Evénements du 20 mai 2019

  • Fugueuses

    08.05.2019  >  22.06.2019

    • Théâtre
    Pierre Palmade signe deux rôles splendides pour deux actrices en vadrouille, deux désobéissantes qui vont nous emmener sur les routes, à travers les bois et les champs.

    Lire la suite

    Margot sent comme une fatigue. Sa fille a 18 ans aujourd’hui. Alors, brusquement, elle décide de se faire la malle ! Sur la route, avec ses valises, elle rencontre Claude, qui elle aussi a fugué... Mais de sa maison de retraite, où son fils l’a placée. Margot est sage, fidèle, un peu naïve, en pleine crise existentielle. Claude est charmeuse, délurée, espiègle, aguerrie et amoureuse de la vie. À deux, elles font la paire ! Elles s’improvisent autostoppeuses, aventurières… Elles s’envolent et se sauvent. Y a pas d’âge pour les bonnes résolutions. Quand les circonstances t’étouffent faut pas hésiter, hein ! Faut prendre la tangente et la clé des champs. Pierre Palmade a le rythme, le sens du verbe et de la formule. Il a aussi une fêlure, quelque chose qui donne au rire un chouia de mélancolie et nous rappelle que le rire est la politesse des reines ! Deux rôles splendides pour deux actrices en vadrouille, deux désobéissantes qui vont nous emmener sur les routes, à travers les bois et les champs. Deux évadées qui vont respirer à pleins poumons, rire, dire des bêtises et nous donner des envies de liberté et de chemins buissonniers. UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. Photo © Gaétan Bergez.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 80 09 44 44
    Réservation : +32 80 09 44 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • The Elephant Man

    09.05.2019  >  22.06.2019

    • Théâtre
    Dans la Londres de 1884, les parades « monstrueuses » de nains, femmes à barbes, hommes-troncs, sont monnaies courantes et Joseph Merrick offre des sensations fortes pour un public en recherche de divertissement.

    Lire la suite

    Londres, 1884. Les parades « monstrueuses » de nains, femmes à barbes, hommes-troncs, sont monnaies courantes et divertissent le public de l’époque. Pour un homme de foire, Joseph Merrick n’est qu’une attraction, un monstre dont l’atroce laideur et les difformités amusent et effraient les curieux en recherche de sensations fortes. Il faut dire que Joseph Merrick est particulièrement repoussant. Une bonne pioche lucrative. Un jour, l’homme-éléphant croise la route du chirurgien Frederick Treves qui voit immédiatement en lui un cas médical exceptionnel : impitoyable mécanique d’une société qui fait profit de tout et broie pêle-mêle les déshérités, les pas conformes, les inutiles. Car dans l’Angleterre victorienne, la prospérité matérielle est la récompense naturelle de la conformité. Joseph Merrick n’y a pas sa place. Or, sous cette carapace de peau épaisse et difforme, il y a un Homme. Un homme qui sait lire et écrire. Dont l’absence totale d’amertume et de colère est une énigme. Un homme reconnaissant malgré les cruautés de la nature et la dureté des humains à son égard… Un homme si étrangement plein de bonté, de générosité, de sagesse. Alors qu’est-ce qu’un monstre ? Qui voyons-nous ? Qu’a-t-il en lui qui nous fascine ? Quelle place accordons-nous à la différence? UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. Photo © Gregory Navarra
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 80 09 44 44
    Réservation : +32 80 09 44 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Le Lion de Flandre

    09.05.2019  >  08.06.2019

    • Théâtre
    Parodie pour marionnettes, en bruxellois français.

