Evénements du 11 mars 2019

  • Pilou Carmin

    26.02.2019  >  15.03.2019

    • Théâtre
    Théâtre physique Création de Anne-Laure Mouchette / Cie Aucune

    Lire la suite

    Ils sont 5, ils sont jeunes et ils sont en uniformes militaires. Ces corps disciplinés nous permettent de jouer avec les rapports de hiérarchie et de pouvoir. Par tableaux, chacun des acteurs endosse un costume qui va lui donner une autorité, et lui permettre de devenir maître de la scène. Un personnage, Pilou-Carmin, essaie de faire entendre sa voix, pour raconter comment c’était, sa guerre, en 1960... Mais cette parole est empêchée et jusqu’au bout, on se demande, si il va réussir à la faire entendre, son histoire. Et nous à l’écouter. "Pilou Carmin c’est une esthétique brute. Un théâtre physique. Des corps qui chutent. Des ordres. Des soldats en minis-shorts. Des claques et des bisous. Des petits et des grands noms. Des chants. Des corps. Je l’ai déjà dit. Je sais. Mais qu’importe. Pilou Carmin c’est la répétition. De gestes. Gestes empruntés au corps militaire, exprimés par le corps des acteurs, et donnés en mille au corps du spectateur." Anne-Laure Mouchette
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : 02-639.09.80
    Réservation : 02-639.09.82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com
  • Michel Mazzoni - Other things visible

    28.02.2019  >  14.04.2019

    • Exposition
    Michel Mazzoni (1966) est un artiste plasticien qui utilise le medium photographique et explore son essence. Une recherche et une réflexion sur les limites de l’image, une esthétique fragmentaire qui brouille le référent figuratif et révèle la matérialité des images, placent son travail à la frontière de la figuration et de l’abstraction.

    Lire la suite

    Michel Mazzoni (1966) est un artiste plasticien qui utilise le medium photographique et explore son essence. Une recherche et une réflexion sur les limites de l’image, une esthétique fragmentaire qui brouille le référent figuratif et révèle la matérialité des images, placent son travail à la frontière de la figuration et de l’abstraction. Considérant que la photographie n’est pas un médium destiné à rendre compte du réel ou à en proposer une représentation fidèle, il s’éloigne de ce regard concret pour produire des «objets» venant brouiller notre vision établie. Le travail repose sur l’image en tant que motif, mais qui tendrait à disparaître. L’accident est chez lui le fruit d’un travail technique et d’une réflexion sémantique. Michel Mazzoni procède par soustraction et avec cette prise de distance, les images deviennent plus intrigantes, le spectateur s’interroge sur leur sens, leur contenu et leurs relations. Au moment de la création des images, il n’y a pas de mode opératoire défini, cela part de choses simples, de rencontres fortuites. Une façon de saisir la banalité pour la transformer en un univers poétique et conceptuel. Détourner les images de leurs usages pour en brouiller la lecture. Je dirais que mon approche est intemporelle et atemporelle : les lieux que je photographie ne sont pas vraiment définis et pourraient être dans des époques indéterminées. Il s’agit généralement de vues fragmentaires, des images «sans qualités», du quotidien avec d’infimes indices. Ces lieux sont là, bien réels mais la façon dont je les traite provoque cette distance abstraite et complexe. Ce que je cherche à montrer ce sont les forces qui y circulent et les pensées que cela fait naître chez celui qui regarde. Pointer des espaces, des lieux, des objets où cela «accroche», une présence visuelle forte mais qui n’explique rien. Les images qui retiennent l’attention, sont celles qui demandent aux spectateurs de s’arrêter, de regarder et de réfléchir, de se poser des questions sur ce qu’ils perçoivent et sur le processus de création de l’œuvre. Sur le plan formel, il s’agit d’une tentative d’épuisement et d’appauvrissement du médium par des procédés alternatifs et expérimentaux, à savoir des manipulations d’ordres lumineuses, chimiques, optiques (à la source, sur le négatif), ou directement sur l’image en post traitement (scans et impressions multiples, trames, inversions, courbes…). Michel Mazzoni Dans ses installations, ses scénographies, le choix et la séquence des images est faite selon ses critères propres, non communiqués au spectateur afin que celui-ci puisse créer lui-même un cheminement, des rapprochements, des distances, voire une narration. Ses dispositifs «in situ» développent des raccourcis sensoriels, des tensions qui affectent le regard, des expériences réflexives dont les significations restent en suspens. Parmi les moyens de diffusion, il affectionne également l’édition de livres dont le rapport fond/forme est méticuleusement pensé. La mise en espace des œuvres s’articule sur le même principe, avec des images qui entrent en résonance ou en contrepoint dans un souci rythmique qui tient compte de l’espace d’exposition. La confrontation, le rapprochement, l’échelle, l’espacement, la technique de tirage et le mode de présentation font partie intégrante de la perception globale de l’œuvre. A l’occasion de cette exposition paraîtra une publication de 128 pages : Michel Mazzoni, Other Things Visible, co-production Le Botanique et MER. Paper Kunsthalle.
    Lieu
    Botanique
    Rue Royale, 236
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +00 32 22183732
    info@botanique.be
    http://www.botanique.be
  • Page blanche

