Evénements du 4 avril 2019

  • Macbeth (Shakespeare)

    19.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, Macbeth et Banco, généraux de Duncan, rencontrent trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Macbeth et sa femme sont tentés par la prophétie. Il va y avoir des poignards dans les sourires.

    Lire la suite

    Après Hamlet, ce personnage de Shakespeare symptomatique du fou, et après Woyzeck de Büchner, Michel Dezoteux clôt son projet de trilogie sur la folie et son focus sur trois personnages masculins interprétés par un même acteur : Karim Barras. Avec une distribution où l’on retrouve ses acteurs fétiches et pour la première fois Caroline Clément ; avec une fois encore Shakespeare, qui reste le plus grand auteur d’une histoire toujours en cours et avec Macbeth, un drame sanglant de forces obscures et de crimes, de peurs et de confrontations aux illusions corruptrices de l’avoir, du savoir et du pouvoir. Macbeth et Banco sont les généraux de Duncan. Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, ils rencontrent sur une lande trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Tenté par la prophétie et par Lady Macbeth qui l’y pousse, Macbeth assassine Duncan. Il s’empare de la couronne, mais il lui reste des obstacles à franchir : Banco qu’il lui faut tuer mais qui prend la fuite, Macduff, un noble qui le soupçonne de régicide et s’allie à Malcolm, les remords qui l’assaillent, Lady Macbeth qui perd la raison et les sorcières dont les voix le poursuivent. Tout fait de cette tragédie une œuvre puissante et terrible dans laquelle les ténèbres dominent, peuplées de créatures rapaces et fugitives, de violence et de sang. Nous sommes dans un champ de bataille où l’irrationnel détraque le temps, condense les événements, et confronte l’homme à ses pulsions, ses fantasmes, ses tentations, ses aspirations inavouées. Est-ce le monde mental qui construit le réel ou bien l’inverse ? Que représentent ces sorcières et comment les représenter ? Cette dernière question équivaut non seulement à se poser « comment raconter » la pièce tout entière mais à rappeler aussi son immense théâtralité.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Playback

    26.03.2019  >  05.04.2019

    • Théâtre
    « Passez notre amour à la machine. Faites le bouillir. Pour voir si les couleurs d’origine peuvent revenir » (A.Souchon). Pour sa première mise en scène, Delphine Bibet plonge dans le répertoire de la chanson française des années 60 à nos jours. A cette matière universelle et familière, elle associe des textes non moins universels des extraits des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Au plateau, jouant sur la résonance entre les mots et la musique, Delphine Bibet, Thierry Hellin, Catherine Mestoussis et Alexandre Trocki proposent un playback comme un remède aux bleus à l’âme et au cœur. Car comme le dit si justement Barthes : « Le langage est une peau, je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout des mots. Mon langage tremble de désir, j’enroule l’autre dans mes mots, je le caresse, je le frôle, je me dépense à faire durer ce moment pour qu’il ne s’arrête jamais ».

    Lire la suite

    « Passez notre amour à la machine. Faites le bouillir. Pour voir si les couleurs d’origine peuvent revenir » (A.Souchon). Pour sa première mise en scène, Delphine Bibet plonge dans le répertoire de la chanson française des années 60 à nos jours. A cette matière universelle et familière, elle associe des textes non moins universels des extraits des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Au plateau, jouant sur la résonance entre les mots et la musique, Delphine Bibet, Thierry Hellin, Catherine Mestoussis et Alexandre Trocki proposent un playback comme un remède aux bleus à l’âme et au cœur. Car comme le dit si justement Barthes : « Le langage est une peau, je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout des mots. Mon langage tremble de désir, j’enroule l’autre dans mes mots, je le caresse, je le frôle, je me dépense à faire durer ce moment pour qu’il ne s’arrête jamais ».
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les palmiers sauvages

