Evénements du 6 février 2020

  • Off Carnaval

    24.01.2020  >  07.02.2020

    • Cinéma
    Compilation

    Lire la suite

    Quatre films pour le moins radicaux s'inspirent d'archétypes carnavalesques placés dans un autre contexte, excepté pour le premier où Mardi Gras se prépare en coulisse... + The Queen MANUEL ABRAMOVICH,, 2013, AR, DCP, VO ST FR, 19' + The Big Hole Counter Narrative Project FRANCOIS KNOETZE, 2017, ZA, HD, VO ANG ST ANG, 14' + Le passant fait son devoir BERNARD MULLIEZ, 2012, BE, VIDEO, FR ST FR, 29' + Au Nord d'Eden JEAN-MARCEL BUSSON, 2014, BE, 16MM, NO DIAL 12'
    Lieu
    Cinema Nova
    Rue d'Arenberg, 3
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 24 77
    nova@nova-cinema.org
    http://www.nova-cinema.org
  • Digitale workshops

    28.01.2020  >  18.02.2020

    • Cours, Stages et Ateliers

    Lire la suite

  • Achterland - Anne Teresa De Keersmaeker/Rosas

    29.01.2020  >  09.02.2020

    • Spectacle
    Achterland (1990) tient une place décisive dans le parcours d’Anne Teresa De Keersmaeker. Le minimalisme et la féminité dominante des précédents spectacles de Rosas cèdent la place à un no man’s land ambigu où l’on se joue des frontières en brouillant les signes. La saison passée, la reprise d’Achterland avec une nouvelle génération de danseurs a fait grande impression : ne laissez pas cette nouvelle occasion vous échapper !

    Lire la suite

    Achterland (1990) tient une place décisive dans le parcours d’Anne Teresa De Keersmaeker : c’était la première fois que la chorégraphe concevait un matériau spécifiquement masculin. Trois danseurs rejoignaient Rosas, une compagnie jusque-là amplement dominée par les femmes. Le minimalisme et la féminité dominante des précédents spectacles de Rosas cèdent la place à un no man’s land ambigu où l’on se joue des frontières en brouillant les signes. Dans Achterland, des jeunes filles enfilent des tailleurs, des femmes mettent des chemises d’homme, tandis que de jeunes hommes imitent avec empressement les femmes qui dansent. La combinaison insolite des musiques de György Ligeti et d’Eugène Ysaÿe engendre un cadre ludique et virtuose. Sur scène, le pianiste et le violoniste n’interprètent pas seulement la partition, mais font preuve d’une plus grande implication dans la dynamique scénique – une approche que De Keersmaeker développera abondamment par la suite. La saison passée, la reprise d’Achterland avec une nouvelle génération de danseurs a fait grande impression : ne laissez pas cette nouvelle occasion vous échapper !
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 201 59 59
    Réservation : +32 2 201 59 59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • La putain respectueuse | La putain irrespectueuse

    29.01.2020  >  15.02.2020

    • Théâtre
    « Quand des blancs qui ne se connaissent pas se mettent à parler entre eux, il y a un nègre qui va mourir. »

    Lire la suite

    La putain respectueuse, à sa création en 1946, scandalisa la presse française qui la taxa d’anti-américanisme : on ne voulait pas voir le racisme qui régnait au pays des libérateurs. Billie Holiday chantait déjà Strange fruit, Rosa Parks n’avait pas encore refusé de céder sa place, Martin Luther King n’avait pas encore reçu le prix Nobel, personne n’avait entendu Malcom X, Angela Davis était une toute petite fille. Et les suprémacistes du Ku Klux Klan sévissaient encore. La pièce de Sartre s’inspire de l’affaire des Scottsboro boys : neuf hommes noirs âgés de 12 à 20 ans, accusés du viol de deux femmes blanches sur base d’un faux témoignage et dont huit furent condamnés à mort. L’écrivain donne peu la parole au « nègre » comme on disait alors, le rôle n’a pas de nom, et le montre apeuré et intériorisant sa condition d’être traqué. Dans La putain irrespectueuse, Jean-Marie Piemme, à l’inverse, lui donne une identité et une pensée. Dans l’Amérique d’hier, le noir était toujours coupable ; de récents faits tragiques montrent que le verbe se décline encore au présent.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Soli

    30.01.2020  >  15.02.2020

    • Théâtre
    Vous ne savez pas ce que vous allez voir, ils ne savent pas non plus ce qu’il va se passer. Seul en scène, accompagné à la musique par Thomas Venegoni, Olivier Prémel créé pendant une heure une seule et unique histoire qui part de vous, d’un mot, d’une envie... Une soirée, une représentation unique, à chaque fois.

