Evénements du 18 novembre 2019

  • Gioia perfetta

    05.11.2019  >  22.11.2019

    • Théâtre
    En mai 2017, Etienne Van der Belen part du Valais, en Suisse, et marche près de 1.000 km vers Assise, en Italie. Partant d’éléments glanés sur la route, le spectacle glisse du récit de voyage à une forme plus onirique, où l’expérience vécue cède la place à l’imaginaire. L’histoire d’un homme qui, dans sa volonté de rencontrer le réel, rencontre aussi ses obsessions, ses fantasmes, ses inquiétudes.

    Lire la suite

    Le 30 mai 2017, Etienne Van der Belen part du Valais, en Suisse, et marche près de 1000 km vers Assise, en Italie. Sur la route, il tient un carnet de voyage, rencontre des gens, enregistre les sons de la nature et filme ses pieds... C’est le récit d’un homme qui explore la marche comme une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur et du dénuement, en rupture avec l’hyper activité constante de ce siècle. C’est aussi le récit d’un tiraillement intérieur entre l’idéal de cette aventure, sa projection rêvée et l’expérience du réel dans toute sa rugosité. Partant d'éléments glanés sur la route, le spectacle glisse progressivement d’un récit de voyage à une forme plus onirique, où l’expérience vécue cède la place à l’imaginaire. Histoire d’un homme qui, dans cette volonté de rencontrer le réel, rencontre aussi ses obsessions, ses fantasmes, ses inquiétudes. C’est enfin la question de la transmission et du partage d’une expérience singulière : quelle forme théâtrale donner à cette aventure de l’intime et du sensoriel ?
    Lieu
    Le Boson
    Chaussée de Boondael, 361
    1050 Ixelles
    Tél : +32 471 32 86 87
    Réservation : +32 471 32 86 87
    reservations@leboson.be
    http://www.leboson.be
  • Le Champ de bataille

    05.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Le Champ de bataille : En adaptant le roman de Jérôme Colin Le Champ de Bataille, Denis Laujol (Pas Pleurer et Fritland nous offre un spectacle sur l’amour familial où les sentiments sont à vif, comme sur un champ de bataille. Un spectacle destiné aux parents et à leurs enfants, qui devraient se reconnaître dans cette observation tendre et hilarante de la mutation adolescente.

    Lire la suite

    L’ennui avec les enfants, c’est qu’ils grandissent. C’est qu’un beau matin, sans prévenir, ils mettent des trainings, répondent par onomatopées et écoutent de la mauvaise musique (…) Ça coûte une fortune en crème anti-boutons, ça change d’humeur toutes les six minutes, ça a le nez qui pousse. Ça se traîne du divan au lit en mettant un point d’honneur à vous rappeler que vous n’êtes absolument pas à la hauteur de votre rôle de père. Ça vous empoisonne. Ça vous déteste. C’est cruel un enfant qui grandit. Comble de tout, une fois dépassé le mètre 50, ça cesse de vous considérer comme Dieu en personne. Et ça, il faut l’encaisser ! Désormais vous n’êtes plus rien, juste un étranger programmé pour leur gâcher l’existence et les empêcher de vivre. La quarantaine galopante, voilà ce que se dit ce père, enfermé dans les toilettes, ultime forteresse inviolable, où il consulte des dépliants de voyage, manière d’échapper pour de bon à la pesanteur du quotidien, avec d’un côté un fils aîné en pleine adolescence, de l’autre son couple en crise, sexuelle notamment. En adaptant le roman de Jérôme Colin Le Champ de Bataille, Denis Laujol (Pas Pleurer de Lydie Salvayre et Fritland de Zenel Laci) nous offre un spectacle sur l’amour familial où les sentiments sont à vif, comme sur un champ de bataille. Un spectacle qui questionne la violence sociale, notamment produite par l’école et la famille, mais qui n’est jamais dénué d’espérance car il est porté par une plume pleine de tendresse et de dérision. Un spectacle destiné aux parents et à leurs enfants, qui devraient se reconnaître dans cette observation tendre et hilarante de la mutation adolescente.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Vide

    06.11.2019  >  20.11.2019

    • Théâtre
    Un saut dans le vide, un seul en scène improvisé.

    Lire la suite

    VIDE est un spectacle improvisé conçu comme un saut dans le vide. Il n’y a rien. Que le public et un comédien vide de tout. Au public de le remplir. Des micros dans la salle et au bar captent des bribes de conversation. Une bande son invite les spectateurs à s’exprimer. Un logiciel de reconnaissance vocale retranscrit en live sur un écran (sinon, un régisseur) les mots captés. Au bout de quelques minutes, le spectacle commence. À la fin (ou pendant) chaque impro, les mots ou les situations qui ont été jouées sont surlignées. Il peut y avoir entre 1 et 15 improvisations jouées.
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Walter

    06.11.2019  >  22.11.2019

    • Théâtre
    Un marionnettiste capricieux se fait dépasser par sa marionnette ou plutôt, elle devient tellement le prolongement de lui-même qu’elle en vient à gérer sa vie…

