Evénements du 2 février 2019

  • La chute

    15.01.2019  >  09.02.2019

    • Théâtre
    « L’essentiel est de pouvoir tout se permettre, quitte à professer de temps en temps, et à grand cris, sa propre indignité. »

    Lire la suite

    À notre époque où l’égo est sans cesse mis en avant, où tout semble dilué dans le virtuel, La chute de Camus a toujours de quoi faire éclater le miroir. Avant de passer ses soirées dans un bar d’Amsterdam, Jean-Baptiste Clamence fut un brillant et respecté avocat à Paris. À lui les causes perdues, la traque de la vérité... Un soir, un événement va transformer sa vie : il ne porte pas secours à une jeune femme en train de se noyer. La culpabilité ne va plus le quitter. Il va faire le bilan de ses diverses usurpations, questionner sa sincérité. Il va se livrer à une introspection sur ses faiblesses, ses lâchetés dans un bar loin des tribunaux où il jouait de sa faconde. Plaidoyer pour la liberté, contre les faux-semblants, texte traversé par l’absurde, La chute a la force de jouer chaque jour avec les émotions de celui qui l’interprète. Au travers du roman, dans l’adaptation de Vincent Engel, Lorent Wanson, dont la carrière de metteur en scène a toujours cherché à donner la parole à ceux qui ne l’avaient jamais, s’interroge aujourd’hui lui aussi sur sa sincérité, tentant de traverser ces questions avec ses expériences au point de les rendre troublantes et volontairement floues. La chute, dans cette adaptation proche et intime, c’est une lutte corps à corps avec les démons du siècle de la pensée en proie à l’amnésie de notre temps.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Propaganda !

    22.01.2019  >  02.02.2019

    • Théâtre
    Vincent Hennebicq, agacé par le flux incessant d’informations qui nous aveugle et nous empêche souvent
 de respirer, de prendre l’élan et le recul nécessaires pour décrypter, analyser et comprendre en profondeur ce qui nous entoure, s’est intéressé à la figure d’Edward Bernays pour le rôle qu’il a joué dans la construction d’un monde où la croissance économique prime.

    Lire la suite

    Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, a traversé le 20e siècle sans que l’on se souvienne de son nom, mais il a transformé le monde, dans l’ombre. D’abord producteur de théâtre et agent d’artistes, il est devenu publicitaire puis conseiller politique et a développé une théorie, basée sur les acquis de la psychologie, visant à manipuler les masses. En comprenant que le pouvoir serait entre les mains
 de ceux qui sont capables d’influencer les choix des foules, Bernays a contribué à la croissance du capitalisme en défendant et encourageant une économie basée sur le développement du désir individuel. Vincent Hennebicq, agacé par le flux incessant d’informations qui nous aveugle et nous empêche souvent
 de respirer, de prendre l’élan et le recul nécessaires pour décrypter, analyser et comprendre en profondeur ce qui nous entoure, s’est intéressé à la figure d’Edward Bernays pour le rôle qu’il a joué dans la construction d’un monde où la croissance économique prime. Sur scène, Achille Ridolfi est Edward Bernays. Entre conférence, discours politique et spectacle de stand up, en confrontation directe avec le spectateur, il utilise les moyens du théâtre pour nous montrer le vrai visage de Bernays et le cynisme de ses manœuvres. Accessible, frais et direct, Propaganda ! traverse le siècle passé avec Bernays et ses compatriotes pour mieux questionner le présent, dévoilant certaines techniques de manipulation médiatique et les conséquences du développement des moyens de communication modernes sur nos indépendances et nos démocraties actuelles.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-512.17.84
    Réservation : 02-512.17.84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • ARIANE [ eu ] phonie - soundscape of a refugees Greek camp

    22.01.2019  >  02.02.2019

    • Théâtre
    En Crète, au milieu d’un camp de réfugiés, la figure d’une femme. La langue grecque lui permet de percer la toile de l’actualité tragique et de remonter aux récits ancestraux. Minos, légendaire roi de Crète, eut avec Pasiphaé, son épouse, une fille : Ariane. Un spectacle visuel pour écouter les pulsations du monde.

