Evénements du 17 novembre 2019

  • Gratis rondleiding : The Grand Place to Be

    03.02.2019  >  01.12.2019

    • Visites Guidées

    Lire la suite

  • Visite guidée gratuite : The Grand Place To Be

    03.02.2019  >  01.12.2019

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    Pour célébrer le 20e anniversaire de son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, The Grand-Place to be vous dévoile tous les secrets de ce lieu emblématique de l’architecture et de la vie bruxelloises. (sur réservation)
    Lieu
    Musée de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi
    Grand-Place
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 279 43 50
    Réservation : +32 2 279 43 67
    musea@brucity.be
    http://www.museedelavilledebruxelles.brussels
  • Signé Griffo - Un dessinateur au service des scénaristes

    11.06.2019  >  24.11.2019

    • Exposition
    Avec SOS Bonheur ou Monsieur Noir, l’auteur de la série Giacomo C a dessiné quelques jalons parmi les plus importants de la BD des trente dernières années.

    Lire la suite

    Avec SOS Bonheur ou Monsieur Noir, l’auteur de la série Giacomo C a dessiné quelques jalons parmi les plus importants de la BD des trente dernières années. Formé à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers, Griffo reprend brièvement les personnages de Modeste et Pompon dans Tintin avant de bourlinguer dans le vaste monde. De retour en Belgique au début des années ‘80, il abandonne le dessin publicitaire où il excellait pour s'aventurer dans la bande dessinée réaliste, imposant d’emblée un style original inspiré des grandes signatures françaises Moebius, Tardi et Bilal. Dès sa première tentative, l’efficacité de son dessin séduit des scénaristes comme Dufaux, Van Hamme ou Cothias. Tout le monde s'arrache désormais le dessinateur de "Giacomo C.", une série qu'il vient de relancer pour le plus grand bonheur de ses fans. Commissaire de l’exposition : JC De la Royère. Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale.
    Lieu
    Musée de la Bande Dessinée
    Rue des Sables, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 219 19 80
    visit@cbbd.be
    http://www.cbbd.be
  • La Peste

    16.10.2019  >  17.11.2019

    • Théâtre
    Camus, notre contemporain, nous parle de la grandeur de l’homme et de ses faiblesses. Une chronique de la résistance.

    Lire la suite

    La peste, cette maladie terriblement transmissible, sépare les hommes, les rend méfiants, mais par la lutte collective qu'elle suscite, les rapproche aussi et Camus en décrit les manifestations avec une grande précision. ‘La Peste’ est une chronique spectaculaire qui nous permet de nous interroger sur notre époque, tant le texte d’Albert Camus nous invite à comparer les faits et la montée du populisme des années trente avec notre actualité. La Peste a souvent été interprétée comme une transposition de l’occupation allemande de la France et de l’organisation de la Résistance qui s’ensuivit. Camus a approuvé cette interprétation mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas aller chercher ailleurs, plus loin. Camus réfléchit au sens de l’existence humaine et à la manière de l’accepter. Monter ‘La Peste’, c’est, à la suite de Camus, ne pas s’inscrire dans le ‘silence déraisonnable du monde’ mais participer au mouvement de réflexion et de mise en garde pour les générations futures.
    Lieu
    Théâtre Royal des Galeries
    Galerie du Roi, 32
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 04 07
    Réservation : +32 2 512 04 07
    infos@trg.be
    http://www.trg.be
  • Antigone in the Dark

    07.11.2019  >  17.11.2019

    • Spectacle
    Monologue opératique en anglais pour soprano, six musiciens et vidéo d’animation

