Evénements du 31 mars 2019

  • Les histoires de la baraque

    19.03.2019  >  05.04.2019

    • Théâtre
    Il y avait dans le village Accoudée au coteau Une vieille baraque de planches envahie par les ronces C'était une construction d'avant D'avant l'avant De par derrière les grands-pères et grandes-mères Les planches de la baraque Par dedans Elles étaient mouchetées Piquées de taches Des petites taches qu'étaient des mots en vrai Ça faisait des histoires

    Lire la suite

    Il y avait dans le village Accoudée au coteau Une vieille baraque de planches envahie par les ronces C'était une construction d'avant D'avant l'avant De par derrière les grands-pères et grandes-mères Les planches de la baraque Par dedans Elles étaient mouchetées Piquées de taches Des petites taches qu'étaient des mots en vrai Ça faisait des histoires "Histoires d’eaux, fil du voyage, du flux et reflux de la vie et de la mort, du temps qui file ou s’étale et stagne, histoires de compassion, de regrets, de désirs, d’arbres, de cailloux, que la langue de Thierry Lefèvre polit à vif, fait tournoyer d’un sens à l’autre. Les mots s’inventent parfois par alliance de sons comme s’ils s’enfantaient, poèmes des temps anciens entre homme et nature. Cette langue s’enracine dans un fantastique nourri d’humain, jamais spectaculaire. Elle est gourmande d’être dite, elle a des racines belges, du côté des Paul Willems, Eric Durnez, et peut-être aussi des québécoises, elle s’abreuve encore des patois d’ici et d’ailleurs, de l’humus des terroirs" - Michèle Friche, Le Soir
    Lieu
    Le boson
    Chaussée de Boondael, 361
    1050 Ixelles
    Tél : +32 471 32 86 87
    Réservation : +32 471 32 86 87
    reservations@leboson.be
    http://www.leboson.be
  • Rétrospective

    19.03.2019  >  27.04.2019

    • Théâtre
    Entre slams et revendications, l’auteur s’interroge : Quelle est la place de l’art ? Quels rapports entretient-il avec les publics ? La société ? À quel prix ? Les questions se posent… Et s’envolent !

    Lire la suite

    De nos jours, quelque part en région rurale. Denis, l’enfant du pays, est devenu un plasticien de renommée internationale. La commune a racheté sa maison d’enfance pour en faire un centre culturel. À l’occasion de l’inauguration, Sherinne, la responsable du lieu et amie de l’artiste, l’a convaincu de revenir pour y présenter une rétrospective de son œuvre. Elle espère ainsi donner un coup de pouce à la commune, attirer les touristes, créer des vocations... L’activité artistique ça donne des perspectives. Pour l’aider à monter l’expo, un jeune étudiant en art, admirateur dévoué, et une régisseuse efficace, au caractère bien trempé, assez peu attentive aux questionnements narcissiques de l’artiste, et qui slame tous les vendredis soir pour évacuer ses colères et ses indignations. Mais après quelques jours, l’artiste remet l’événement en question. Il doute du sens de son œuvre, du lieu et du moment. Et, dans le village, pendant que l’exposition se monte tant bien que mal, l’ancienne école accueille des demandeurs d’asile… Auxquels certains habitants refusent l’hospitalité. Une écriture au cordeau, une distribution sur-mesure, un poète-metteur en scène concerné... De belles intelligences au service d’une comédie de mœurs traversée de vraies questions de société. Entre slams et revendications, l’auteur s’interroge : Quelle est la place de l’art ? Quels rapports entretient-il avec les publics ? La société ? À quel prix ? Les questions se posent… Et s’envolent ! UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. TEXTE ECRIT AVEC L’AIDE DU CENTRE DES ECRITURES DRAMATIQUES – WALLONIE-BRUXELLES. Photo © Gaétan Bergez.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800 944 44
    Réservation : 0800 944 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Macbeth (Shakespeare)

    19.03.2019  >  06.04.2019

    • Théâtre
    Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, Macbeth et Banco, généraux de Duncan, rencontrent trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Macbeth et sa femme sont tentés par la prophétie. Il va y avoir des poignards dans les sourires.