    28.02.2019  >  30.03.2019

    • Théâtre
    Le plein d’émotions

    Lire la suite

    Avant de commencer le spectacle, le texte inexistant de la pièce est montré aux spectateurs : une page blanche. Un élément est demandé au public. Cela peut être un mot, un lieu, un genre à aborder,… Cette impulsion de départ est écrite sur la page blanche et à partir d’elle, les comédiens créent intégralement une pièce de théâtre d’1H15 de manière totalement spontanée. Ils se lancent dans une histoire qu’ils vont jouer au fur et à mesure qu’ils l’inventent et la découvrir en même temps que les spectateurs.
    Lieu
    Théâtre L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Designing the night. Graphic design of Belgian club culture 1970-2000

    01.03.2019  >  29.09.2019

    • Exposition

    Lire la suite

    Designing the Night célèbre le riche design passé des éléments graphiques de la vie nocturne belge. À la fin des années 1980 et durant les années 1990, la culture des clubs a atteint son apogée en Belgique : des bâtiments inoccupés du centre historique de diverses villes sont devenus de hauts lieux de l’art et de la musique, tandis qu’à la campagne, des demeures voisines de grands axes routiers ont été transformées en des espaces qui ne prenaient vie que la nuit. À l’intérieur, des miroirs, de la musique et des corps sautillants donnaient vie à un monde artificiel, sous des faisceaux laser multicolores qui illuminaient les nuages crachés par les générateurs de brouillard. Attirés par cet univers fascinant offert en partage, des jeunes de l’Europe entière descendaient dans les clubs belges afin de danser jusqu’au bout de la nuit et même bien après que le soleil se soit levé. Souvent, les flyers et les affiches étaient les seuls éléments physiques qui rappelaient les fêtes qui avaient eu lieu la nuit précédente. Généralement réduits à leur fonction de bien de consommation à rotation rapide et destinés à faire venir un maximum de personnes dans les clubs, ces éléments graphiques éphémères, lorsque nous les regardons de plus près, font apparaître un large éventail de modes de vie, de stratégies graphiques, de sous-cultures, de genres musicaux, d’identités et de créativité nourris par la vie nocturne belge. L’exposition rassemble une collection d’éléments graphiques jamais présentés auparavant, notamment de clubs emblématiques tels que le Mirano, le Fuse, le Plan K, le Boccaccio, La Rocca, le Carré et bien d’autres.
    Lieu
    ADAM – Brussels Design Museum
    Place de Belgique, 1
    1020 Laeken
    Tél : +32 2 669 49 21
    Réservation : +32 2 669 49 21
    info@adamuseum.be
    http://www.adamuseum.be
  • Trio de solos

    01.03.2019  >  29.03.2019

    • Théâtre
    3 personnalités déclinées au singulier

    Lire la suite

    Etre seul face au public, face à soi-même. Que se passe-t-il quand le seul partenaire de jeu du comédien c’est lui ? Entrer dans le monde intime du jeu au singulier. Découvrir un univers personnel, sans compromis. C’est ce que vous propose, en alternance selon les dates, ces 3 improvisateurs faisant tous partie de la troupe du spectacle Page Blanche : Olivier Prémel, Patrick Spadrille et Marie-Pierre Thomas. 3 solos, 3 concepts, 3 sensibilités.
    Lieu
    Théâtre L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Repair Couture

    02.03.2019  >  23.03.2019

    • Divers
    Ouvert à tous, à partir de 8 ans (accompagné), vous serez amené à réparer vous-même cette poche trouée, ce bouton manquant ou cette tirette défectueuse. Totalement gratuit et accessible aux non-initiés des fils et des aiguilles. L'objectif est de se rencontrer, de réparer et pourquoi pas, d'éveiller des vocations.