    Lire la suite

    Les spectacles de Pietro Marullo, metteur en scène, chorégraphe et plasticien, sont des métaphores où les tensions du monde contemporain et les mythes fondateurs se chevauchent et s’expriment dans des formes qui hybrident les arts. Ainsi dans WRECK – List of extinct species, son dernier spectacle, il mélange l’art plastique, la création sonore et le mouvement, pour créer une puissante allégorie du naufrage. Dans cette nouvelle création - Ariane [eu]phonie -, Il nous fait voyager en Crête, ce berceau de l’humanité occidentale où les civilisations se croisèrent, cette île des mythes devenue aujourd’hui une « nouvelle Lampedusa ». Au milieu d’un camp de réfugiés, la figure d’une femme. La langue grecque qu’elle apprend aux étrangers lui permet de percer la toile de l’actualité tragique et de remonter aux récits ancestraux. Minos, fils de Zeus et d’Europe, légendaire roi de Crète, eut avec Pasiphaé, son épouse, une fille, Ariane. Celle-ci, éprise de Thésée et guidée par l’amour, l’aidera à tuer le Minotaure et à sortir du Labyrinthe. Les temporalités, les archétypes, les images se croisent et Pietro Marullo tisse une nouvelle vision de la scène. Il met au centre du Labyrinthe l’oreille humaine pour bousculer les limites de l’imaginaire et traverser le « dédale » humain. L’organe auditif où réside le sens de l’équilibre devient le lieu d’échos intimes et de la perception du monde pour interroger les frontières matérielles et immatérielles qui sans cesse s’érigent entre les hommes, les dieux et la terre. Que perçoivent les migrants – et nous - de ce mythe de la jeune Ariane symbolique d’une libération de la tyrannie et d’une mutation du monde ? Et cette femme leur apprenant le grec et cherchant à rester en équilibre dans une Crête décomposée à l’image du monde, s’adresse-t-elle, telle Ariane, aux forces divines et leur demande-t-elle : « Quand est-ce que vous, les dieux, vous nous laisserez vivre en paix, sans vous ? Aujourd’hui commence l’ère de la terreur, mon royaume est déjà fini, et je ne verrai pas naître l’île des femmes, et je ne verrai pas surgir la ville des hommes ? ».
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Mythologies

    23.01.2019  >  09.02.2019

    • Théâtre
    Un voyage sensoriel dans un monde où les sens ne fonctionnent plus normalement...

    Lire la suite

    Un homme se réveille avec l’odorat exacerbé, une femme a perdu le sens du toucher, un homme prend sa femme pour un chapeau... Les cas cliniques qu’aborde le neurologue Oliver Sacks présentent tous des troubles plus ou moins graves de la perception et de la sensation. Ils font entrevoir un monde dont autrement nous n’aurions pas la moindre idée, un monde peuplé de musiques, de tableaux et de métaphores. Six interprètes donnent vie à ce langage primitif et nous emmènent au coeur des mélodies et décors intérieurs de la conscience. Ils tissent des liens entre le normal et le pathologique afin d'explorer le noyau de ce qui fait notre humanité. Un voyage sensoriel dans un monde où les sens ne fonctionnent plus normalement. Du 23 janvier au 9 février Le mercredi à 19h et du jeudi au samedi à 20h30 Tarif unique 8€ (2e mercredi de série) : le 30 janvier à 19h Tarif unique 6€ (Lundi Théâtre) : le 4 février à 20h30
    Lieu
    Les Riches-Claires
    Rue des Riches Claires, 24
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-548.25.80
    Réservation : 02-548.25.80
    accueil@lesrichesclaires.be
    http://www.lesrichesclaires.be
  • Crâne

    29.01.2019  >  16.02.2019

    • Théâtre
    Un survivant n'est plus tout à fait un vivant.

    Lire la suite

    J'ai rencontré l'écriture de Declerck en 2005. Choc déterminant ! J'ai lu ses livres au fur et à mesure des parutions, su qu'il était atteint d'une tumeur - à l'époque inopérable - au cerveau. Puis j'ai rencontré l'homme, son charisme et son humour. Durant les représentations de Démons me turlupinant [son roman autobiographique que j'ai mis en scène au Rideau], l'idée est née de le faire jouer. Récit clinique intense de son opération selon l'impressionnante technique de la chirurgie éveillée, Crâne raconte les étapes étonnamment vivifiantes d'un parcours médical et, à travers lui, l'évolution d'un rapport à l'altérité, à l'écriture, au sens de l'existence. Declerck y joue son double de fiction. ANTOINE LAUBIN
    Lieu
    Rideau de Bruxelles@PetitVaria
    Rue Gray, 154
    1050 Ixelles
    Tél : 02-737.16.00
    Réservation : 02-507.83.61
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Kirina