    Lire la suite

    « Where were you Creon? ». Ce cri déchirant d’Antigone, adressé au Roi Créon peu avant de finir sa vie emmurée dans une caverne, résonne toujours en écho aujourd’hui. Où était-il ? Où était l’Autorité quand les jeunes frères d’Antigone se sont entretués ? Pourquoi ne pas avoir tenté de désamorcer le conflit, favoriser la prévention à la répression ? Poussée dans le dos, Antigone entre sur la scène vide qui représente une caverne obscure, celle qui lui servira de sépulture. Elle salue son frère Polynice à qui elle a offert les rites funèbres traditionnels afin de lui permettre d’accéder à l’au-delà. Par son action, elle s’est positionnée en hors-la-loi, car elle désobéissait à l’édit du Roi Créon qui voulait condamner Polynice à un errement éternel. Antigone accuse Créon d'avoir causé la mort de ses frères car il était en mesure de tout éviter. Une berceuse funèbre guidera Antigone entre nostalgie, colère et désespoir. Avant de mourir, elle avertit Créon que beaucoup d’autres le défieront à l’avenir et oseront s’ériger contre les injustices causées par le pouvoir : « You won’t see me anymore, but many are coming now, like me ! ».
    Lieu
    Théâtre Poème 2
    d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 538 63 58
    http://www.theatrepoeme.be
  • River

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Spectacle
    « Il y a le souvenir de cet ancêtre qui, un jour, a voulu descendre la rivière, jusqu’au bout, jusqu’à la mer et qui n’est jamais revenu. »

    Lire la suite

    « Il y a le souvenir de cet ancêtre qui, un jour, a voulu descendre la rivière, jusqu’au bout, jusqu’à la mer et qui n’est jamais revenu. » De quoi sont faits nos souvenirs ? Traces du passé ? Traces rêvées ? Et dans ces parties lointaines de notre mémoire quels secrets y avons nous enfoui ? Et nos amours perdues ? Aussi entêtantes que la mélodie d’une chanson ? Qu’en reste-t-il en nous ? La blessure est-elle devenue superficielle ? Et les enfants qui partent loin de notre nid ? Que faire quand l’oubli efface tout et qu’on ne reconnaît plus l’autre… Et les au revoir quand on s’accroche à un hypothétique espoir. Et les adieux, quand il ne nous restera plus que le souvenir, peut-être une caresse ou une odeur, quand on parlera à l’absente ou à l’absent. À partir des champs de l’intime et des deuils qu’il nous faut faire, la chorégraphe Michèle-Anne De Mey bâtit une fiction dansée. Elle rassemble huit personnages, danseurs, acteurs, musiciens, circassiens et un chien, qui raconteront, à travers gestes et paroles, ce qu’on abandonne et ce qui nous suit quand on quitte une maison : les souvenirs communs et les souvenirs secrets. De la chambre, du salon, du jardin, et de la rivière.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La chute

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    « Oh jeune fille, jette-toi encore une fois dans l’eau, que j’aie une seconde fois la chance de nous sauver tous les deux. »

    Lire la suite

    Dans une salle de café aux murs et sol en damier comme pour nous rappeler qu’il nous arrive de pousser les pions de notre vie, Jean-Baptiste Clamence déballe la sienne et narre ce qui l’a conduit – lui naguère brillant avocat parisien défendant les causes perdues – aux rues d’Amsterdam où il dit être devenu « juge-pénitent », dressant le bilan de ses diverses usurpations et de ses lâchetés. À regarder et écouter Lorent Wanson, on se prend à penser qu’il nous raconte son parcours tant l’adaptation de Vincent Engel lui en permet l’appropriation : parce qu’il joue d’empathie avec ce texte questionnant le sens et les conséquences des actes que chacun peut poser ; qu’il y a aussi, assise sur une chaise, une femme en robe de mariée, l’une des figures marquantes d’un spectacle antérieur ; et qu’au piano l’accompagne Fabian Fiorini, complice de longue date pratiquant le contrepoint avec Bach, Purcell et des chansons. J’ai fait danser tant de malentendus, chantait Bashung… Cette version de La chute nous permet de saisir tout le sel et la puissance agissante de la fiction.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Paying for it

    12.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais…) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont « choisi » ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire.