    Lire la suite

    Après Hamlet, ce personnage de Shakespeare symptomatique du fou, et après Woyzeck de Büchner, Michel Dezoteux clôt son projet de trilogie sur la folie et son focus sur trois personnages masculins interprétés par un même acteur : Karim Barras. Avec une distribution où l’on retrouve ses acteurs fétiches et pour la première fois Caroline Clément ; avec une fois encore Shakespeare, qui reste le plus grand auteur d’une histoire toujours en cours et avec Macbeth, un drame sanglant de forces obscures et de crimes, de peurs et de confrontations aux illusions corruptrices de l’avoir, du savoir et du pouvoir. Macbeth et Banco sont les généraux de Duncan. Revenant d’une campagne victorieuse contre les rebelles, ils rencontrent sur une lande trois sorcières qui prophétisent que Macbeth deviendra roi et que Banco engendrera des rois bien que lui-même ne sera jamais appelé à le devenir. Tenté par la prophétie et par Lady Macbeth qui l’y pousse, Macbeth assassine Duncan. Il s’empare de la couronne, mais il lui reste des obstacles à franchir : Banco qu’il lui faut tuer mais qui prend la fuite, Macduff, un noble qui le soupçonne de régicide et s’allie à Malcolm, les remords qui l’assaillent, Lady Macbeth qui perd la raison et les sorcières dont les voix le poursuivent. Tout fait de cette tragédie une œuvre puissante et terrible dans laquelle les ténèbres dominent, peuplées de créatures rapaces et fugitives, de violence et de sang. Nous sommes dans un champ de bataille où l’irrationnel détraque le temps, condense les événements, et confronte l’homme à ses pulsions, ses fantasmes, ses tentations, ses aspirations inavouées. Est-ce le monde mental qui construit le réel ou bien l’inverse ? Que représentent ces sorcières et comment les représenter ? Cette dernière question équivaut non seulement à se poser « comment raconter » la pièce tout entière mais à rappeler aussi son immense théâtralité.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Miriam Chipana Sotelo

    19.03.2019  >  20.04.2019

    • Exposition
    Miriam est née à Lima (Pérou) en 1975. Elle s'intéresse à l'art, dès son plus jeune âge. De 1993 à 1998, elle étudie à l'École nationale des Beaux-Arts du Pérou, se spécialisant dans le dessin et la peinture. Elle vit ensuite entre la ville de Lima et la ville de Cusco où elle réalise sa production artistique. Actuellement, elle réside à Lima.

    Lire la suite

    " Je suis mariée et mère d'une superbe petite fille nommée Paula qui est ma première inspiratrice et ma principale motivation au niveau création. Je puisse aussi mon inspiration dans mes racines culturelles : les peintures rupestres, les pétroglyphes, les géoglyphes et les motifs textiles (tant de l'ère préhispanique que de l'époque contemporaine). Mes référents en peinture sont Paul Gauguin, Antoni Clavé, Joan Miró et Paul Klee… pour ne citer qu'eux. J'utilise la peinture à l'huile et la peinture acrylique, parfois un mixte des deux, sur toile ou panneau de bois. Mon processus créatif tient de l'espièglerie. Je cherche des formes dans les taches colorées dont je mets en évidence la géométrie à l'aide d'un large panel de couleurs contrastées. J'ai recours aussi aux incisions créées par des coups qui figurent les cicatrices internes, ces entailles sont répétées pour se transformer en dessins automatiques aux formes simples et schématiques. Mon intérêt pour les matières m'a poussé à explorer différents matériaux comme la broderie, le tissu, la gaze, le papier… et a les fusionner dans mon travail. " Miriam Chipana a fait 4 expositions individuelles et plusieurs expositions de groupe dans son pays, elle a obtenu la mention honorable au concours (Predicarte 2009 Museo Koricancha-Cusco) et a été finaliste au concours de peinture national "Jeunes artistes" 2008 de la ville de Lima. On peut voir ses œuvres sur le site novica.com et dans les galeries Dédalo et Apacheta de Lima.
    Lieu
    Musée d'Art Spontané
    Rue de la Constitution, 27
    1030 Schaerbeek
    Tél : + 32 (0)2 426 84 04
    info@musee-art-spontane.be
    http://www.musee-art-spontane.be
  • Touch Me Not

