Evénements du 12 octobre 2018

  • Une vie sur mesure

    04.09.2018  >  27.10.2018

    • Théâtre
    Avec plus de 800 représentations en France, à guichets fermés, ce spectacle atypique, plébiscité par tous les publics pour son humour, sa poésie et son humanisme, débarque à Bruxelles, recréé avec un acteur belge.

    Lire la suite

    Loin d’être idiot ou attardé, Adrien Lepage est juste… différent. Tout commence le jour où ce gamin se découvre, presque par accident, une passion absolue pour la batterie. Débordant de joie de vivre et d’enthousiasme, il livre alors le récit « live » de sa romance extraordinaire. On va le suivre en plan serré, accompagné de deux batteries évocatrices de toutes ses rencontres et de son amour pour tous les rythmes. Car il a ça chevillé au corps, Adrien, la musique, toutes les musiques : le blues, le rock, la techno, le jazz et la bossa nova. Avec plus de 800 représentations en France, à guichets fermés, ce spectacle atypique, plébiscité par tous les publics pour son humour, sa poésie et son humanisme, débarque à Bruxelles, recréé avec un acteur belge. Voici donc les talents mêlés de France et de Belgique pour un spectacle sans frontières et sans a priori, à mi-chemin entre Forrest Gump et Billy Elliot. L’histoire d’un gamin doué, qui petit à petit et presque malgré lui, va lever le voile sur sa vie. Avec maladresse et espièglerie, il renversera tous les obstacles. Alors, guidés par sa passion, vous entendrez une histoire déroutante, drôle et bouleversante, plus belle qu’une destinée flamboyante, une vie sur mesure. Spectacle à voir en famille dès 12 ans UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC ET DE LA CIE SCÈNES PLURIELLES. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800 944 44
    Réservation : 0800 944 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Ivo Livi ou le destin d’Yves Montand

    04.09.2018  >  27.10.2018

    • Théâtre
    Ivo Livi naît en Toscane le 13 octobre 1921, un an avant l’arrivée de Mussolini au pouvoir. Des quartiers malfamés de Marseille aux studios d’Hollywood, voici l'histoire des premiers pas sur scène d’Ivo Livi jusqu'aux derniers combats d’Yves Montand.

    Lire la suite

    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle ? Les chansons et les souvenirs aussi ! Cinq comédiens-chanteurs-danseurs nous entraînent à leur suite dans la vie d’un petit gars, fils d’immigrés communistes italiens, qui deviendra un monstre sacré du cinéma français et un géant du Music-Hall. Ivo Livi naît en Toscane le 13 octobre 1921, un an avant l’arrivée de Benito Mussolini et des fascistes au pouvoir. Des quartiers malfamés de Marseille aux studios d’Hollywood, de Kroutchev à Kennedy, de Prévert à Costa Gavras, de Piaf à Signoret, nous allons vous raconter sa formidable carrière, depuis les premiers pas sur scène d’Ivo Livi, jusqu’aux derniers combats d’Yves Montand. Avec un humour décapant, toute la troupe – Molière du meilleur spectacle musical 2017 – transmet en humour et en émotions la poésie, la verve unique, les triomphes éclatants, les errements, la foi en l’homme, les emportements, les paradoxes… et rend hommage à Montand, l’homme et l’artiste, l’amoureux du Music-Hall et le militant de la liberté, qui disait : « Le devoir d’une femme et d’un homme de scène, c’est de se faire assez plaisir pour pouvoir le communiquer aux autres ». Spectacle à voir en famille dès 12 ans UNE PRODUCTION DE KI M’AIME ME SUIVE. AVEC LE SOUTIEN DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. Photo affiche © Johann Hierholzer.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800 944 44
    Réservation : 0800 944 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Jazz en Coulisses - Marni Jazz Festival

    05.09.2018  >  18.10.2018

    • Exposition

    Lire la suite

    Photographies de Eric Mannaerts « JAZZ EN COULISSES » est une exposition en hommage au photographe Eric Mannaerts. elle présente une trentaine de tirages argentiques vintages faits en chambre noire. Des photographies inédites des plus grands jazzmen du monde, venus en tournée européenne entre 1985 et 1995, une décennie peu documentée en photo. On pourra voir des figures légendaires comme Miles Davis, Chet Baker, Cab Calloway, Oscar Peterson, Stephane Grappelli, Art Blakey, Ahmad Jamal, Stan Getz, Astor Piazzolla, et Pat Metheny,… Les portraits carrés de ces figures légendaires captent presque tous le regard des musiciens, souvent leurs sourires, parfois leurs complicités. Eric Mannaerts est né en 1958 à Anvers et est décédé prématurément le 2 décembre 2016 à Bruxelles. En 1982, son diplôme d’ingénieur en poche, il part enseigner les mathématiques à Casablanca. Durant ces deux années il découvre et exerce sa passion pour la photographie. Entre 1985 et 2006, il vit à Bruxelles et réalise plus de 10 expositions personnelles sur les thèmes du Jazz, du Maroc, des Etats-Unis et de l’Asie. De 2007 à 2012 il vit en Asie, publie et expose « Un voyage Marocain » et « Shanghaiville ».
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : 02-639.09.80
    Réservation : 02-639.09.82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com
  • Et des poussières...

