Evénements du 2 octobre 2019

  • La Paix

    19.09.2019  >  19.10.2019

    • Théâtre
    Parodie pour marionnettes, en bruxellois français.

    Lire la suite

    “La meilleure adaptation de La Paix que j’ai vue durant ma carrière, tant pour les marionnettes que pour les acteurs” Jacques Huisman Directeur-Fondateur du Théâtre National de Belgique A l’occasion des manifestations culturelles d’Europalia-Grèce en 1982, Victor José Géal-Toone VII et Andrée Longcheval ont réalisé une adaptation de “La Paix” d’Aristophane. Comment mieux célébrer ce pays, berceau de notre démocratie, dont la paix est une aspiration éternelle dans une actualité en profond désarroi ? Dans l’antiquité déjà, l’auteur comique grec, Aristophane, ennemi de la violence et de la dictature, prône avec verve une paix durable. Cette paix que Polémos, dieu de la guerre, enferme dans l’opacité d’une caverne. C’est compter sans la bravoure du héros Woltje-Trygée qui vole jusqu’à l’Olympe sur un bousier géant au carburant écologique pour délivrer celle sans qui nous ne pouvons concevoir l’existence et que tant d’autres enferment encore de nos jours. Les décors sont du peintre bruxellois Raymond Goffin. Les costumes sont réalisés par Lidia Gosamo. Toutes les voix sont interprétées par Toone à l’exception de celle de Zeus qui est due à la complicité du brillant comédien Jean-Claude Frison, promu récemment Chevalier de Toone.
    Lieu
    Théâtre Royal de Toone
    Rue du Marché aux Herbes - Entrée : Impasse Sainte Pétronille, 66
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 71 37
    Réservation : +32 2 513 54 86
    woltje@skynet.be
    http://www.toone.be
  • B27

    19.09.2019  >  06.10.2019

    • Théâtre
    Timur vient de là... Il vient du Caucase, cette région atypique mal connue des Européens, cette région stratégique entre la Russie et l’Asie, région connue par les deux guerres en Tchétchénie. Le Caucase où l’emprise russe joue des coudes avec les indépendantismes. Entre orthodoxes et musulmans, entre tradition asiatique et vieux rêves soviétiques, un pays, le Daghestan.

    Lire la suite

    Timur vient d’un pays que tu ne sais pas situer sur une carte. Il vient d’un monde dont tu ne connais rien. Il vient d’un pays où la guerre est tellement présente que les pères et les mères sont des armées ennemies, que l’amour sent la poudre, que l’enfance pue l’autorité et les traditions. Timur vit ici maintenant. Toutes les souffrances accumulées ont trouvé un nom : B27. Vous n’en aviez jamais entendu parlé... Non, ce n’est pas un avion bombardier, non, ce n’est pas un jeu vidéo, c’est une maladie... Une saloperie qui lui dévaste le corps, qui l’empêche de bouger, qui gueule en lui. Lui, le danseur céleste, l’errant insatiable, l’acteur aux mille vers, le voilà immobile. Son corps dit: cesse de gesticuler, reste ici, tu n’es plus rien... mais qu’as-tu jamais été ? Maintenant il est belge, il se débrouille entre les boulots d’intégration, les stages de langue, les nettoyages, le CPAS, les propositions d’être clini-clown ou animateur dans une maison de retraite. Adina, vient de là aussi. Elle veut parler de cette immobilité. Adina lui demande: Tu veux te marier avec moi, Timur ? Ah. Tu es homo.
    Lieu
    Théâtre Poème 2
    d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 538 63 58
    http://www.theatrepoeme.be
  • Intimate Strangers

    19.09.2019  >  06.10.2019

    • Exposition

    Lire la suite

    David Delruelle est né à Bruxelles en 1988. Après des études d’illustration et de graphisme à Saint-Luc, il s’oriente rapidement vers le collage, d’abord papier, puis progressivement digital. Partant d’une imagerie pop surréaliste et usant d’une méthodologie minimale, il cherche à développer une pensée poétique et à amorcer un dialogue entre le pictural et le monde des idées. David Delruelle a réalisé plusieurs artworks pour des groupes de musique, dont River Into Lake, le projet de Boris Gronemberger. Fortement inspiré par son travail, le musicien bruxellois a choisi l’un de ses collages pour illustrer la pochette de son prochain album, ‘Let the Beast Out’. ▲Preview à l’occasion de la release party de River Into Lake le je 19/09
    Lieu
    BRASS - Centre Culturel de Forest
    Avenue Van Volxem, 364
    1190 Forest
    Tél : +32 2 332 40 24
    info@lebrass.be
    http://www.lebrass.be
  • Villa dolorosa