    Lire la suite

    Dès sa parution en 1838, Le Lion de Flandre (De Leeuw van Vlaanderen) de Hendrik Conscience, suscite l’enthousiasme de la classe populaire. Véritable renaissance de la culture flamande, sur le plan historique comme sur celui de la langue, ce roman évoque un temps fort : la lutte des Flamands contre les troupes françaises au XIVe siècle. Par sa force narrative conjuguée à la simplicité de son écriture, l’auteur belge d’expression flamande s’impose comme visionnaire et pédagogue, « Celui qui apprit à lire à son peuple ». Conscience qui possède la langue française comme celle de Vondel connaît une aura européenne. Ses livres sont traduits en plusieurs langues. Le Roi Léopold Ier, Victor Hugo, Alexandre Dumas père, l’honorent de leur estime. Cette fresque est présentée sur la scène des Toone du passé sous forme de feuilletons (deux semaines et 116 tableaux). José Géal – Toone VII et Andrée Longcheval adaptent l’oeuvre du chantre romantique en une soirée (deux actes et 12 tableaux). Ils ont fait appel au talentueux peintre Raymond Goffin pour réaliser les décors et à Lidia Gosamo pour confectionner les costumes. Avec l’artisan Robert Derijck, Toone VII complète les collections des personnages « en armure ». Maintenant, c’est Nicolas Géal – Toone VIII qui interprète l’épopée médiévale. L’intrigue se déroule en 1302 au temps où les « fransquillons » de Philippe Le Bel occupent notre sol. A leur tête, le seigneur de Châtillon se rend au château de Wijnendael pour y rencontrer Robert de Béthune (le futur Lion de Flandre) et y conclure une alliance entre la France et le Pays Flamand. Loin d’avoir les « poeppers » (avoir les chocottes), Jan Breydel (dont un descendant porte toujours le prénom), doyen de la Corporation des Bouchers, affronte le solide Le Roux, stukske fransquillon qui veut faire son « dikke nek » (vantard), et lui donne une « rammelink » (une tripotée) qui le mettra au moins pour six mois à la mutuelle. L’épopée se poursuit avec le fameux mot de passe « Schild en vriend »* des Mâtines brugeoises, les amours contrariées de la belle Mathilde de Béthune, la célèbre Bataille des Eperons d’Or et enfin, le retour triomphal du Lion de Flandre. * Ou « des Gildens Vriend » (Ami des Gildes)
    Lieu
    Théâtre Royal de Toone
    Rue du Marché aux Herbes - Entrée : Impasse Sainte Pétronille, 66
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 71 37
    Réservation : +32 2 513 54 86
    woltje@skynet.be
    http://www.toone.be
  • Basir Mahmood - I watch you do

    10.05.2019  >  02.06.2019

    • Exposition
    Voir aussi: Basir Mahmood lecture - Moon-sighting (14.05 - 20:00)

    Lire la suite

    Né à Lahore, formé à la sculpture, Basir Mahmood est passé depuis quelques années à la pratique de la vidéo et des images en mouvement. Dans ses œuvres récentes, il prend souvent comme point de départ le déclin de Lollywood, l’industrie cinématographique pakistanaise qui a émergé à Lahore dans les années 30 et qui est aujourd’hui abandonnée. Mahmood se focalise, par exemple, sur les corps des figurants, ces personnes à arrière-plan qui sont payées pour remplir l’écran. Dans Good ended happily, il suit une équipe pakistanaise de cinéma pendant qu’elle filme la reconstruction de la découverte du bunker d’Osama Bin Laden immédiatement après sa mort, avec une série de figurants incarnant des corps inanimés et inertes. Le mouvement du réel et les acteurs immobiles s’entrelacent de mani.re particulière, reflétant l’atonie d’une industrie, des conditions sociales, d’un pays tout entier. À l’invitation du Kunstenfestivaldersarts et de Cinema Galeries, Basir Mahmood présente pour la première fois à Bruxelles une exposition qui soul.ve un ensemble de questions politiques. Parallèlement, Mahmood présente Moon-sighting, une lecture-performance sur l’industrie de Lollywood et la réalisation de films dans la région. Il y mêle anecdotes, projections d’extraits d’œuvres à lui et de films appartenant à l’histoire du cinéma pakistanais.
    Lieu
    Cinéma Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 514 74 98
    http://www.galeries.be/
  • Building Conversation / Lotte van den Berg - Conversation without words

