Evénements du 13 décembre 2018

  • Un pied dans le paradis

    28.11.2018  >  15.12.2018

    • Théâtre
    « En Chine on n’aime pas enterrer les gens tout seuls. C’est mieux que les gens soient à deux pour aller dans l’au-delà. »

    Lire la suite

    Elles sont trois sœurs qui, quand la bise vient, se demandent à quelle porte aller frapper. Toutes les trois tentent de ruser avec la pauvreté. Maladroitement. Jusqu’à ce que l’une d’entre elles ait l’idée de séduire un homme à la belle automobile et qui, signe extérieur de richesse oblige, doit avoir dans son portefeuille de quoi les nourrir. Elles découvriront que l’habit ne fait pas le moine, que le beau parleur est fauché - comme elles, inconnu dans l’immeuble où il prétend résider. Aux abois, les trois sœurs vont se transformer en voleuses et de voleuses en cannibales. Mais tout cela n’est qu’un conte. Tout finira bien, du moins sur une assiette ! Comment vivre quand on craint de se retrouver sans rien ? Comment continuer à avancer chaque jour alors qu’on sent qu’on va chuter ? Comment cette angoisse du lendemain affecte-t-elle les relations humaines ? Que reste-t-il de l’amour, de l’amitié, de la solidarité quand la précarité vous ronge ? Virginie Thirion a choisi le biais de la comédie pour parler de la précarité. Elle nous écrit une histoire, parce qu’elle aime en raconter, parce qu’elle aime qu’on lui en raconte. Raconter une histoire. Conter une histoire. Un pied dans le paradis est un conte contemporain à trois voix.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Soeur sourire

    01.12.2018  >  26.12.2018

    • Cinéma
    Une chanson : Dominique et la gloire instantanée.

    Lire la suite

    Une chanson : Dominique et la gloire instantanée. Cécile de France se coule avec aisance sous la cornette de la nonne chantante, dans un monde où ses valeurs simples et claires sont accueillies avec ferveur… jusqu’à ce que son succès et sa personnalité intime indépendante, ne lui valent l’oppression du systême. Flagey, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Jeux d’été

    01.12.2018  >  26.12.2018

    • Cinéma
    Une danseuse-étoile au déclin de sa jeunesse se remémore un été passé en compagnie de son premier amant tragiquement décédé.

    Lire la suite

    Une danseuse-étoile au déclin de sa jeunesse se remémore un été passé en compagnie de son premier amant tragiquement décédé. Un Bergman mélancolique, qui capte à merveille la nature bourgeonnante de l’île où se déroule ce drame aux tonalités désenchantées. Flagey, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Marina

    02.12.2018  >  28.12.2018

    • Cinéma
    L’histoire d’une chanson, qui fut des décennies durant sur toutes les lèvres flamandes.

    Lire la suite

    L’histoire d’une chanson, qui fut des décennies durant sur toutes les lèvres flamandes. Son interprète, Rocco Granata est fils de mineur calabrais immigré au Limbourg. Toujours aussi tendre envers ses personnages, Stijn Coninx a touché une fois de plus son vaste public au cœur. Flagey, Cinematek € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Rage Dedans

    04.12.2018  >  22.12.2018

    • Théâtre
    Jean-Luc Piraux poursuit et approfondit son exploration tragicomique de nos existences. Le rire naît à mains nues et à taille humaine, par un art pudique du décalage qui porte dans son bagage une passion pour Tati, Keaton et Chaplin. Avec Rage Dedans, il signe à pas feutrés, burlesques et parfois furieux, une vraie ode à l’amour - par l’absurde bien sûr.

    Lire la suite

    Il n’aurait sans doute qu’à fermer les yeux pour y croire encore. Sa main dans la sienne, les doigts de pieds en éventail, sous un ciel bleu pétrole, tout serein, avec le bonheur qui carbure à l’azur pur… Un safari de 30 ans, des noces d’hélium. Mais voilà, il a dû rater une marche, tomber d’un nuage ou de son zèbre, en pyjama. Le grand « pan » d’un ballon de baudruche qui explose. Que se passe-t-il quand ceux qu’on aime vous échappent un par un, comme les cheveux de votre tête ? Quand tout part en vrille ? Après une série de solos joués aux quatre coins du monde (Faut y aller, En toute inquiétude, Six pieds sur terre), Jean-Luc Piraux poursuit et approfondit son exploration tragicomique de nos existences. Comme un plongeur de nos rêves sous-marins, il descend encore un peu plus loin à la recherche de nos pépites, de nos errances, de nos silences. Le rire naît à mains nues et à taille humaine, par un art pudique du décalage qui porte dans son bagage une passion pour Tati, Keaton et Chaplin. Avec Rage Dedans, il signe à pas feutrés, burlesques et parfois furieux, une vraie ode à l’amour - par l’absurde bien sûr.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ?