    29.01.2019  >  02.02.2019

    • Spectacle
    Après le succès de son précédent spectacle Kalakuta Republik – qui rendait hommage à Fela Kuti – Serge Aimé Coulibaly s’inspire cette fois d’une bataille fondatrice de l’Afrique de l’Ouest : Kirina est une épopée contemporaine puisant aux sources de l’Histoire et de la fiction. Sur scène, neuf danseurs, six musiciens, un parolier et quarante figurants incarnent le récit d’un peuple gorgé d’espoir et de révolte qui marche vers son avenir. Sur un livret de l’écrivain et économiste Felwine Sarr, avec la musique de l’immense chanteuse Rokia Traoré, Serge Aimé Coulibaly déploie un vocabulaire dansé qui s’appuie sur la violence intérieure et la fragilité. Aux confluences des grandes tragédies grecques autant que des mythes bibliques et africains, Kirina est le théâtre des batailles et des célébrations cathartiques, des sacrifices et des unions. Dans cette fresque où la danse est une marche et la marche est transformation, se met en mouvement un récit sans âge, à la symbolique païenne, qui évoque la nécessité de la migration.

    Lire la suite

    Après le succès de son précédent spectacle Kalakuta Republik – qui rendait hommage à Fela Kuti – Serge Aimé Coulibaly s’inspire cette fois d’une bataille fondatrice de l’Afrique de l’Ouest : Kirina est une épopée contemporaine puisant aux sources de l’Histoire et de la fiction. Sur scène, neuf danseurs, six musiciens, un parolier et quarante figurants incarnent le récit d’un peuple gorgé d’espoir et de révolte qui marche vers son avenir. Sur un livret de l’écrivain et économiste Felwine Sarr, avec la musique de l’immense chanteuse Rokia Traoré, Serge Aimé Coulibaly déploie un vocabulaire dansé qui s’appuie sur la violence intérieure et la fragilité. Aux confluences des grandes tragédies grecques autant que des mythes bibliques et africains, Kirina est le théâtre des batailles et des célébrations cathartiques, des sacrifices et des unions. Dans cette fresque où la danse est une marche et la marche est transformation, se met en mouvement un récit sans âge, à la symbolique païenne, qui évoque la nécessité de la migration.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Ruben en voix

    30.01.2019  >  16.02.2019

    • Spectacle
    Après le grand succès de son one-man-show, “ Je suis Belge, mais ça ne se voit pas ”, Richard Ruben…en voix !

    Lire la suite

    Un spectacle puissant dont le défi est de chanter la vie dans ce qu’elle a de meilleur, d’absurde ou d’improbable… Une performance de jeux, de chants et d’imitations qui va vous transporter ! Embarquement immédiat pour l’univers Ruben, accompagné par Thom Dewatt, musicien multi-instrumentiste, pour le plus grand bonheur de vos oreilles et de vos zygomatiques !
    Lieu
    Centre culturel Espace Magh asbl
    Rue du Poinçon, 17
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-274.05.10
    info@espacemagh.be
    http://www.espacemagh.be
  • Aren - Benjamin Verdonck / Toneelhuis

    31.01.2019  >  02.02.2019

    • Théâtre
    Un glaneur suit les moissonneurs et ramasse les épis tombés ou restés dans le champ. En réalisant des œuvres, beaucoup d’idées restent traîner à l’atelier. Dans AREN, Benjamin Verdonck nous emmène le long d’œuvres jamais réalisées ou en devenir dans son atelier. Attendez-vous à un parcours le long d’installations, de cabinets de curiosités et d’un théâtre miniature.