    Lire la suite

    Walter est une fiction, une histoire incroyablement fausse mais dont on rêverait qu’elle soit vraie ! Un marionnettiste capricieux se fait dépasser par sa marionnette ou plutôt, elle devient tellement le prolongement de lui-même qu’elle en vient à gérer sa vie… Il est taiseux, elle ose parler, il est jaloux, elle se moque de tout ! Un récit à la croisée des chemins entre l’oeuvre de Collodi et celle de Stevenson et de son célèbre Dr Jekill et Mr Hyde. ► Du 6 au 22 novembre Le mercredi 19h - Jeudi et vendredi à 20h30 Lundi-théâtre : 18.11 à 20h30 (6€) Deux représentations le jeudi 07.11 : à 14h et à 20h30 Scènes d'envol les 6, 7 et 8.11 en soirée : 8€ en prévente
    Lieu
    Les Riches-Claires
    Rue des Riches Claires, 24
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 548 25 80
    Réservation : +32 2 548 25 80
    accueil@lesrichesclaires.be
    http://www.lesrichesclaires.be
  • Bocal

    06.11.2019  >  22.11.2019

    • Théâtre
    Une comédie tragique, aquatique et musicale en 1 acte.

    Lire la suite

    Un bocal sur une table. Un poisson rouge dans le bocal. Le poisson se prénomme Octave. Octave observe. Il observe Vinciane et Dimitri. La mère et le fils. Vinciane a préparé le souper. Dimitri mangera beaucoup. Elle ne touchera pas à son assiette. Car ce que s’apprête à lui annoncer son fils dépasse l’entendement. Peut-être qu’en danois, ça passera mieux... Une comédie tragique, aquatique et musicale en 1 acte. "Nous avons tous notre propre bocal. Nous tournons en rond, cherchant une issue. Mais où que nous soyons, nous nous retrouvons face à une vitre concave qui déforme l’image que nous voudrions avoir de nous et du monde." ► Du 6 au 22 novembre Le mercredi 19h - Jeudi et vendredi à 20h30 Scènes d'envol les 6, 7 et 8.11 : 8€ en prévente
    Lieu
    Les Riches-Claires
    Rue des Riches Claires, 24
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 548 25 80
    Réservation : +32 2 548 25 80
    accueil@lesrichesclaires.be
    http://www.lesrichesclaires.be
  • Page blanche

    08.11.2019  >  30.11.2019

    • Théâtre
    Le plein d'émotions

    Lire la suite

    Avant de commencer le spectacle, le texte inexistant de la pièce est montré aux spectateurs : une page blanche. Un élément est demandé au public. Cela peut être un mot, un lieu, un genre à aborder,… Cette impulsion de départ est écrite sur la page blanche et à partir d’elle, les comédiens créent intégralement une pièce de théâtre d’1H15 de manière totalement spontanée. Ils se lancent dans une histoire qu’ils vont jouer au fur et à mesure qu’ils l’inventent et la découvrir en même temps que les spectateurs.
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • River

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Spectacle
    « Il y a le souvenir de cet ancêtre qui, un jour, a voulu descendre la rivière, jusqu’au bout, jusqu’à la mer et qui n’est jamais revenu. »

    Lire la suite

    De quoi sont faits nos souvenirs ? Traces du passé ? Traces rêvées ? Et dans ces parties lointaines de notre mémoire quels secrets y avons nous enfoui ? Et nos amours perdues ? Aussi entêtantes que la mélodie d’une chanson ? Qu’en reste-t-il en nous ? La blessure est-elle devenue superficielle ? Et les enfants qui partent loin de notre nid ? Que faire quand l’oubli efface tout et qu’on ne reconnaît plus l’autre… Et les au revoir quand on s’accroche à un hypothétique espoir. Et les adieux, quand il ne nous restera plus que le souvenir, peut-être une caresse ou une odeur, quand on parlera à l’absente ou à l’absent. À partir des champs de l’intime et des deuils qu’il nous faut faire, la chorégraphe Michèle-Anne De Mey bâtit une fiction dansée. Elle rassemble huit personnages, danseurs, acteurs, musiciens, circassiens et un chien, qui raconteront, à travers gestes et paroles, ce qu’on abandonne et ce qui nous suit quand on quitte une maison : les souvenirs communs et les souvenirs secrets. De la chambre, du salon, du jardin, et de la rivière.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La chute

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    « Oh jeune fille, jette-toi encore une fois dans l’eau, que j’aie une seconde fois la chance de nous sauver tous les deux. »