    20.03.2019  >  18.05.2019

    • Cinéma
    Est-ce un documentaire ? Est-ce une thérapie ? 

    Lire la suite

    Est-ce un documentaire ? Est-ce une thérapie ? Comment caractériser ce film sans tabou sur l’intimité, sur la nudité des sentiments et des corps ? Le jury de Berlin, en lui donnant son Ours d’Or a pris une position déterminée en faveur d’un cinéma innovant, atypique, voire provocateur. Une expérience filmique inédite, que ne voudra manquer aucun défenseur d’un cinéma différent et la découverte d’une jeune cinéaste roumaine à suivre de très près. Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • La vénus à la fourrure

    20.03.2019  >  27.04.2019

    • Théâtre
    Le metteur en scène Thomas Novachek termine bredouille, et désespéré, sa journée d’auditions pour la Vénus. Quand survient Vanda dans l’embrasure d’une porte : « Toc, toc, j’arrive trop tard ? »

    Lire la suite

    Le metteur en scène Thomas Novachek termine bredouille, et désespéré, sa journée d’auditions pour la Vénus. Quand survient Vanda dans l’embrasure d’une porte : « Toc, toc, j’arrive trop tard ? ». Elle est délurée, vulgaire, écervelée. Elle se présente : « Je suis la Vénus »... Qui est cette cinglée qui prétend être la déesse de l’amour en personne ? Il ne veut pas l’entendre, elle ne veut plus s’en aller, alors pour écourter, il finit par lui donner la réplique. Et la maudite Aphrodite se métamorphose. L’audition se poursuit dans un échange de jouissances intellectuelles et charnelles, une partie de cache-cache jubilatoire. Bientôt, Thomas ne saura plus s’il est dans la vraie vie ou bien dans celle de Vanda qui le subjugue et l’envoûte. Formidable pièce à suspense, qui brouille les pistes dans un jeu de miroirs. Huis-clos peuplé de fantasmes, jeux de manipulations, soumissions-dominations, travestissements, jeux de pouvoirs… C’est drôle, intelligent, burlesque, audacieux, érotique. « Le seigneur tout puissant l’a châtié, il l’a livré aux mains d’une femme… ». À l’heure qu’il est, on n’a pas fini d’en parler. Déconseillé aux moins de 16 ans UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. VENUS IN FUR EST REPRESENTE DANS LES PAYS DE LANGUE FRANCAISE PAR DOMINIQUE CHRISTOPHE/L'AGENCE, PARIS EN ACCORD AVEC ABRAMS ARTISTS AGENCY, NEW YORK. Photo © Gaétan Bergez.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800 944 44
    Réservation : 0800 944 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Don’t Worry, he Won’t Get Far on Foot

    21.03.2019  >  09.04.2019

    • Cinéma
    Joaquin Phoenix retrouve Gus Van Sant, 22 ans après que celui-ci lui ait donné son premier rôle important dans To die for. Cette fois, il ré...

    Lire la suite

    Joaquin Phoenix retrouve Gus Van Sant, 22 ans après que celui-ci lui ait donné son premier rôle important dans To die for. Cette fois, il réussit le tour de force de rendre dynamique et stimulant un personnage immobile, en l’occurrence le cartoonist culte John Callahan, qu’un accident de voiture a rendu paraplégique (le film se base sur son autobiographie). Un biopic de qualité, qui détaille la rédemption par l’art d’un alcoolique invétéré. Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • La Grammaire

    21.03.2019  >  31.03.2019

    • Théâtre
    La Comédie Kapel revient en mars avec une comédie rafraîchissante sur l'orthographe.