    04.12.2018  >  15.12.2018

    • Théâtre

    Lire la suite

    « La scène se passe dans un Café Starbucks. Les clients profitent d'une ambiance lounge un peu bas de gamme, idéale pour bavarder autour d'une boisson chaude choisie parmi une large sélection. Jessica et Brandon se sont installés au fond du café, à côté de la baie vitrée. Et c'est là que Jessica a cette phrase terrible : « Brandon, ou bien tu me parles, ou bien je te quitte. »... On préfère vous griller le suspens tout de suite : Jessica va quitter Brandon ! Il faut nous excuser mais c'est le principe d'une tragédie, tu connais la fin dès le début. Nous, ce qu'on veut, c'est comprendre « pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ? ». Et pour cela il faut comprendre qui est Brandon et plus précisément quel est le monde de Brandon ? Car c'est dans ce monde que se trouve l'énigme, et c'est dans ce monde que se trouve la solution... » En s'emparant avec dérision d'outils numériques variés, en passant d'une conférence gesticulée au récit tragique d'un lanceur d'alerte, Pierre Solot et Emmanuel De Candido reconstruisent en direct un puzzle biographique dont chaque pièce aborde les notions complexes d'une société hyperconnectée : réalité, virtualité, fiction, guerre propre, digital natives et pouvoir fascinant des médias. Ouverture du lieu à 19h Spectacle à 20h
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +3222191186
    Réservation : +3222196006
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • ARTUR ZMIJEWSKI Glimpse

    05.12.2018  >  15.12.2018

    • Cinéma

    Lire la suite

    Dans un style évoquant d’anciens films ethnographiques et propagandistes, des hommes et des familles sont filmés de manière directe, sans compromis : sans son, en noir et blanc et en 16 mm. Le réalisateur analyse les circonstances dans lesquelles vivent les migrants dans quatre camps de réfugiés européens, notamment la « jungle » de Calais. On y voit des tentes et des huttes précaires, des intérieurs remplis de couvertures et d’aliments glanés çà et là (lait, sucre, farine), la saleté de l’environnement… La vie humaine y est ramenée, de manière radicale, à sa forme la plus vulgaire et la plus primitive. Certaines actions et des gestes performatifs sont mis en scène, par exemple le « don » de chaussures et de manteaux ou le moment où le visage d’un homme noir est peint en blanc. Żmijewski recourt consciemment à l’esthétique des films de propagande des années 30, 40 et 50 pour montrer, le plus douloureusement possible, la manière dont nous mettons en images les migrants — « les autres » — et donc dont nous les traitons (images en noir et blanc, photos semi-amateurs, contrastes élevés). À travers la dureté de cette confrontation à la pauvreté et au désespoir que l’on préférerait ne pas voir, Żmijewski va toujours plus loin dans le jeu entre l’acceptable et l’inacceptable. —   PL/DE, 2017, 14’, muet, commence toutes les 15’.
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-550.03.50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Femme non-rééducable

    06.12.2018  >  16.12.2018

    • Théâtre

    Lire la suite

    Les ennemis de l’Etat se divisent en deux catégories : ceux qu’on peut ramener à la raison et les incorrigibles. Avec ces derniers, il n’est pas possible de dialoguer, ce qui les rend non-rééducable - Vladislav Sourkov, circulaire interne, bureau de la Présidence Russe, 2005 Cette circulaire ne faisait que confirmer une situation inquiétante qui se passait en Russie : l’assassinat de journalistes qui couvraient des sujets que le gouvernement n’approuvait pas, comme par exemple la situation en Tchétchénie, la corruption en Russie. Le 7 octobre 2006 – jour d’anniversaire de Poutine, Anna Politkovskaïa, journaliste et militante des droits de l’homme, est assassinée dans l’ascenseur de son immeuble à Moscou. Quatre balles l’ont forcée au silence. Méthode utilisée pour éradiquer les sujets non-rééducables ! Anna Politkovskaïa compose une radiographie de l’être humain, une radiographie de la Russie poutinienne, ivre d’elle-même, malade de ses démons, de son autoritarisme à tout va, de son nationalisme sans borne. Elle en a payé le prix fort : la mort
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Le Chagrin des Ogres

