Evénements du 6 avril 2019

  • In Impro Veritas

    11.11.2018  >  07.04.2019

    • Théâtre
    Spectacle d'improvisation théâtrale. L’alcool sera-t-il l’ange ou le démon des invités de Laurent ?

    Lire la suite

    Laurent Cadet invite un.e ou des improvia.trices.teurs sur scène. Son personnage à chaque fois différent, partagera une tranche de vie, de jambon ou de fromage avec ses invités. Selon les jours il sera chez lui ou dans un cocktail, sur un quai de métro ou dans un café, dans un avion ou pas … Seule constante : Son personnage va boire et faire boire ses invités, les histoires qui vont se dérouler verront des personnages évoluer en fonction de leur degré d’alcoolémie supposé et chaque étape de la narration sera pimenté des dérives d’un arrosage plus ou moins contrôlé. Aux comédiens de choisir s’ils boivent réellement sur scène ... ou pas.
    Lieu
    Théâtre L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Prête moi ton rêve

    25.11.2018  >  07.04.2019

    • Théâtre
    Rêver, tous éveillés ! Spectacle d'improvisation théâtrale

    Lire la suite

    Bulle, Splash et Scratch viennent tout droit de la Lune, planète des rêves ! Quand les enfants terriens dorment, ils leur rendent visite et vivent ensemble plein d’aventures ! Mais lorsque les enfants se réveillent, souvent, ils ne se souviennent pas de leurs rêves, et jamais des trois petites créatures. 
Attristés de cela, 
Bulle, Splash et Scratch décident de venir sur la Terre, 
avec leurs marionnettes, en pleine journée afin de pouvoir rêver avec les enfants tout éveillés. Pour cela, ils leur font dessiner des décors incroyables et les projettent sur scène afin de jouer dedans ! « Maintenant, ils se souviendront de nous ! »
    Lieu
    Théâtre L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • 1984

    07.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    de Thierry DEBROUX, d’après George ORWELL. Il n’est pas surprenant que ce roman de George Orwell se vende à nouveau à des millions d’exemplaires. À l’heure des fake news et de l’intrusion du net dans notre vie privée, l’univers de 1984 ressemble de plus en plus à la société que nous sommes en train de construire.

    Lire la suite

    Imaginez… Un monde où la technologie permet à certains de connaître nos moindres faits et gestes, nos moindres pensées. Imaginez… Une nation énorme dirigée par un fantoche au vocabulaire restreint qui assène avec aplomb les contre-vérités qui le servent. Imaginez… Ce même fantoche qui assoit son pouvoir sur les sentiments primaires du peuple : haine, rejet de l’autre, réflexe sécuritaire. Qui entretient des relations conflictuelles avec d’autres puissances dans le seul but d’entretenir la peur. Imaginez… Un travail sur le langage qui rend acceptables les idées les plus violentes et empêche l’expression de toute idée complexe. Imaginez… Des médias qui diffusent volontairement des fake news Pour manipuler l’opinion publique à des fins politiques. Des masses abreuvées de faits-divers, d’infos sportives et de jeux stupides. Un peuple gavé de malbouffe qui a oublié les saveurs les plus simples. Une pensée basée sur l’affirmation au détriment de la réflexion. Des individus isolés, coupés d’eux-mêmes. Et parmi eux, quelques-uns décidés à se battre contre le système. Prêts à mourir. Prêts à commettre des actes pouvant entraîner la mort de centaines d’innocents. Les utopies sont souvent dédaignées par le monde politique qui les considère comme irréalistes. Qu’en est-il des dystopies ? Doivent-elles aussi être considérées comme irréalistes ? Dans ce chef-d’œuvre d’anticipation, George Orwell imagine un monde qui fait froid dans le dos. Et si sa seule erreur était de l’avoir situé en 1984 ? Patrice MINCKE.
    Lieu
    Théâtre Royal du Parc
    Rue de la Loi, 3
    1000 Bruxelles
    Réservation : 02-505.30.30
    info@theatreduparc.be
    http://www.theatreduparc.be
  • L’abattage Rituel De Gorge Mastromas

    12.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Avec un humour corrosif, Dennis Kelly et Jasmina Douieb nous proposent une pièce épique clairement à charge de l’ultra-libéralisme, infiniment drôle et provocante… Kelly est l’un des grands dramaturges britanniques actuels. Le Poche a créé notamment ses excellents Orphelins et Love & Money.