    20.09.2019  >  06.10.2019

    • Théâtre
    « Peut-être qu'on est seulement du matériau de remplissage entre les grands esprits comme... Shakespeare et Derrida, Copernic et Sartre. »

    Lire la suite

    « Peut-être qu'on est seulement du matériau de remplissage entre les grands esprits comme... Shakespeare et Derrida, Copernic et Sartre. » "Qu’est-ce que j’peux faire ? J'sais pas quoi faire" pourrait être la rengaine des enfants de la famille, ironiquement dénommée Freudenbach (ruisseau de joie). Irina, Macha, Olga et André doivent leurs prénoms à des parents russophiles admirateurs de Tchekhov. Dans leur monde, où leur culture ne leur semble d’aucune aide, puisqu’à l’ère du matérialisme effréné il n’y a plus de place pour l’utopie, ils semblent tous vaincus par l’apathie, incapables de donner un sens à leurs vies, de trouver le bonheur ou quelque apaisement. D’anniversaire en anniversaire, Irina, éternelle étudiante ayant du mal à quitter son lit, se plaindra de la musique, des invités, des cadeaux reçus… Olga, enseignante, deviendra directrice d’école, Macha s’étiole dans un mariage sans amour et voit son amant l’abandonner. André oubliera d’écrire, accaparé par la nécessité de gagner de l’argent pour faire vivre sa famille. Des "Trois sœurs" de Tchekhov, Rebekka Kricheldorf conserve l’atmosphère de désillusion face à un monde en transition. Et si une grande mélancolie sourd au gré du texte, une ironie féroce emporte les propos d’une génération en manque d’idéal dans un monde qui offre peu de perspectives.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • The End of Violence

    20.09.2019  >  03.11.2019

    • Cinéma
    Entre un producteur de films noirs traqué par des tueurs et un informaticien à la recherche d’un système imparable contre la violence, une intrigue-labyrinthe sur une partition de Ry Cooder.

    Lire la suite

    Entre un producteur de films noirs traqué par des tueurs et un informaticien à la recherche d’un système imparable contre la violence, une intrigue-labyrinthe sur une partition de Ry Cooder. Flagey, Cinematek, Goethe-Institut Belgien € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Queimada

    22.09.2019  >  05.10.2019

    • Cinéma
    GILLO PONTECORVO, 1969, IT, 132'

    Lire la suite

    Au milieu d'un 19e siècle où les courants favorables à l'abolitionnisme se multiplient, l'agent colonial anglais William Walker (encore lui !) pousse les esclaves de l'île de Queimada à mener la révolution pour affaiblir l'empire portugais. Son but : renforcer les intérêts économique de l'Angleterre dans les Caraïbes et surtout la production et le commerce de la canne à sucre. Dix ans après le coup d'état donnant le pouvoir aux créoles, Walker est de retour sur l'île mais cette fois-ci au service d'une grande compagnie sucrière pour mater la rébellion qu'il a lui même initiée. En 1969, Gillo Pontecorvo est passé maître de la contre-histoire, loin du story-telling des grands romans nationaux, et appuie là où ça fait mal. Avec Franco Solinas, le scénariste de ses deux précédents films "Kapo" et "La Bataille d'Alger", ils remettent le couvert et s'attellent avec "Queimada" à démonter les rouages de la guerre intrusive dans un empire coloniale à l'aube du capitalisme mondialisé. Véritable démonstration filmique sur la déconstruction du colonialisme – l'émancipation du leader de la rébellion incarné par Evanisto Marquez en est presque archétypal –, ce film sur la résistance à l'oppression reste terriblement d'actualité, ce qui ne manquera pas de vous ravir.
    Lieu
    Cinema Nova
    Rue d'Arenberg, 3
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 24 77
    nova@nova-cinema.org
    http://www.nova-cinema.org
  • Mariska et les années banane

    24.09.2019  >  10.10.2019

    • Exposition
    Exposition des œuvres personnelles de Mariska et voyage collectif à travers les années Banane.