    06.12.2018  >  13.12.2018

    • Théâtre
    Le chagrin des Ogres raconte les histoires de Bastian, 17 ans, auteur d’une fusillade dans son lycée, et celle de Laetitia, adolescente qui se réveille d’une tentative de suicide sur son lit d’hôpital et confond son histoire avec celle de Natacha Kampusch, restée enfermée pendant huit ans dans une cave. Entre ces deux adolescents déambule une inquiétante narratrice à la voix enfantine, sorte de poupée narquoise et ensanglantée, qui les observe et leur raconte des histoires.   De ce jeu de ping pong entre les trois personnages, Fabrice Murgia a tiré une fable saisissante, créée en 2009 et plébiscitée par la critique et le public. Nourrie de faits divers, elle n’a, en 2018, rien perdu de sa pertinence. Bien au contraire. Terriblement ancrée dans notre époque, le Chagrin des Ogres explore les codes et les enjeux de ce moment si particulier entre l’enfance et adolescence. Un passage essentiel évoqué grâce à un dispositif scénique astucieux pour en révéler les renoncements, les fantasmes et la poésie.

    Lire la suite

    Le chagrin des Ogres raconte les histoires de Bastian, 17 ans, auteur d’une fusillade dans son lycée, et celle de Laetitia, adolescente qui se réveille d’une tentative de suicide sur son lit d’hôpital et confond son histoire avec celle de Natacha Kampusch, restée enfermée pendant huit ans dans une cave. Entre ces deux adolescents déambule une inquiétante narratrice à la voix enfantine, sorte de poupée narquoise et ensanglantée, qui les observe et leur raconte des histoires.   De ce jeu de ping pong entre les trois personnages, Fabrice Murgia a tiré une fable saisissante, créée en 2009 et plébiscitée par la critique et le public. Nourrie de faits divers, elle n’a, en 2018, rien perdu de sa pertinence. Bien au contraire. Terriblement ancrée dans notre époque, le Chagrin des Ogres explore les codes et les enjeux de ce moment si particulier entre l’enfance et adolescence. Un passage essentiel évoqué grâce à un dispositif scénique astucieux pour en révéler les renoncements, les fantasmes et la poésie.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • #Odyssée

    07.12.2018  >  20.12.2018

    • Théâtre
    Mister Peter, après des déboires avec la justice, tente de faire son come-back à Hollywood pour réaliser un film sur l’Odyssée. Tel un Charlie Chaplin, Il gesticule dans la tétralogie des temps modernes « art-argent-sexe-pouvoir ». Du théâtre-cinéma avec une multitude de personnages (extra)ordinaires et des hashtags.

    Lire la suite

    Pierre Megos est un acteur professionnel gréco-belge qui depuis plusieurs années, écrit et met en scène ses propres spectacles. Vision, sa dernière création en date, a époustouflé à la fois par sa beauté, son interprétation et sa réalisation. Sa marque de fabrique est de confronter en temps réel théâtre et cinéma, et il pousse la prouesse technologique plus loin encore dans cette nouvelle épopée qui devient une incroyable performance théâtrale et visuelle. L’Odyssée d’Homère – ce texte fondateur des genres et codes narratifs, présent depuis la nuit des temps dans toute notre littérature -, devient le terrain de jeu de l’artiste protéiforme, et Ulysse devient Mister Peter, le héros ou anti-héros d’une auto-fiction. Après des déboires avec la justice, ce dernier tente de faire son come-back à Hollywood. Tel un Charlie Chaplin, Il gesticule dans la tétralogie des temps modernes « art-argent-sexe-pouvoir » et affronte une multitude de personnages (extra)ordinaires. Véritable poème vivant alliant comédie, tragédie et surréalisme démultiplie les points de vue et les mises en abymes d’une quête de sens. Celle-ci se heurte aux extrêmes d’une société néolibérale où les relations humaines sont des connexions aux machines idéalisées à coup de Hashtag compulsifs et où il devient presque héroïque de laisser une place à l’amour.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be