    Lire la suite

    Le théâtre est plein de sublimes personnages maléfiques qui pactisent avec le mal : Macbeth de Shakespeare, Faust de Goethe…, voici peut-être le pire d’entre eux : Gorge Mastromas. Gorge Mastromas est un salaud et l’assume. Il peut. Il a l’argent et le pouvoir. Adolescent, Gorge est aimable et prévenant, mais jamais la vie ne le récompensera de sa gentillesse. Au contraire, elle va le confiner aux seconds rôles : il est transparent, invisible... À 20 ans, tandis que son employeur est au bord de la ruine, une chance unique s’offre à Mastromas de faire partie du camp des vainqueurs. Il ne s’embarrasse plus des convenances, et s’approprie ce qui lui plaît, jusqu’à devenir un des chefs d’entreprise les plus prospères du monde... Quitte à surfer sur la morale. L’empire de Gorge Mastromas, il le bâtit sur trois règles d’or : 1. Quand tu veux quelque chose, prends-le ; 2. La seule chose requise pour prendre ce que tu veux c’est ta volonté absolue et ta faculté de mentir ; 3. Ne pense jamais aux conséquences. Ne regrette jamais. Avec un humour corrosif, Dennis Kelly et Jasmina Douieb nous proposent une pièce épique clairement à charge de l’ultra-libéralisme, infiniment drôle et provocante… Kelly est l’un des grands dramaturges britanniques actuels. Le Poche a créé notamment ses excellents Orphelins et Love & Money.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Macbeth (Shakespeare)

    19.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, Macbeth et Banco, généraux de Duncan, rencontrent trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Macbeth et sa femme sont tentés par la prophétie. Il va y avoir des poignards dans les sourires.

    Lire la suite

    Après Hamlet, ce personnage de Shakespeare symptomatique du fou, et après Woyzeck de Büchner, Michel Dezoteux clôt son projet de trilogie sur la folie et son focus sur trois personnages masculins interprétés par un même acteur : Karim Barras. Avec une distribution où l’on retrouve ses acteurs fétiches et pour la première fois Caroline Clément ; avec une fois encore Shakespeare, qui reste le plus grand auteur d’une histoire toujours en cours et avec Macbeth, un drame sanglant de forces obscures et de crimes, de peurs et de confrontations aux illusions corruptrices de l’avoir, du savoir et du pouvoir. Macbeth et Banco sont les généraux de Duncan. Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, ils rencontrent sur une lande trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Tenté par la prophétie et par Lady Macbeth qui l’y pousse, Macbeth assassine Duncan. Il s’empare de la couronne, mais il lui reste des obstacles à franchir : Banco qu’il lui faut tuer mais qui prend la fuite, Macduff, un noble qui le soupçonne de régicide et s’allie à Malcolm, les remords qui l’assaillent, Lady Macbeth qui perd la raison et les sorcières dont les voix le poursuivent. Tout fait de cette tragédie une œuvre puissante et terrible dans laquelle les ténèbres dominent, peuplées de créatures rapaces et fugitives, de violence et de sang. Nous sommes dans un champ de bataille où l’irrationnel détraque le temps, condense les événements, et confronte l’homme à ses pulsions, ses fantasmes, ses tentations, ses aspirations inavouées. Est-ce le monde mental qui construit le réel ou bien l’inverse ? Que représentent ces sorcières et comment les représenter ? Cette dernière question équivaut non seulement à se poser « comment raconter » la pièce tout entière mais à rappeler aussi son immense théâtralité.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Penthésilée

    26.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Ce soir par permission spéciale, Penthésilée, pièce canine. Personnages : des héros, des roquets, des femmes. L’héroïne déchire celui qu’elle aime, et le dévore, poils et peau, jusqu’au bout. » C’est ainsi que Kleist (1777-1811) livrait sa Penthésilée au public. Son écriture est un extraordinaire mobile pour le jeu, tout à la fois puissante et fragile, sublime et dérisoire, exigeant la viande des acteurs, un emportement véritable et de soudaines absences insaisissables, somnambuliques et monstrueuses. Kleist souffle en moi comme une vessie de cochon, pour reprendre les mots de Kafka. Je me retrouve avec un plaisir particulier et une drôle d’évidence dans cette matière qui tient de l’acte magistralement manqué, dans la mauvaise foi de cette héroïne morcelée, empêtrée dans les fils de son existence, qui comme souvent chez Kleist devra accepter de tout perdre pour être sauvée. Texte Heinrich von Kleist/ Mise en scène Thibaut Wenger/ ScénographieBoris Dambly /costumes Claire Schirck/ Création lumières Mathieu Ferry/ Création son Grégoire Letouvet –Geoffrey Sorgius/ Assistanat à la mise en scène Hugo Favier/ Traduction Julien Grac Production Premiers Actes Co-productionThéâtre Océan Nord, la Coop asbl Soutiens Cocof –Fonds d’acteurs, Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique, Centre des Arts scéniques, Spedidam
    Lieu
    Théâtre Océan Nord
    Rue Vandeweyer, 63 65
    1030 Schaerbeek
    Tél : 02-242.96.89
    Réservation : 02-216.75.55
    info@oceannord.org
    http://www.oceannord.org
  • Les palmiers sauvages

    30.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Elle quitte mari et enfants, il s’arrache à ses études de médecine, pourtant chèrement acquises. Le coup de foudre a définitivement scellé le destin de Charlotte Rittenmeyer et Harry Wilbourne, deux êtres en rupture dont la passion forcément exclusive prend la forme d’un road movie brûlant, avant de virer peu à peu à la descente aux enfers. « Est-ce qu’une passion vécue comme une œuvre d’art n’est pas une entreprise solitaire, vouée à l’échec ? » C’est à cette question que tente de répondre Séverine Chavrier en choisissant d’adapter le texte de William Faulkner. En quelques tableaux d’un corps à corps sensuel et dévorant, elle s’attache à raconter l’errance, les différentes stations dans lesquelles s’arrêtent Charlotte et Harry. Que ce soit à Chicago, dans un chalet de l’Utah ou enfin dans un bungalow au bord de la mer, Deborah Rouach et Laurent Papot, incarnent une profonde et dérisoire quête sans retour. Prisonniers de leur amour, ils n’ont d’autre choix que de se livrer corps et âmes à cette insondable fuite en avant.