    Lire la suite

    Nous ferons la fête à Mariska ce samedi 28 septembre 2019 à partir de 15h. À Mariska l’artiste, Mariska, des Ateliers de la Banane, la St Gilloise qui lit son journal à l’Union, la rassembleuse, la militante, la cartographieuse, l’arpenteuse, celle qui n’a pas froid aux yeux, pas sa langue en poche, pas peur de se salir les mains. Mariska et ses photos, ses croquis, ses tryptiques, ses séries et ses huiles. Mariska qui aimait les rencontres, rencontres entre les arts plastiques, la musique et l’écriture, rencontres entre les gens...
    Lieu
    La Maison du Livre
    Rue de Rome, 24 28
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 543 12 20
    info@lamaisondulivre.be
    http://www.lamaisondulivre.be
  • Be Careful

    24.09.2019  >  05.10.2019

    • Théâtre
    La prudence est le lot commun de toute femme en Inde et de par le monde. Elle est prescrite avec rigueur, les femmes en sont imprégnées et se doivent d’en faire preuve scrupuleusement. Mallika Taneja, artiste indienne vivant à New Delhi, s’interroge sur la notion d’égalité et sur la façon dont le corps peut tenir tête à l’injustice des structures de pouvoir.

    Lire la suite

    La prudence est le lot commun de toute femme en Inde et de par le monde. Elle est prescrite avec rigueur, les femmes en sont imprégnées et se doivent d’en faire preuve scrupuleusement. Alors seulement, elles peuvent aspirer à être en sécurité. Mallika Taneja, artiste indienne vivant à New Delhi, s’interroge sur la notion d’égalité et sur la façon dont le corps peut tenir tête à l’injustice des structures de pouvoir. Be Careful (Sois Prudente) est une pièce satirique qui remet en cause cette notion de sécurité. Née d’une profonde colère contre la violence quotidienne subie par les femmes, la performance de Mallika Taneja détruit le présupposé selon lequel la tenue d’une femme expliquerait les abus qu’elle subit. L’artiste démasque une culture qui se cache derrière l’ignorance et la pudeur pour mettre en lumière les contradictions qui retardent l’avancée du progrès social dans son pays. Le spectacle trouve un écho bien au-delà des frontières indiennes : Royaume-Uni, France, Suisse, Slovénie, Italie, Australie, Japon…
    Lieu
    L'Envers des Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 87
    1000 Bruxelles
    http://www.lamaisondulivre.be
  • No One

    24.09.2019  >  05.10.2019

    • Théâtre
    À travers cette tragi-comédie sans paroles, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola mettent en scène, dans un univers fantaisiste et décalé, la tension entre individu et groupe. Dans une stationservice perdue au milieu de nulle part, la sentence de la foule risque d’être sans appel.

    Lire la suite

    À travers cette tragi-comédie sans paroles, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola mettent en scène, dans un univers fantaisiste et décalé, la tension entre individu et groupe. Dans une stationservice perdue au milieu de nulle part, la sentence de la foule risque d’être sans appel. Une nuit d’été caniculaire. L’air est moite, presque irrespirable. Une pompe à essence isolée, au milieu de nulle part, totalement décrépie. Derrière son comptoir, Roland regarde la télé. Soudain, un groupe de touristes et sa tour manager, Rosa, débarquent. Tombés en panne quelques kilomètres plus loin, harassés par la chaleur, épuisés par leur voyage et tendus par un début de vacances ratées, ils sont à fleur de peau. Rosa tente en vain de joindre l’assistance dépannage. Tout cela pourrait très bien se terminer… sauf que, l’unique téléphone, leur seul moyen de s’en sortir, disparaît sans laisser de traces. Les hostilités commencent entre un Roland suspicieux, un mystérieux motard casqué, une jeune mère épuisée par son enfant en pleurs, un jeune gars énervé et un groupe de touristes en colère. Quelqu’un va devoir payer pour les autres… Le groupe va désigner son coupable! Mais qui? Poursuivant leur volonté de mettre en scène, en images et sans paroles, la fragilité de l’humanité, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola s’intéressent à la figure du bouc émissaire –cette victime expiatoire–, ainsi qu’au phénomène de foule et aux comportements irraisonnés qui en découlent. Avec beaucoup d’humour, d’étrangeté et une pointe de magie, No One –partition pour 5 acteurs et 10 figurants– questionne la dilution de la responsabilité, la désignation d’un bouc émissaire au sein de la foule et la puissance du groupe.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Le roman d’Antoine Doinel

    24.09.2019  >  12.10.2019

    • Théâtre
    Le roman d’Antoine Doinel est une adaptation pour la scène des cinq films que François Truffaut a réalisés entre 1959 et 1979 qui racontent les aventures d’Antoine Doinel, à cinq âges de la vie et à travers plusieurs époques.

    Lire la suite