Mezrab school for storytelling — Sahand Sahebdivan et Raphael Rodan avaient déjà présenté leur précédente création, Kingdom of Fire and Clay, en Belgique en 2015. Avec My father held a gun les deux hommes, accompagnés cette fois d’Albert Maizel à la co-écriture, poursuivent une conversation dans laquelle ils incarnent leurs propres rôles. Ceux d’un Iranien et d’un Israélien, tous deux amis et conteurs, qui préfèrent s’appuyer sur leurs similitudes plutôt que sur leurs différences.

    Lire la suite

    Pourquoi les hommes se font-ils la guerre ? Et que peuvent — ou pas — les femmes pour les en empêcher ? Sahand Sahebdivan, né en Iran, et Raphael Rodan, élevé en Israël, se posent la question dans un face-à-face émouvant et drôle. Partant de lettres de soldats de la Première Guerre mondiale, ils évoquent la situation de leurs pays d’origine, se remémorent les parcours et luttes de leurs parents respectifs, jouent sur l’absurdité de leur prétendue opposition, content leurs amours défuntes, questionnent le corps des femmes, argumentent sur le pacifisme et s’opposent (quoique…) sur la possibilité pour un homme d’être vraiment féministe. Pour les accompagner, un clarinettiste et un guitariste ponctuent le récit et complètent la simplicité du dispositif. Passionnés par l’art du storytelling — ils ont cofondé la Mezrab school for storytelling — Sahand Sahebdivan et Raphael Rodan avaient déjà présenté leur précédente création, Kingdom of Fire and Clay, en Belgique en 2015. Avec My father held a gun les deux hommes, accompagnés cette fois d’Albert Maizel à la co-écriture, poursuivent une conversation dans laquelle ils incarnent leurs propres rôles. Ceux d’un Iranien et d’un Israélien, tous deux amis et conteurs, qui préfèrent s’appuyer sur leurs similitudes plutôt que sur leurs différences.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Soissons dans l’Aisne

    04.02.2020  >  22.02.2020

    • Théâtre
    Soissons dans l'Aisne : c’est l’histoire d’un mec en manque et de ses « 56 jours d’abstinence totale de tous les produits modifiant le comportement ».Avec ce nouveau texte, Riton nous livre une galerie de portraits de ces curistes : camés récidivistes, tox en tous genres, alcooliques, mais aussi Monsieur et Madame Tout-le-Monde…

    Lire la suite

    « Interdiction de prendre de la drogue, sous n’importe quelle forme et d’en faire venir au château. Interdiction de sortir seul de l’enceinte du château. Interdiction d’écouter de la musique et de rester dans la chambre en dehors des heures prévues. Interdiction d’avoir des paroles ou des gestes violents envers les patients et les thérapeutes. Interdiction d’avoir des rapports sexuels avec d’autres patients… Merde, ça commençait mal » Le comédien Riton Liebman a 30 ans, et il entame sa première- et dernière- cure de désintoxication. Loin de tout, de Paris, de Bruxelles, du show-biz, de la course à la gloire et au succès, du strass et des paillettes… A Soissons dans l’Aisne. Un de ces lieux de la dernière chance où l’on se sèvre collectivement, à la force du poignet, dans une abstinence monacale. Soissons, c’est l’histoire d’un mec en manque et de ses « 56 jours d’abstinence totale de tous les produits modifiant le comportement ». Avec ce nouveau texte, Riton nous livre une galerie de portraits de ces curistes : camés récidivistes, tox en tous genres, alcooliques, mais aussi Monsieur et Madame Tout-le-Monde… qu’un Liebman généreux nous propose en empathie. Ces gueules cassées nous renvoient tant l’image de notre société que celle de Riton lui-même : un type pas si ordinaire, un poil à la marge, un singulier antihéros du quotidien. Un gars qui nous fait rire et qu’on est bien forcé d’aimer, car il nous touche… Le Poche s’était promis de feuilletonner la vie trépidante de Riton. Après Liebman Renégat et après la Vedette du Quartier, en voici le troisième opus : Soissons dans l’Aisne…
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Cry Me a River. The quest for the source - Katja Dreyer & Karen Røise Kielland

    05.02.2020  >  06.02.2020

    • Théâtre
    Par le biais d’une expédition à la source du Styx, Karen Røise Kielland et Katja Dreyer atterrissent dans la mythologie grecque. À travers de multiples rencontres avec des habitants locaux et leurs histoires sur le fleuve, elles réinsufflent vie à un ancien mythe. Le spectacle commence dans la profusion et le chaos multicolore, mais plus on se rapproche de la source, plus un ordre rigoureux et un silence monochrome prennent le dessus.