    Lire la suite

    Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais…) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont « choisi » ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier. Les chemins qui mènent à la prostitution croisent ceux de la toxicomanie, des dettes d’argent, des plateformes de rencontres devenues les tremplins de la prostitution étudiante, du goût de l’argent gagné et dépensé hors du système, etc. Paying for it enquête sur ces pratiques qui se diversifient et les multiples visages de la prostitution d’aujourd’hui. Minutieusement documentée, l’équipe artistique a multiplié les rencontres auprès des prostituées, des policiers de la brigade des mœurs, des clients, des associations de défense des travailleurs du sexe et d’une de leur porte-parole Sonia Verstappen qui accompagne le projet depuis ses débuts. En tentant de percer les secrets d’un monde obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire l’apologie de la prostitution, le spectacle rappelle que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les Aveugles

    13.11.2019  >  17.11.2019

    • Théâtre
    Un groupe d’aveugles erre sur une île au cœur d’une ancienne forêt. Ils attendent le retour du prêtre qui les a guidés jusque-là, sans réaliser que celui-ci est déjà parmi eux. Silencieux. Mort ? Les Aveugles est le troisième volet de la trilogie que Josse De Pauw a dédiée à son exploration de la condition humaine. Faisant appel à un compositeur différent pour chacun des spectacles, il avait déjà collaboré avec Dominique Pauwels pour Les Héros et avec Kris Defoort pour L’Humanité (présenté lors de la saison 18/19). Pour ce dernier mouvement, c’est avec Jan Kuijken qu’il a souhaité travailler. Le duo s’est emparé du texte de Maurice Maeterlinck, poignant drame en prose écrit en 1890, qu’ils ont habillé de nouvelles compositions en anglais, confiées aux formidables chanteurs du Collegium Vocale de Gand. Les chants a capella de ces femmes et de ces hommes montent et se mêlent pour traduire la symbolique de l’errance et la cécité d’un groupe d’humains qui nous ressemble.

    Lire la suite

    Un groupe d’aveugles erre sur une île au cœur d’une ancienne forêt. Ils attendent le retour du prêtre qui les a guidés jusque-là, sans réaliser que celui-ci est déjà parmi eux. Silencieux. Mort ? Les Aveugles est le troisième volet de la trilogie que Josse De Pauw a dédiée à son exploration de la condition humaine. Faisant appel à un compositeur différent pour chacun des spectacles, il avait déjà collaboré avec Dominique Pauwels pour Les Héros et avec Kris Defoort pour L’Humanité (présenté lors de la saison 18/19). Pour ce dernier mouvement, c’est avec Jan Kuijken qu’il a souhaité travailler. Le duo s’est emparé du texte de Maurice Maeterlinck, poignant drame en prose écrit en 1890, qu’ils ont habillé de nouvelles compositions en anglais, confiées aux formidables chanteurs du Collegium Vocale de Gand. Les chants a capella de ces femmes et de ces hommes montent et se mêlent pour traduire la symbolique de l’errance et la cécité d’un groupe d’humains qui nous ressemble.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • L’argent fait le bonheur

    15.11.2019  >  23.11.2019

    • Théâtre
    Comment peut-on garder une morale lorsqu’en face, on vous offre la liberté financière ? La solidarité a-t-elle encore sa place ? L’argent est-il la seule solution face aux inégalités sociales ?

    Lire la suite

    Après le succès de leurs comédies La vie c’est comme un arbre, Showmeur Island et L’être ou ne pas l’être, la compagnie Les Voyageurs Sans Bagage explore le rapport de notre société à l’argent. Cette pièce délirante s’inspire des œuvres de Molière Les Fourberies de Scapin, L’Avare et Le Misanthrope, tout en y mêlant notre actualité (les gilets jaunes, la corruption, les paradis fiscaux, etc.). Production : Les Voyageurs Sans Bagage en coproduction avec l’Espace Magh. Avec le soutien de la Ville de Bruxelles, du Service public francophone bruxellois, de la Région de Bruxelles-Capitale, de la Promotion de Bruxelles et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
    Lieu
    Centre culturel Espace Magh asbl
    Rue du Poinçon, 17
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 274 05 10
    info@espacemagh.be
    http://www.espacemagh.be