    10.05.2019  >  30.05.2019

    • Spectacle

    Lire la suite

    Comment communiquons-nous lorsque nous n’utilisons plus de mots ? Pour le collectif d’artistes Building Conversation, fondé par la metteuse en scène hollandaise Lotte van den Berg et l’artiste Daan ‘t Sas, le théâtre est avant tout une forme de consentement à dialoguer selon certaines règles convenues. Dans Conversation without words, quinze personnes se rendent dans un lieu inconnu et s’y installent avec pour seule règle de prendre le temps de s’engager, ensemble, dans une conversation silencieuse. Près de quatre-vingts pour cent de notre communication étant non-verbale, Conversation without words propose une rencontre sortant du cadre d’un langage prédéterminé. En émerge une rencontre originale, un moment partagé, et au-delà des mots, rassemblant des inconnus. Faire preuve d’empathie, se mettre d’accord, entrer en conflit et s’opposer – le tout sans paroles – y revêt des formes inattendues. Conversation without words se termine par un repas commun, une opportunité de conclure par une conversation, cette fois avec des mots. Crédits Conversation without words is part of Building Conversation, an ongoing project developed and executed by a growing collective of artists, activists and philosophers. Current members include: Peter Aers, Andreas Bachmair, Lotte van den Berg, Katja Dreyer, Angelika Fink, Floor van Leeuwen, Sodja Lotker, Dennis Molendijk, Jonathan Offereins, Zdravko Popovic, Daan ’t Sas, Ligia Soares, Iwona Soczewka, Marija Sujica and Justina Wielgus.
    Lieu
    Recyclart
    rue de Manchester, 13-15
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 2 502 57 34
    info@recyclart.be
    http://www.recyclart.be
  • Kris Verdonck/A Two Dogs Company & ICK - SOMETHING (out of nothing) (new work)

    10.05.2019  >  23.05.2019

    • Exposition

    Lire la suite

    Theatre+Exhibition–Brussels Tickets for sale at Kanal – Centre Pompidou +performance @Kaaitheater (22th & 23th May) With a ticket for the performance you have access to the exhibition at Kanal – Centre Pompidou on the same day. Quelle place l’être humain peut-il encore s’inventer dans un monde où la catastrophe écologique et les nouvelles technologies ne cessent de le remettre fondamentalement en question ? Le nouveau spectacle de Kris Verdonck explore l’état physique et psychique de l’être humain face à son extinction prochaine. Le progrès technologique et la logique implacable du profit ont tous deux réduit l’humanité à un « produit jetable ». Prochaine étape : rendre son propre environnement de vie inhabitable. Mais que restera t-il une fois cette désertion sociale, économique et écologique définitivement accomplie ? Dans SOMETHING (out of nothing), les corps des danseurs ne sont plus que des silhouettes ou des ombres. Ils sont les fantômes enfantés par la dynamique destructive qui relie l’humain à son environnement. Dans l’espace, de grandes structures gonflables composent un paysage animé par les sons de la bruitiste et violoncelliste Leila Bordreuil et d’une batterie- robot. En parallèle à la performance, le musée Kanal – Centre Pompidou expose la série d’installations BOGUS I_III, trois variations autour d’objets performatifs qui une fois réunis forment un panorama étrange et hanté par la fin des temps. Crédits / Credits Concept: Kris Verdonck Dramaturgy: Kristof van Baarle Dancers: Mark Lorimer, Ula Sickle, Sophia Dinkel, Edward Lloyd Cello: Leila Bordreuil Costumes: Eefje Wijnings Light design: Jan Van Gijsel Set design: Kris Verdonck, Eefje Wijnings Software & electronics: Vincent Malstaf Technical coordination: Jan Van Gijsel Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Kaaitheater, Kanal – Centre Pompidou Production: A Two Dogs Company / ICK Amsterdam With the support of: Tax Shelter of the Belgian Federal Government Coproduction: Spring Festival, Kaaitheater
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels
  • Bruxelles-Transit

    13.05.2019  >  24.05.2019

    • Cinéma
    L’installation chaotique d’une famille juive polonaise en 1947 à Bruxelles. 

    Lire la suite

    L’installation chaotique d’une famille juive polonaise en 1947 à Bruxelles. Une sombre errance autobiographique toute en pudeur, seul long métrage de la trop courte carrière du talentueux Samy Szlingerbaum. Version restaurée. Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • 3 Tage in Quiberon

    15.05.2019  >  20.06.2019

    • Cinéma
    En avril 1981, Romy Schneider est à Quiberon pour une cure de thalassothérapie. 

    Lire la suite

    En avril 1981, Romy Schneider est à Quiberon pour une cure de thalassothérapie. Elle est au sommet de sa gloire en tant qu’actrice et aux tréfonds de ses épreuves privées, un an avant sa mort dramatique. Elle accepte la compagnie d’un journaliste du Stern, qui réussit à gagner sa confiance. Le film est l’histoire reconstituée de ce reportage : il explore avec respect et pertinence les dessous tragiques de la notoriété et l’écart immense entre l’image publique et les plaies intimes. 7 Lolas (les Césars allemands). Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Terreur

    15.05.2019  >  22.06.2019

    • Théâtre
    Mesdames et Messieurs les jurés, le 26 mai 2013, à 21h21, Lars Koch, major de l’armée de l’air, abat un avion de ligne détourné par un terroriste et prêt à s’écraser sur le stade de football de Munich. Il avait pourtant reçu l’ordre de ne pas tirer.