    Lire la suite

    Par le biais d’une expédition à la source du Styx, Karen Røise Kielland et Katja Dreyer atterrissent dans la mythologie grecque. Ce célèbre fleuve formait la frontière entre le monde terrestre et le monde souterrain des Enfers. Achille y a été plongé, Narcisse y est tombé amoureux de son reflet et les simples mortels qui buvaient ses eaux en perdaient la mémoire. À la faveur d’images, d’objets, de mouvements et de récits, elles reconstituent leur voyage particulier. À travers de multiples rencontres avec des habitants locaux et leurs histoires sur le fleuve, elles réinsufflent vie à un ancien mythe. Le spectacle commence dans la profusion et le chaos multicolore, mais plus on se rapproche de la source, plus un ordre rigoureux et un silence monochrome prennent le dessus. • La femme de théâtre Katja Dreyer vit et travaille à Bruxelles. La saison passée, elle était pour la première fois à l’affiche des Kaaistudio’s avec Ophelia comes to Brooklyn. Karen Røise Kielland a étudié à l’école de théâtre d’Amsterdam. Elle réalise principalement des projets in situ, mais ces derniers temps, son regard se porte aussi sur les salles de théâtre. Un thème récurrent est notre relation complexe avec la nature.
    Lieu
    Kaaistudio's
    Rue Notre-Dame du Sommeil, 81
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 201 59 59
    Réservation : +32 2 201 59 59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Sur la route de Madison

    05.02.2020  >  01.03.2020

    • Théâtre
    Un amour fusionnel mais pourtant impossible. Un spectacle tout en délicatesse et douceur.

    Lire la suite

    Francesca Johnson semble vivre une vie de famille sans heurt. Un jour de l’été 1965, alors que son mari et ses enfants sont partis à une foire dans l’Illinois, le photographe Robert Kincaid lui demande sa route. Elle le guide à travers les ponts couverts du comté de Madison qu’il est chargé de photographier pour le National Geographic. L’amour, celui qui n’arrive qu’une fois dans une vie, s’abat sur eux et les jours qu’ils passent ensemble les marqueront à jamais, même si Francesca ne pourra se résoudre à abandonner sa famille. Ce renoncement brise leurs cœurs, mais le souvenir de ces quatre jours les aide à continuer à vivre. Comme le découvriront les enfants de Francesca après la mort de leur mère. Une romance intense, émouvante, poignante, brûlante, sans aucun doute l’une des plus belles histoires d’amour écrites au 20e siècle.
    Lieu
    Théâtre Royal des Galeries
    Galerie du Roi, 32
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 04 07
    Réservation : +32 2 512 04 07
    infos@trg.be
    http://www.trg.be
  • Lo Còr de la Plana

    06.02.2020

    • Concert
    Polyphonie occitane

    Lire la suite

    Depuis 2001, dans le fameux quartier de la Plaine à Marseille, Lo Còr de la Plana réinvente la vocalité méridionale, en la mêlant aux sonorités archaïques d’une Méditerranée à la fois déchaînée, âpre et fusionnante. La percussion et la voix composent le couple emblématique de ce rituel rudimentaire, minimal, accompagné par ce que le corps peut encore faire battre d’essentiel : les mains, les pieds ou les peaux. Les chansons du chœur claquent, leurs pieds battent et leurs mains frappent. Au rythme des bendirs et tamburellos. Ne cherchez pas dans Lo Còr quelconque fanfaronnade sur une identité régionale fantasmée mais plutôt une porte ouverte sur une histoire, un patrimoine, invitant les natifs ou ceux venus d’ailleurs, à les connaître et se les approprier. Cette mémoire incandescente, c’est l’essence du travail du groupe depuis sa fondation, et s’il sait la rendre commune et unique à la fois, la faire partager pour lui donner chair, c’est parce que ce qui bat avant tout dans Lo Còr, comme son nom occitan l’indique, c’est le cœur. Chants religieux, à danser ou politiques, au fil de trois albums salués par la critique, les professionnels et le public, Lo Còr de la Plana est devenu le groupe référent de la création musicale occitane contemporaine. Pas étonnant qu’il tourne régulièrement dans le monde entier. Manu Théron : voix, tambourin, direction artistique Rodin Kaufmann : voix, tambourin, bendir Benjamin Novarino-Giana : voix, tambourin, bendir Denis Sampieri : voix, tambourin, bendir Sébastien Spessa : voix, tambourin, bendir
    Lieu
    Muziekpublique
    Galerie de la Porte de Namur, 3
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 217 26 00
    Réservation : +32 2 217 26 00
    info@muziekpublique.be
    http://www.muziekpublique.be