    Lire la suite

    Dans une salle de café aux murs et sol en damier comme pour nous rappeler qu’il nous arrive de pousser les pions de notre vie, Jean-Baptiste Clamence déballe la sienne et narre ce qui l’a conduit – lui naguère brillant avocat parisien défendant les causes perdues – aux rues d’Amsterdam où il dit être devenu « juge-pénitent », dressant le bilan de ses diverses usurpations et de ses lâchetés. À regarder et écouter Lorent Wanson, on se prend à penser qu’il nous raconte son parcours tant l’adaptation de Vincent Engel lui en permet l’appropriation : parce qu’il joue d’empathie avec ce texte questionnant le sens et les conséquences des actes que chacun peut poser ; qu’il y a aussi, assise sur une chaise, une femme en robe de mariée, l’une des figures marquantes d’un spectacle antérieur ; et qu’au piano l’accompagne Fabian Fiorini, complice de longue date pratiquant le contrepoint avec Bach, Purcell et des chansons. J’ai fait danser tant de malentendus, chantait Bashung… Cette version de La chute nous permet de saisir tout le sel et la puissance agissante de la fiction.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Paying for it

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais...) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont choisi ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire. — Rencontre constructeurs d’histoires Mercredi 13.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Marie L. Barret Cette rencontre abordera la question de l’art comme outil et moyen d’exister pour les travailleurs du sexe qui font face à une société qui ne veut pas les entendre. Mercredi 20.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Maxime Maes Cette rencontre aura pour dessein de développer les questions politiques, de statut, de droit et législatives autour de la prostitution. Où en sont les luttes ? Sonia Verstappen est une ancienne travailleuse du sexe, une anthropologue et cofondatrice du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance). Marie L. Barret exerce librement son métier de travailleuse du sexe, depuis plus de quinze ans, dans un village du sud de la France. Elle témoigne volontiers de sa pratique, et de sa place dans la société, sous forme de projet littéraire. Maxime Maes est travailleur du sexe et cofondateur du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance) et membre du conseil d'administration de la RainbowHouse.

    Lire la suite

    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais...) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont choisi ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire. — Rencontre constructeurs d’histoires Mercredi 13.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Marie L. Barret Cette rencontre abordera la question de l’art comme outil et moyen d’exister pour les travailleurs du sexe qui font face à une société qui ne veut pas les entendre. Mercredi 20.11.2019 (à l’issue de la représentation) Avec Sonia Verstappen et Maxime Maes Cette rencontre aura pour dessein de développer les questions politiques, de statut, de droit et législatives autour de la prostitution. Où en sont les luttes ? Sonia Verstappen est une ancienne travailleuse du sexe, une anthropologue et cofondatrice du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance). Marie L. Barret exerce librement son métier de travailleuse du sexe, depuis plus de quinze ans, dans un village du sud de la France. Elle témoigne volontiers de sa pratique, et de sa place dans la société, sous forme de projet littéraire. Maxime Maes est travailleur du sexe et cofondateur du collectif de UTSOPI (l'Union des Travailleurs et Travailleuses du Sexe Organisé(e)s pour l'Indépendance) et membre du conseil d'administration de la RainbowHouse.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Boccaperta

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Chiara est un I-Bird auquel on a implanté des souvenirs de vies humaines. Élaborée à l’Apple Park de Cupertino-Californie, riche de la mémoire universelle et de l’expérience de l’humanité, elle se souvient de Saint-Joseph de Cupertino qui pourrait être son créateur...

    Lire la suite

    Joseph Desa naît en l’an 1603 dans une étable comme Jésus-Christ, dans le petit village de Cupertino, dans la région des Pouilles. Simple d’esprit, maladroit, toujours perdu dans ses rêveries, il est l’hébété, l’étonné, le balbutiant, l’idiot sous la lune. On le surnomme ‘Boccaperta’, bouche ouverte. Non sans mal, sa mère le fait entrer dans un couvent. Ses supérieurs, appréciant son humilité et son obéissance, décident de le faire prêtre, mais pour y arriver, il doit subir des examens. à force de persévérance, il apprend un seul verset d’un seul évangile, et le jour de l’examen, c’est sur celui-là qu’il tombe. Le voici prêtre. Il vit alors dans une union si étroite à Dieu qu’il tombe constamment en extase, et en quelque lieu qu’il se trouve, s’élève vers les cieux. Tout le monde accourt pour le voir léviter, ce qui inquiète les autorités qui le mettent à l’écart. Il passe la dernière partie de sa vie dans une solitude presque absolue, s’envole une dernière fois, les bras en croix, le 17 septembre 1663, puis rend son dernier soupir le lendemain. Canonisé en 1767 en Saint-Joseph de Cupertino, sa réputation de lévitation fait de lui le patron des aviateurs et des cosmonautes, sa réussite à l’examen de son ordination, celui des étudiants et candidats aux examens. Emmanuel Texeraud ressuscite l’incroyable histoire de ce saint et, puisque c’est en son honneur qu’est appelée Cupertino, la municipalité californienne, au sein de la Silicon Valley où Apple a posé sa soucoupe, il la « reboote » en la faisant rentrer en friction avec « l’intelligence artificielle ». Ce nouvel univers à la fois onirique et réel modèle-t-il désormais le nôtre, comme celui miraculeux et extravagant de Joseph Desa modifiait la réalité de son époque ? Ce vieux rêve de l’homme de jouer à Dieu est-il atteint ?
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be