    Lire la suite

    Un glaneur suit les moissonneurs et ramasse les épis tombés ou restés dans le champ. En réalisant des œuvres, beaucoup d’idées restent traîner à l’atelier. Dans AREN (qui signifie aussi « moisson » et « récolte »), Benjamin Verdonck nous emmène le long d’œuvres jamais réalisées ou en devenir dans son atelier. Un projet de tunnel de la Banque Nationale au fleuriste d’en face, une boîte de magie, une collection de bons de réduction inutilisés ou de pièges à rats défectueux, un nouvel œuf de Fabergé. Attendez-vous à un parcours le long d’installations, de cabinets de curiosités et d’un théâtre miniature. • Benjamin Verdonck est un artiste complet. Il crée des œuvres plastiques et du théâtre – poétique, léger et persistant – aussi bien dans des salles que dans l’espace public. Au Kaaitheater, on a pu voir de lui We don’t speak to be understood (avec Pieter Ampe) et la saison passée Het houten ezeltje et Liedje voor Gigi.
    Lieu
    Kaaistudio's
    Rue Notre-Dame du Sommeil, 81
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Stan Pollet et Pipou - Cru 2019

    31.01.2019  >  02.02.2019

    • Concert
    On les aime ! Comme le vin ! Cela s'est encore plus affiné... Le Cru Stan et Pipou 2019 ! Depuis la saison passée, il a eu le temps d'arriver à maturation ce cru-là... Alors ils reviennent et on se délecte... On en reprend jusqu'à l'ivresse... Cela fait bientôt 20 ans... Ils seront bientôt classés au patrimoine mondial de l'Unesco... et déjà reconnus d'utilité publique.

    Lire la suite

    On les aime ! Comme le vin ! Cela s'est encore plus affiné... Le Cru Stan et Pipou 2019 ! Depuis la saison passée, il a eu le temps d'arriver à maturation ce cru-là... Alors ils reviennent et on se délecte... On en reprend jusqu'à l'ivresse... Cela fait bientôt 20 ans... Et ils avaient déjà de la bouteille. Avec eux, on a un nez de fruits rouges et noirs délicatement épicés. En bouche, ils montrent vraiment une très belle matière, soyeuse. La structure est bien fondue. Ils nous feraient croire qu'ils sont bien montés. L'équilibre est parfait, avec une petite note de fraîcheur qui se manifeste en finale sur des arômes légèrement mentholés. Jamais amers... C'est pas de la vinasse ! Ils seront bientôt classés au patrimoine mondial de l'Unesco... et déjà reconnus d'utilité publique.
    Lieu
    Le Jardin de ma Soeur
    A l'angle du quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-217.65.82
    Réservation : 02-217.65.82
    info@lejardindemasoeur.be
    http://www.lejardindemasoeur.be
  • The Waves - Noé Soulier

    01.02.2019  >  02.02.2019

    • Spectacle
    Le chorégraphe et philosophe français Noé Soulier est convaincu que regarder de la danse est aussi créatif que de danser soi-même. Dans cette nouvelle création, il fait partager la scène à six danseurs et deux percussionnistes. Les percussions ajoutent des virgules et des points, scandent ou suspendent une séquence de mouvements ou relancent l’action. Soulier s’aventure à la frontière de l’écriture millimétrée et l’improvisation !

    Lire la suite

    « Le geste, l’acte le plus simple reste enfermé comme dans mille vases clos dont chacun serait rempli de choses d’une couleur, d’une odeur, d’une température absolument différentes. » – MARCEL PROUST, Le Temps retrouvé Le chorégraphe et philosophe français Noé Soulier est convaincu que regarder de la danse est aussi créatif que de danser soi-même. Pour susciter cette réaction physique chez le spectateur, il transforme des gestes pratiques – comme frapper, jeter, saisir – en mouvements inachevés et interrompus. Au cours d’un puzzle gestuel en mutation permanente, Soulier compose du rythme comme on écrirait un mouvement. Dans cette nouvelle création, il fait partager la scène à six danseurs et deux percussionnistes : Tom De Cock et Gerrit Nulens de l’ensemble Ictus. Les percussions ajoutent des virgules et des points, scandent ou suspendent une séquence de mouvements ou relancent l’action. Avec The Waves, Soulier s’aventure à la frontière de l’écriture millimétrée et l’improvisation. • Noé Soulier a étudié la danse à PARTS à Bruxelles et la philosophie à la Sorbonne à Paris. Les saisons précédentes, il était l’hôte du Kaaitheater avec son solo Movement on Movement et les pièces de groupe Removing et Faits et gestes. Lors de Performatik19, cette saison, il confrontera la salle à une série d’œuvres d’art du Centre Pompidou.
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be