    Lire la suite

    Elle quitte mari et enfants, il s’arrache à ses études de médecine, pourtant chèrement acquises. Le coup de foudre a définitivement scellé le destin de Charlotte Rittenmeyer et Harry Wilbourne, deux êtres en rupture dont la passion forcément exclusive prend la forme d’un road movie brûlant, avant de virer peu à peu à la descente aux enfers. « Est-ce qu’une passion vécue comme une œuvre d’art n’est pas une entreprise solitaire, vouée à l’échec ? » C’est à cette question que tente de répondre Séverine Chavrier en choisissant d’adapter le texte de William Faulkner. En quelques tableaux d’un corps à corps sensuel et dévorant, elle s’attache à raconter l’errance, les différentes stations dans lesquelles s’arrêtent Charlotte et Harry. Que ce soit à Chicago, dans un chalet de l’Utah ou enfin dans un bungalow au bord de la mer, Deborah Rouach et Laurent Papot, incarnent une profonde et dérisoire quête sans retour. Prisonniers de leur amour, ils n’ont d’autre choix que de se livrer corps et âmes à cette insondable fuite en avant.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les Enfants du soleil

    02.04.2019  >  13.04.2019

    • Théâtre
    Quand vous dites qu'il faut aimer les gens, je ne vous crois pas. C'est par peur que vous dites ça.

    Lire la suite

    J'ai choisi Les Enfants du soleil parce que ça parle de misère sociale et de recherche de beauté par le biais de la fable et de la comédie. Six personnages en quête de sens ont le privilège [ou le malheur] de l'insouciance. Ils jouent un jeu de société grandeur nature dont la règle semble être la franchise : ils ne se cachent rien. Sauf peut-être l'essentiel. Dehors, une épidémie se répand. "C'était la musique de la révolution" dit un vieux Bolchevik dans un flashback. CHRISTOPHE SERMET
    Lieu
    Rideau de Bruxelles @ Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    http://www.theatrenational.be
  • Partage de Midi

    02.04.2019  >  13.04.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Quatre êtres saisis au parfait milieu de leur vie. Libres, déballés, décollés de la terre. Ils sont en route vers l'étranger, n'ayant d'autre choix que de se lancer, terriblement, à la rencontre de l'Autre. L'autre avec qui on voudrait être, l'autre ami, l'autre amant, l'autre Dieu. Leurs destins se déploient sous le regard des astres, leurs échanges à vif venant ébranler nos mythologies enfouies. Pour sa première mise en scène, Héloïse Jadoul s’empare du Partage de Midi, de Paul Claudel. Elle en explore la langue dans toute son intensité dramatique pour approfondir la question du don de soi, de la place accordée à l’amour et du sens donné à notre propre finitude. Une lecture de l’épreuve amoureuse par le prisme du sacré. Un message d’éveil au féminin de l’être. Une connexion entre un discours d’un autre temps et une sensibilité d’aujourd’hui. Ouverture du lieu à 19h Spectacle à 20h
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +3222191186
    Réservation : +3222196006
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • Tant qu’il y a de l’amour

    02.04.2019  >  07.04.2019

    • Théâtre
    Jean vit avec Marie, la femme qu’il aime depuis trente ans. Mais il est également amoureux d’une jeune femme et l’avoue à sa femme. Marie, amoureuse d’un homme de son âge, demande à Jean de la laisser partir, mais Jean ne veut pas.

    Lire la suite

    Jean vit avec Marie, la femme qu’il aime depuis trente ans. Mais il est également amoureux d’une jeune femme et l’avoue à sa femme. Marie, amoureuse d’un homme de son âge, demande à Jean de la laisser partir, mais Jean ne veut pas. Il aime bien sa vie : sa jeune maîtresse l’après-midi et sa femme le soir. Au bout du rouleau, Marie demande à son amant le pharmacien, de lui fabriquer un poison. C’est ça ou elle le quitte. Le pharmacien, qui aime Marie par-dessus tout, s’exécute. Jean boit le poison… mais ne meurt pas. Il faut recommencer l’assassinat. Jean ne meurt toujours pas. Il faut re-recommencer. Mais jusqu’à quand va-t-on tenter de tuer ? Une très belle leçon de vie et d’espoir parce que : « Tant qu’il y a de l’amour » … C’est pas mort. Une comédie émouvante et grinçante. Le premier face à face Patrick Chesnais / Marie-Anne Chazel.
    Lieu
    Centre Culturel d'Auderghem
    Boulevard du Souverain, 183
    1160 Auderghem
    Tél : 02-660.03.03
    accueil@ccauderghem.be
    http://www.ccauderghem.be