Evénements du 21 novembre 2019

  • Page blanche

    08.11.2019  >  30.11.2019

    • Théâtre
    Le plein d'émotions

    Lire la suite

    Avant de commencer le spectacle, le texte inexistant de la pièce est montré aux spectateurs : une page blanche. Un élément est demandé au public. Cela peut être un mot, un lieu, un genre à aborder,… Cette impulsion de départ est écrite sur la page blanche et à partir d’elle, les comédiens créent intégralement une pièce de théâtre d’1H15 de manière totalement spontanée. Ils se lancent dans une histoire qu’ils vont jouer au fur et à mesure qu’ils l’inventent et la découvrir en même temps que les spectateurs.
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • River

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Spectacle
    « Il y a le souvenir de cet ancêtre qui, un jour, a voulu descendre la rivière, jusqu’au bout, jusqu’à la mer et qui n’est jamais revenu. »

    Lire la suite

    De quoi sont faits nos souvenirs ? Traces du passé ? Traces rêvées ? Et dans ces parties lointaines de notre mémoire quels secrets y avons nous enfoui ? Et nos amours perdues ? Aussi entêtantes que la mélodie d’une chanson ? Qu’en reste-t-il en nous ? La blessure est-elle devenue superficielle ? Et les enfants qui partent loin de notre nid ? Que faire quand l’oubli efface tout et qu’on ne reconnaît plus l’autre… Et les au revoir quand on s’accroche à un hypothétique espoir. Et les adieux, quand il ne nous restera plus que le souvenir, peut-être une caresse ou une odeur, quand on parlera à l’absente ou à l’absent. À partir des champs de l’intime et des deuils qu’il nous faut faire, la chorégraphe Michèle-Anne De Mey bâtit une fiction dansée. Elle rassemble huit personnages, danseurs, acteurs, musiciens, circassiens et un chien, qui raconteront, à travers gestes et paroles, ce qu’on abandonne et ce qui nous suit quand on quitte une maison : les souvenirs communs et les souvenirs secrets. De la chambre, du salon, du jardin, et de la rivière.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La chute

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    « Oh jeune fille, jette-toi encore une fois dans l’eau, que j’aie une seconde fois la chance de nous sauver tous les deux. »

    Lire la suite

    Dans une salle de café aux murs et sol en damier comme pour nous rappeler qu’il nous arrive de pousser les pions de notre vie, Jean-Baptiste Clamence déballe la sienne et narre ce qui l’a conduit – lui naguère brillant avocat parisien défendant les causes perdues – aux rues d’Amsterdam où il dit être devenu « juge-pénitent », dressant le bilan de ses diverses usurpations et de ses lâchetés. À regarder et écouter Lorent Wanson, on se prend à penser qu’il nous raconte son parcours tant l’adaptation de Vincent Engel lui en permet l’appropriation : parce qu’il joue d’empathie avec ce texte questionnant le sens et les conséquences des actes que chacun peut poser ; qu’il y a aussi, assise sur une chaise, une femme en robe de mariée, l’une des figures marquantes d’un spectacle antérieur ; et qu’au piano l’accompagne Fabian Fiorini, complice de longue date pratiquant le contrepoint avec Bach, Purcell et des chansons. J’ai fait danser tant de malentendus, chantait Bashung… Cette version de La chute nous permet de saisir tout le sel et la puissance agissante de la fiction.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Paying for it

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais...) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont choisi ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire. — Rencontre constructeurs d’histoires Mercredi 13.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Marie L. Barret Cette rencontre abordera la question de l’art comme outil et moyen d’exister pour les travailleurs du sexe qui font face à une société qui ne veut pas les entendre. Mercredi 20.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Maxime Maes Cette rencontre aura pour dessein de développer les questions politiques, de statut, de droit et législatives autour de la prostitution. Où en sont les luttes ? Sonia Verstappen est une ancienne travailleuse du sexe, une anthropologue et cofondatrice du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance). Marie L. Barret exerce librement son métier de travailleuse du sexe, depuis plus de quinze ans, dans un village du sud de la France. Elle témoigne volontiers de sa pratique, et de sa place dans la société, sous forme de projet littéraire. Maxime Maes est travailleur du sexe et cofondateur du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance) et membre du conseil d'administration de la RainbowHouse.