    Lire la suite

    Ouvert à tous, à partir de 8 ans (accompagné), vous serez amené à réparer vous-même cette poche trouée, ce bouton manquant ou cette tirette défectueuse. Totalement gratuit et accessible aux non-initiés des fils et des aiguilles. L'objectif est de se rencontrer, de réparer et pourquoi pas, d'éveiller des vocations.
    Lieu
    Ateliers du Temps Libre
    Lola Bobesco (site de Wolubilis), 11
    1200 Woluwe-Saint-Lambert
    Tél : 02-761.60.29
    secretariat.atl@woluwe1200.be
    http://www.wolubilis.be
  • Miraï, ma petite soeur vo st fr/nl

    02.03.2019  >  02.04.2019

    • Cinéma
    A young boy encounters a magical garden which enables him to travel through time and meet his relatives from different eras, with guidance by his younger sister from the future.

    Lire la suite

    The movie follows a 4-year old boy who is struggling to cope with the arrival of a little sister in the family, until things turn magical. A mysterious garden in the backyard of the boy's home becomes a gateway allowing the child to travel back in time and encounter his mother as a little girl and his great-grandfather as a young man. These fantasy-filled adventures allow the child to change his perspective and help him become the big brother he was meant to be.
    Lieu
    Cinéma Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-514.74.98
    http://www.galeries.be/
  • Prête-moi ton rêve

    03.03.2019  >  07.04.2019

    • Théâtre
    Rêver, tous éveillés !

    Lire la suite

    Bulle, Splash et Scratch viennent tout droit de la Lune, planète des rêves ! Quand les enfants terriens dorment, ils leur rendent visite et vivent ensemble plein d’aventures ! Mais lorsque les enfants se réveillent, souvent, ils ne se souviennent pas de leurs rêves, et jamais des trois petites créatures. 
Attristés de cela, 
Bulle, Splash et Scratch décident de venir sur la Terre, 
avec leurs marionnettes, en pleine journée afin de pouvoir rêver avec les enfants tout éveillés. Pour cela, ils leur font dessiner des décors incroyables et les projettent sur scène afin de jouer dedans ! « Maintenant, ils se souviendront de nous ! »
    Lieu
    Théâtre L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Les éternels

    05.03.2019  >  12.03.2019

    • Cinéma
    A story of violent love within a time frame spanning from 2001 to 2017.

    Lire la suite

    A story of violent love within a time frame spanning from 2001 to 2017.
    Lieu
    Cinema Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-514.74.98
    http://www.galeries.be/
  • Foule Schaerbeek

    06.03.2019  >  14.03.2019

    • Festival
    Schaerbeek … parce que c’est là que ça se passe. Pierre de Lune a investi pour deux semaines l’Espace Scarabaeus. Nous voilà dans la vallée Josaphat et dans ce quartier qui regorge d’initiatives, de projets, d’associations et de petites coopératives locales qui lui donnent une couleur humaine.

    Lire la suite

    Schaerbeek … parce que c’est là que ça se passe. Pierre de Lune a investi pour deux semaines l’Espace Scarabaeus. Nous voilà dans la vallée Josaphat et dans ce quartier qui regorge d’initiatives, de projets, d’associations et de petites coopératives locales qui lui donnent une couleur humaine. Une compagnie de théâtre tout public emmenée par Philippe Léonard ; il est auteur, acteur et metteur en scène, il est aussi photographe. Et ça se ressent dans les spectacles qu’il imagine; cette manière singulière de partir de l’anecdote, du petit, du détail, pour ensuite élargir la focale et toucher à l’universel. Quelques traits de fusain dans Comme la pluie débouchent sur un zoom dans les grottes de Lascaux et sur une mise au point des traces que nous aurions envie de laisser après notre passage sur terre ; l’odeur d’un livre entrouvert dans une librairie bruxelloise dans Daraya donnent des instantanés tendres et lumineux de la Syrie, celle d’hier et celle d’aujourd’hui. Un pays et une région enfin montrée autrement qu’à travers une lunette de visée. Ces deux dernières créations du Foule Théâtre sont au programme de cette semaine de carnaval ; elles sont tous publics, à partir de 7 ans pour Comme la pluie, de 15 ans pour Daraya. À coté des spectacles, il y aura donc de la musique, un ciné club, des ateliers, des documentaires sur les voisins, un petit déjeuner Oxfam, la présence d’Amnesty, une visite guidée et … un bar.
    Lieu
    Espace théâtral Scarabaeus
    Rue Creuse, 19 - 27/No 27
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 (0) 2 215.43.29
    scarab@scarabaeus.net
    http://www.scarabaeus.net