    Lire la suite

    Mesdames et Messieurs les jurés, le 26 mai 2013, à 21h21, Lars Koch, major de l’armée de l’air, abat un avion de ligne détourné par un terroriste et prêt à s’écraser sur le stade de football de Munich. Il avait pourtant reçu l’ordre de ne pas tirer. Il est accusé d’avoir causé la mort des 164 passagers à bord de l’appareil. Sa défense : il voulait sauver les 70.000 personnes présentes dans le stade. Criminel ou héros ? Un cas de justice et de conscience. Dans cette pièce-procès, Ferdinand von Schirach, criminaliste à succès et maître de l’ambivalence morale, pose la question de la dignité, apanage de l’être humain. L’état d’urgence et la menace terroriste justifient-ils dans certains cas la mise en balance de vies humaines ? Peut-on tuer 164 personnes pour en sauver 70.000 ? Il n’y a aucun doute quant à la culpabilité de l’accusé, qui d’ailleurs ne cherche pas à contester ce fait. La question est de savoir s’il avait le droit d’enfreindre la loi. La constitution prévoit-elle un devoir de désobéissance ? Ou la loi prime-t-elle toujours sur les hommes ? Ce sera à vous, spectateurs, de vous faire une opinion et, ensuite, de rendre justice. Car vous allez devoir délibérer à la fin du « procès » et rendre le verdict. Avant tout, pensez que face à vous sera assis un homme. Un homme qui a les mêmes rêves, les mêmes désirs et les mêmes besoins que vous, et qui, comme vous, aspire à la justice… UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. © L’ARCHE EDITEUR. Photo © Gaétan Bergez.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 80 09 44 44
    Réservation : +32 80 09 44 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Begüm Erciyas - Pillow Talk (new work)

    15.05.2019  >  20.05.2019

    • Spectacle
    Performance: 50 min

    Lire la suite

    L’acte de langage et le pouvoir de la voix sont au cœur de la recherche performative de Begüm Erciyas. Très remarquée, sa pièce précédente Voicing Pieces avait envoûté les spectateurs en démultipliant jusqu’à l’étrange le son de leur propre voix. Avec Pillow Talk, Erciyas présente une nouvelle création où la voix demeure un médium insondable. Alors que c’est à travers elle que nous exprimons nos sentiments et nos opinions personnelles, il est difficile, à l’ère digitale, de reconnaître qui parle. Est-ce l’humain ? Est-ce la machine ? Pillow Talk travaille cette constante alternance entre certitude et doute. Le public, étendu dans un paysage vallonné et duveteux, entre en dialogue avec un partenaire virtuel. Dans ce tête à tête rapproché, une voix artificielle vient endosser le rôle de médiatrice, de partenaire de discussion et de miroir. Les mots se suivent, les impressions se partagent, les conversations naissent. Et le temps s’étire jusqu’à ce qu’un léger sommeil vienne nous envelopper… Pillow Talk est une performance immersive exceptionnelle. Elle nous plonge dans l’intimité troublante d’une relation avec le non-humain. Credits Concept & direction: Begüm Erciyas Scenography: Elodie Dauguet Light design: Jan Maertens Sound design: Adolfina Fuck Interface developer: Ruben van de Ven Script collaboration: Adolfina Fuck, Katja Dreyer, Dennis Deter, Hermann Heisig, Jean-Baptiste Veyret-Logerias Artistic advice: David Weber-Krebs Research support: Robert M. Ochshorn, Holger Heissmeyer, Ewa Bankowska, Jozef Wouters, Diego Agulló, Vincent Roumagnac, Taro Inamura, Michael Spranger Presentation: Kunstenfestivaldesarts, KVS Production: Begüm Erciyas, Platform 0090 Supported by: the Fondation d’entreprise Hermès within the framework of the New Settings Program Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, STUK (Leuven), Buda (Kortrijk), PACT Zollverein (Essen), Centre Dramatique National Nanterre-Amandiers Research support: wp-Zimmer (Antwerp), Q-O2 Brussels, Saison Foundation (Tokyo) Funded by: Berlin Senate Department for Culture and Europe and Flemish Community, Ministry of Culture
    Lieu
    KVS_Bol
    Rue de Laeken, 146
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-210.11.12
    Réservation : 02-210.11.12
    tickets@kvs.be
    http://www.kvs.be