    Lire la suite

    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais...) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont choisi ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire. — Rencontre constructeurs d’histoires Mercredi 13.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Marie L. Barret Cette rencontre abordera la question de l’art comme outil et moyen d’exister pour les travailleurs du sexe qui font face à une société qui ne veut pas les entendre. Mercredi 20.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Maxime Maes Cette rencontre aura pour dessein de développer les questions politiques, de statut, de droit et législatives autour de la prostitution. Où en sont les luttes ? Sonia Verstappen est une ancienne travailleuse du sexe, une anthropologue et cofondatrice du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance). Marie L. Barret exerce librement son métier de travailleuse du sexe, depuis plus de quinze ans, dans un village du sud de la France. Elle témoigne volontiers de sa pratique, et de sa place dans la société, sous forme de projet littéraire. Maxime Maes est travailleur du sexe et cofondateur du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance) et membre du conseil d'administration de la RainbowHouse.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Boccaperta

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Chiara est un I-Bird auquel on a implanté des souvenirs de vies humaines. Élaborée à l’Apple Park de Cupertino-Californie, riche de la mémoire universelle et de l’expérience de l’humanité, elle se souvient de Saint-Joseph de Cupertino qui pourrait être son créateur...

    Lire la suite

    Joseph Desa naît en l’an 1603 dans une étable comme Jésus-Christ, dans le petit village de Cupertino, dans la région des Pouilles. Simple d’esprit, maladroit, toujours perdu dans ses rêveries, il est l’hébété, l’étonné, le balbutiant, l’idiot sous la lune. On le surnomme ‘Boccaperta’, bouche ouverte. Non sans mal, sa mère le fait entrer dans un couvent. Ses supérieurs, appréciant son humilité et son obéissance, décident de le faire prêtre, mais pour y arriver, il doit subir des examens. à force de persévérance, il apprend un seul verset d’un seul évangile, et le jour de l’examen, c’est sur celui-là qu’il tombe. Le voici prêtre. Il vit alors dans une union si étroite à Dieu qu’il tombe constamment en extase, et en quelque lieu qu’il se trouve, s’élève vers les cieux. Tout le monde accourt pour le voir léviter, ce qui inquiète les autorités qui le mettent à l’écart. Il passe la dernière partie de sa vie dans une solitude presque absolue, s’envole une dernière fois, les bras en croix, le 17 septembre 1663, puis rend son dernier soupir le lendemain. Canonisé en 1767 en Saint-Joseph de Cupertino, sa réputation de lévitation fait de lui le patron des aviateurs et des cosmonautes, sa réussite à l’examen de son ordination, celui des étudiants et candidats aux examens. Emmanuel Texeraud ressuscite l’incroyable histoire de ce saint et, puisque c’est en son honneur qu’est appelée Cupertino, la municipalité californienne, au sein de la Silicon Valley où Apple a posé sa soucoupe, il la « reboote » en la faisant rentrer en friction avec « l’intelligence artificielle ». Ce nouvel univers à la fois onirique et réel modèle-t-il désormais le nôtre, comme celui miraculeux et extravagant de Joseph Desa modifiait la réalité de son époque ? Ce vieux rêve de l’homme de jouer à Dieu est-il atteint ?
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Un fils de notre temps

    14.11.2019  >  30.11.2019

    • Théâtre
    " Vas-y donc à la guerre et apprends ce que c’est ! " Benoît Verhaert adapte et met en scène ce dernier roman d’Odön von Horváth, l’un des plus grands dramaturges de langue allemande du 20e siècle qui mourut peu après sa parution en 1938.