    Lire la suite

    Monsieur Caboussat a des ambitions politiques : hélas, malgré son étude assidue, il est incapable d’écrire trois mots sans faute. Personne ne le sait mais c’est sa fille qui rédige sa correspondance. Et voilà qu'elle pourrait le quitter pour un mari ! Les accords de participes, qui refont tant parler d'eux aujourd'hui, empêcheront-t-ils nos deux amoureux de se marier? Sans une bonne orthographe, rien ne sera possible !!
    Lieu
    Le Kap.L - Centre civique de Kapelleveld
    Avenue Albert Dumont, 10
    1200 Woluwe-Saint-Lambert
    Tél : 0477 03 27 20
    Réservation : 0477 03 27 20
    http://www.kapelleveld.be
  • Panoptikum

    21.03.2019  >  10.05.2019

    • Exposition
    Un aperçu du peuple du laboratoire de Frankenstein. Cent personnages de théâtre réalisés par Michael Pietsch. Une grande collection de créatures de bois. Mortes ou vivantes ? Humaines ou animales ? Petites ou grandes ?  

    Lire la suite

    Un aperçu du peuple du laboratoire de Frankenstein. Cent personnages de théâtre réalisés par Michael Pietsch. Une grande collection de créatures de bois. Mortes ou vivantes ? Humaines ou animales ? Petites ou grandes ?  
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Hamlet

    21.03.2019  >  13.04.2019

    • Théâtre
    Parodie pour marionnettes, en bruxellois français.

    Lire la suite

    "Toone be or not Toone be ?" Lors de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché Commun (maintenant Union européenne), Toone VII introduit dans le répertoire des poechenelle (marionnettes) bruxelloises “La Tragédie de Hamlet, prince de Danemark”, du célèbre dramaturge anglais William Shakespeare. Avec “Macbeth”, “Othello” et “Roméo et Juliette”, “Hamlet” fait partie des oeuvres du grand William jouées à l’impasse Schuddeveld. Il s’agit bien sûr d’une parodie du drame de Hamlet par les auteurs fétiches de Toone VII : Arthur et Elisabeth Fauquez dans les décors de Raymond Goffin. Tiré d’une légende, le drame en cinq actes de l’auteur du théâtre élisabéthain est ramené en deux parties dans sa version bruxelloise. Apparu sur les remparts du château d’Elseneur au Danemark, le “spuuk” (le spectre) de Hamlet-le-Vieux apprend à son fils Hamlet, qu’il a péri assassiné par son oncle Claudius. Ce dernier lui a “sprouïté” (injecté) une bombe antimouche dans l’oreille. Il a usurpé le trône. Son forfait commis, il a épousé la veuve, la reine Gertrude, sa complice. Le spuuk dit à son fils : “Fiske, je grille mon pauvre derrière tout nu sur le feu du Purgatoire !” Et le jeune Hamlet de répondre : “Poupa, je vais te venger terriblement.” Bien que le drame se déroule à Elseneur, sombre château perdu dans les marais profonds du Danemark, Toone, fidèle à la tradition, plante les décors dans des lieux qui nous sont familiers comme le port d’Ostende avec la malle Ostende-Douvres, le cimetière d’Ixelles et la place de Brouckère. Hamlet délaisse sa fiancée Ophélie sur cet impromptu : “Les baîses, Ophélieke, c’est pour les comédies z’érotiques pas pour les tragédies cornéliennes.” Suite sur la scène.
    Lieu
    Théâtre Royal de Toone
    Rue du Marché aux Herbes - Entrée : Impasse Sainte Pétronille, 66
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-511.71.37
    Réservation : 02-513.54.86
    woltje@skynet.be
    http://www.toone.be