    30.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Elle quitte mari et enfants, il s’arrache à ses études de médecine, pourtant chèrement acquises. Le coup de foudre a définitivement scellé le destin de Charlotte Rittenmeyer et Harry Wilbourne, deux êtres en rupture dont la passion forcément exclusive prend la forme d’un road movie brûlant, avant de virer peu à peu à la descente aux enfers. « Est-ce qu’une passion vécue comme une œuvre d’art n’est pas une entreprise solitaire, vouée à l’échec ? » C’est à cette question que tente de répondre Séverine Chavrier en choisissant d’adapter le texte de William Faulkner. En quelques tableaux d’un corps à corps sensuel et dévorant, elle s’attache à raconter l’errance, les différentes stations dans lesquelles s’arrêtent Charlotte et Harry. Que ce soit à Chicago, dans un chalet de l’Utah ou enfin dans un bungalow au bord de la mer, Deborah Rouach et Laurent Papot, incarnent une profonde et dérisoire quête sans retour. Prisonniers de leur amour, ils n’ont d’autre choix que de se livrer corps et âmes à cette insondable fuite en avant.

    Lire la suite

    Elle quitte mari et enfants, il s’arrache à ses études de médecine, pourtant chèrement acquises. Le coup de foudre a définitivement scellé le destin de Charlotte Rittenmeyer et Harry Wilbourne, deux êtres en rupture dont la passion forcément exclusive prend la forme d’un road movie brûlant, avant de virer peu à peu à la descente aux enfers. « Est-ce qu’une passion vécue comme une œuvre d’art n’est pas une entreprise solitaire, vouée à l’échec ? » C’est à cette question que tente de répondre Séverine Chavrier en choisissant d’adapter le texte de William Faulkner. En quelques tableaux d’un corps à corps sensuel et dévorant, elle s’attache à raconter l’errance, les différentes stations dans lesquelles s’arrêtent Charlotte et Harry. Que ce soit à Chicago, dans un chalet de l’Utah ou enfin dans un bungalow au bord de la mer, Deborah Rouach et Laurent Papot, incarnent une profonde et dérisoire quête sans retour. Prisonniers de leur amour, ils n’ont d’autre choix que de se livrer corps et âmes à cette insondable fuite en avant.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les Enfants du soleil

    02.04.2019  >  13.04.2019

    • Théâtre
    Quand vous dites qu'il faut aimer les gens, je ne vous crois pas. C'est par peur que vous dites ça.

    Lire la suite

    J'ai choisi Les Enfants du soleil parce que ça parle de misère sociale et de recherche de beauté par le biais de la fable et de la comédie. Six personnages en quête de sens ont le privilège [ou le malheur] de l'insouciance. Ils jouent un jeu de société grandeur nature dont la règle semble être la franchise : ils ne se cachent rien. Sauf peut-être l'essentiel. Dehors, une épidémie se répand. "C'était la musique de la révolution" dit un vieux Bolchevik dans un flashback. CHRISTOPHE SERMET
    Lieu
    Rideau de Bruxelles @ Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    http://www.theatrenational.be
  • Ludum

    02.04.2019  >  05.04.2019

    • Spectacle
    Les habitants de Ludum présentent tous une particularité, une bizarrerie : ils sont libres d'être et de faire ce qu'ils veulent. A Ludum, société ultra intégrante où les lubies des uns et des autres coexistent en parfaite harmonie, le jeu est loi.

    Lire la suite

    Les habitants de Ludum présentent tous une particularité, une bizarrerie : ils sont libres d'être et de faire ce qu'ils veulent. A Ludum, société ultra intégrante où les lubies des uns et des autres coexistent en parfaite harmonie, le jeu est loi. Avec Dennis Alamanos, Robert Anderson, Guilhem Chantir, Ana Karenina Lambrechts, Ioulia Zacharaki. Concept et chorégraphie : Anton Lachky Une production d’Anton Lachky Company en coproduction avec le Théâtre la Balsamine et Charleroi Danses.
    Lieu
    Théâtre la Balsamine
    Avenue Félix Marchal, 1
    1030 Schaerbeek
    Tél : 02-732.96.18
    Réservation : 02.735.64.68
    info@balsamine.be
    http://www.balsamine.be
  • Partage de Midi