    Lire la suite

    Un fils en quête d’une figure paternelle qui, séduit par les promesses du national-socialisme dans l’Allemagne de 1938, s’engage dans l’armée. Puis contraint de la quitter, il cherche le salut dans l’amour d’une fille qui un jour l’avait regardé dans les yeux. Mais il ne parviendra jamais à la retrouver.
    Lieu
    Petit Varia
    Rue Gray, 154
    1050 Ixelles
    http://www.rideaudebruxelles.be/14-lieux/55-petit-varia
  • Week van de smaak @ Musée Charlier Museum

    14.11.2019  >  24.11.2019

    • Animations
    Chaque visiteur se verra offrir des collations originales, saines, savoureuses et colorées.

    Lire la suite

  • L’argent fait le bonheur

    15.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Après le succès de leurs spectacles "La vie c’est comme un arbre", "Showmeur Island" et "L’être ou ne pas l‘être", "Les Voyageurs Sans Bagage" explorent l’univers de Molière !

    Lire la suite

    Harpagon, connu pour son avarice légendaire, est ravi d’apprendre le décès de sa mère car il va pouvoir profiter de son héritage. Ce qu’il n’imagine pas, ce sont les conditions du testament : marier ses deux enfants. Mais entre  sa fille, Célimène, militante pour les droits des migrants, qui rejette le mariage et son fils, Cléante, qui n’a pas été gâté par la nature, le plan d’Harpagon est menacé. Et pour ne rien arranger, son fidèle serviteur, Scapin, lui prépare quelques-unes de ses fameuses fourberies. Les pièces "L’Avare", "Les Fourberies de Scapin", "Le Tartuffe ou l'Imposteur" et "Le Bourgeois gentilhomme" sont revues et corrigées par Les Voyageurs Sans Bagage dans cette comédie délirante ! Écriture : Les Voyageurs Sans Bagage | Mise en scène : Mohamed Allouchi | Dramaturgie et Scénographie : Zenel Laci | Interprétation : Marie Darah, Yassin El Achouchi, Fionakis, Rachid Hirchi, Mohamed Ouachen et Anaïs Tossings | Création Lumière : Sébastien Mercial. Production : Les Voyageurs Sans Bagage en coproduction avec l’Espace Magh. Avec le soutien de la Ville de Bruxelles, du Service public francophone bruxellois, de la Région de Bruxelles-Capitale, de la Promotion de Bruxelles, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Maison de la création de Laeken et de DARNA.
    Lieu
    Centre culturel Espace Magh asbl
    Rue du Poinçon, 17
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 274 05 10
    info@espacemagh.be
    http://www.espacemagh.be
  • Nuages : lettres à mon fils

    15.11.2019  >  30.11.2019

    • Cinéma
    Un poème visuel où Marion Hänsel, s'appuyant sur le fil verbal de lettres ouvertes à son fils, filme les nuages et les fumées aux quatre coins du monde, dans leur extraordinaire diversité.

    Lire la suite

    Un poème visuel où Marion Hänsel, s'appuyant sur le fil verbal de lettres ouvertes à son fils, filme les nuages et les fumées aux quatre coins du monde, dans leur extraordinaire diversité. Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Enfants du Burundi : chapitre 1 & 2

    15.11.2019  >  30.11.2019

    • Cinéma
    Birobezo, c’est la rencontre d’une caméra amie, avec un groupe d’enfants des rues de Bujunbura (Burundi).

    Lire la suite

    Birobezo, c’est la rencontre d’une caméra amie, avec un groupe d’enfants des rues de Bujunbura (Burundi). Et la promesse de se revoir dans quelques années. Bichorai marque les premières retrouvailles : le groupe a éclaté. La ville elle-même s’est transformée, après les élections, le coup d‘état, les massacres... Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be