    Lire la suite

    Vous ne savez pas ce que vous allez voir, ils ne savent pas non plus ce qu’il va se passer. Seul en scène, accompagné à la musique par Thomas Venegoni, Olivier Prémel créé pendant une heure une seule et unique histoire qui part de vous, d’un mot, d’une envie... Une soirée, une représentation unique, à chaque fois.
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Les Bonnes de Jean Genet

    30.01.2020  >  08.02.2020

    • Théâtre
    Jouée, rejouée, déjouée... la pièce immortelle de Genet s'offre ici dans une mise en scène épurée qui met ... le théâtre en scène. Beau, dur, fou, intense et dense !

    Lire la suite

    Deux bonnes s'entraînent à tuer leur maîtresse en s'identifiant à elle... A tour de rôle ... Mais pourquoi ? Et qui est-elle ? Jouée, rejouée, déjouée... la pièce immortelle de Genet s'offre ici dans une mise en scène épurée qui met ... le théâtre en scène. Beau, dur, fou, intense et dense !
    Lieu
    La Clarencière
    Rue du Belvédère, 20
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 46 70
    Réservation : +32 2 640 46 76
    fabienne.govaerts@skynet.be
    http://www.laclarenciere.be
  • Cousin, cousine

    31.01.2020  >  14.02.2020

    • Cinéma
    Comédie cocasse et enlevée qui ronge avec malice les fondements de la famille et du mariage, à travers le prisme de l’adultère. Prix Louis Delluc en 1976.

    Lire la suite

    Comédie cocasse et enlevée qui ronge avec malice les fondements de la famille et du mariage, à travers le prisme de l’adultère. Prix Louis Delluc en 1976. Version restaurée. Flagey, Cinematek   € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Duet

    31.01.2020  >  16.02.2020

    • Théâtre
    60 minutes. 1 homme. 1 femme. Deux histoires qui s’écrivent sous vos yeux. Heureuses, dramatiques, drôles, effrayantes ou amoureuses. Ces deux pièces de théâtre commenceront grâce un objet des spectateurs.trices, donc, cher public, à vous de jouer...

    Lire la suite

  • L’Échine du diable

    31.01.2020  >  17.02.2020

    • Cinéma
    Durant la guerre civile en Espagne, le jeune Carlos est placé dans un orphelinat catholique hanté par le fantôme d’un orphelin mystérieusement disparu le soir où une bombe nationaliste s’est plantée dans la cour centrale.

    Lire la suite

    Durant la guerre civile en Espagne, le jeune Carlos est placé dans un orphelinat catholique hanté par le fantôme d’un orphelin mystérieusement disparu le soir où une bombe nationaliste s’est plantée dans la cour centrale. Une des plus belles réussites que le film de fantômes nous ait offertes. Flagey, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Roger Van de Wouwer. L’incorruptible.

    31.01.2020  >  15.03.2020

    • Exposition
    Roger Van de Wouwer est à la fois abstrait, figuratif, fantastique et surréaliste. Mélangeant les styles avec humour et provocation, l’artiste nous bouscule et nous enchante par ses associations inattendues.

    Lire la suite

    Originaire de Hoboken, Roger Van de Wouwer découvre et se passionne très tôt pour la photographie. A quinze ans, il entre à l'Académie d'Anvers pour y apprendre le dessin et suit simultanément une formation portant sur les techniques photographiques. Diplômé en 1951, il accomplit son service militaire et suit des cours à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. En 1955, il intègre la société de photographie Gevaert, où il travaillera jusqu’à sa retraite, réalisant, sur le côté, des peintures pour ses collègues. Il se lie d’amitié avec l’un d’eux, Léo Dohmen (1929-1999), photographe et prosélyte surréaliste, qui lui présente Gilbert Senecaut (1925-1997), un proche de Marcel Mariën qui collabore à la revue Les Lèvres nues et fréquente les surréalistes de Bruxelles regroupés autour de Paul Nougé et René Magrittte. Ces rencontres successives vont influencer sa peinture. Celle-ci, très imaginative, souvent inspirée par une documentation éclectique, ne peut être systématiquement rattachée à un style, la facture étant à chaque fois choisie comme la plus adéquate au sujet. Roger Van de Wouwer, loin de se prendre au sérieux, se considérait tel un peintre du dimanche qui ne peignait pas seulement le dimanche. L'humour et la confusion avec lesquels il se joue des spectateurs et se moque des modes, comme l’art abstrait, le pop art et plus encore l'op art, marquent un point fort de son travail. Il y dénonce les artifices artistiques et la vanité des artistes.
    Lieu
    Centre d'Art de Rouge-Cloître
    Rue du Rouge-Cloître, 4
    1160 Auderghem
    Tél : +32 2 660 55 97
    info@rouge-cloitre.be
    http://www.rouge-cloitre.be