    02.04.2019  >  13.04.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Quatre êtres saisis au parfait milieu de leur vie. Libres, déballés, décollés de la terre. Ils sont en route vers l'étranger, n'ayant d'autre choix que de se lancer, terriblement, à la rencontre de l'Autre. L'autre avec qui on voudrait être, l'autre ami, l'autre amant, l'autre Dieu. Leurs destins se déploient sous le regard des astres, leurs échanges à vif venant ébranler nos mythologies enfouies. Pour sa première mise en scène, Héloïse Jadoul s’empare du Partage de Midi, de Paul Claudel. Elle en explore la langue dans toute son intensité dramatique pour approfondir la question du don de soi, de la place accordée à l’amour et du sens donné à notre propre finitude. Une lecture de l’épreuve amoureuse par le prisme du sacré. Un message d’éveil au féminin de l’être. Une connexion entre un discours d’un autre temps et une sensibilité d’aujourd’hui. Ouverture du lieu à 19h Spectacle à 20h
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +3222191186
    Réservation : +3222196006
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • Werk #8 : Nieuw Werk - Schwalbe

    03.04.2019  >  04.04.2019

    • Spectacle
    Par la présente, nous avons le plaisir de vous inviter à notre Nouvelle Création qui n’existe pas encore à l’heure qu’il est, mais sommeille dans un lieu invisible et intime, doit encore être créé et cherche en ce moment les mots précis pour se présenter à vous.

    Lire la suite

    Cher spectateur / Chère spectatrice surfant sur ce site internet, Par la présente, nous avons le plaisir de vous inviter à notre Nouvelle Création qui – comme la plupart des productions sur ce site internet – n’existe pas encore à l’heure qu’il est, mais sommeille dans un lieu invisible et intime, doit encore être créé et cherche en ce moment les mots précis pour se présenter à vous. Vous vous attendiez peut-être, à juste titre, à lire quelque chose à son sujet dans cette brochure, afin d’évaluer si vous souhaitez acheter un billet. C’est en tout cas ce qui est d’usage. Nous ne savons cependant pas encore ce que vous allez voir ou vivre si vous poussez à un moment donné la porte des Kaaistudio’s, accrochez votre manteau au vestiaire et entrez dans la salle en vous attendant à voir quelque chose que nous aurons créé. Nous vous prions toutefois de quand même déjà avoir hâte d’y assister.Si vous le souhaitez, vous pouvez nous suivre sur www. schwalbe.nu. Bien cordialement,Schwalbe
    Lieu
    Kaaistudio's
    Rue Notre-Dame du Sommeil, 81
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Lamakh - Michiel Vandevelde

    04.04.2019  >  05.04.2019

    • Spectacle
    La danse peut-elle être un outil pour représenter l’avenir ? Peut-on créer de la science-fiction avec une chorégraphie ? En prenant les dessins abstraits de Valery Pavlovich Lamakh comme point de départ, l'artiste en résidence Michiel Vandevelde crée une chorégraphie étrange qui nous permet d’entrevoir un avenir possible. Avenir utopique ou dystopique ? Tout dépend de la façon dont on le voit.

    Lire la suite

    La danse peut-elle être un outil pour représenter l’avenir ? Peut-on créer de la science-fiction avec une chorégraphie ? Michiel Vandevelde souhaite répondre à ces questions à la faveur de dessins abstraits de Valery Pavlovich Lamakh (1925-1978). Cet artiste ukrainien a travaillé trente ans à une cosmologie mythologique – son Livre des Schémas – dans laquelle il cherche à savoir quelle connaissance nous pouvons puiser de la lumière. Selon Lamakh, « les schémas s’approchent infiniment. Ils brillent et s’estompent alors qu’ils expriment l’inexprimable de l’univers. » En prenant le matériel visuel de Lamakh comme point de départ, Vandevelde crée une chorégraphie étrange qui nous permet d’entrevoir un avenir possible. Avenir utopique ou dystopique ? Tout dépend de la façon dont on le voit. • L’artiste en résidence au Kaaitheater, Michiel Vandevelde – diplômé de PARTS et actif en tant que chorégraphe et commissaire d’expositions à Extra City – s’est fait remarquer au cours des dernières années avec un quadriptyque autour de la réappropriation dans lequel il transforme des motifs de danse populaire en quelque chose de nouveau. Trois de ces spectacles ont figuré au programme du Kaaitheater : Antithesis, Our times et Andrade.
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be