    05.09.2018  >  20.10.2018

    • Théâtre
    Tadeusz Cisowski vient d'un pays de l’Est, là où les noms et les vies sont compliqués ! Qu'importe, quand on s’appelle Tadeusz, Rosa ou Saïd, un sac de charbon pèsera toujours plus lourd que son propre destin.

    Lire la suite

    Tadeusz Cisowski, personne ne sait d’où il vient exactement. D’un pays de l’Est, sûrement, là où les noms et les vies sont compliqués ! À vrai dire, tout le monde s’en fiche un peu. Il est venu ici pour travailler comme mineur de fond. Pour Saïd, arraché à sa rocaille du bled, c’est la même chose. Il y a aussi Rosa, l’italienne, venue pour aider les hommes. Des pères, des maris. Y a pas d’autres choix. Guidés par la faim et les bureaux de sélection, ils sont venus planter leur vie dans ces terres qu’on appellera Pays Noirs : Borinage, Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Pays de Galles, qu’importe… Les gueules noires sont du même noir partout dans le monde. Nous sommes quelque part dans ce XXème siècle où le travail s’organise scientifiquement. Et c’est ainsi que l’histoire avance, poussée par l’industrie. Et quand on s’appelle Tadeusz, Rosa ou Saïd, un sac de charbon pèsera toujours plus lourd que son propre destin. Des acteurs puissants pour faire surgir cette fable des entrailles de la mine, des galeries souterraines de la grande Histoire. « Et des Poussières… », c’est l’histoire de ces gens-là. Des corps, des voix, des paroles emportées dans le vent des grands chamboulements. Ce qui fut sous terre, ce qui reste dans l’air. Et des poussières… UNE COPRODUCTION DU THEATRE LE PUBLIC ET DYNAMO THEATRE. AVEC L’AIDE DE DRAC & REGION PACA (FRANCE), DEPARTEMENT 13 (FRANCE), LA VILLE DE MARSEILLE (FRANCE). AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FEDERAL BELGE ET DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE. Photo © Gregory Navarra.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800 944 44
    Réservation : 0800 944 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Bibot Distinguée

    12.09.2018  >  20.10.2018

    • Théâtre
    La papesse du LOL

    Lire la suite

    La Jeannie Longo du rire (comme elle se qualifie elle-même) a de quoi filer des complexes à la jeunesse. Drôle, émouvante et d’une inégalée aisance scénique, Laurence Bibot se renouvelle encore avec cette seconde incursion dans l’univers du stand up, après le succès de « Bibot Debout ». Elle est toute seule dans sa catégorie : celle des femmes qui ont un chien fou mais qui n’hésitent pourtant pas à lever la patte sur tout ce qui passe à leur portée. Avec ses manières d’aristo et saillies de chauffeur poids lourd, Laurence Bibot manie avec dextérité l’art consommé du décalage entre l’élégance de l’emballage et la crudité du propos. Irrésistible, comme toujours.
    Lieu
    TTO - Théâtre de la Toison d'Or
    Galerie de la Toison d'Or, 396
    1050 Ixelles
    Tél : 02-510.05.10
    Réservation : 02-510.05.10
    info@ttotheatre.be
    http://www.ttotheatre.be
  • Calligraphie japonaise

    20.09.2018  >  25.10.2018

    • Cours, Stages et Ateliers
    La base de cet atelier est la langue japonaise. En utilisant le pinceau et l’encre de chine, nous allons principalement travailler le « Kanji » (idéogramme).

    Lire la suite

    La base de cet atelier est la langue japonaise. En utilisant le pinceau et l’encre de chine, nous allons principalement travailler le « Kanji » (idéogramme). Nous allons d’abord étudier des kanjis très simples comme 一 (ichi - un), 川 (kawa-rivière), puis petit à petit nous aborderons des kanjis plus complexes tout en développant différents styles d’écritures 火 (hi - feu), 炎 (honoö - flamme). L’écriture japonaise et ses signes tracés par le pinceau sont intrinsèquement liés aux mouvements du corps et au souffle du calligraphe. Avant de chercher à atteindre un résultat, vous essaierez de sentir la naissance d’un souffle et d’un geste.
    Lieu
    La Maison du Livre
    Rue de Rome, 24 28
    1060 Saint-Gilles
    Tél : + 32 (0)2 543 12 20
    info@lamaisondulivre.be
    http://www.lamaisondulivre.be
  • Sylvia

    25.09.2018  >  12.10.2018

    • Théâtre
    « Je gagne ma liberté en rognant sur mes heures de sommeil ». Cette citation de Sylvia Plath résume bien la pensée et le conflit intérieur de cette poétesse américaine des années 50 et 60. Figure de proue d’un féminisme plus poétique qu’engagé, Sylvia Plath se débattra toute sa vie entre son désir de correspondre au rêve américain (épouse et mère parfaite) et son besoin irrépressible d’écrire. Une contradiction profonde qui la mènera à la tombe. Cette vie complexe est consignée dans un journal intime. On y découvre sa vie de jeune fille et une première tentative de suicide à l’âge de 20 ans. Elle en tirera un roman The Bell Jar – La cloche de détresse en 1963. La réalité ne tardera pas à rattraper la fiction puisque la même année, Sylvia Plath se donne la mort. Comme si la mise en scène de sa dépression l’avait poussée à commettre l’acte ultime. Pour se pencher sur cette voix féminine qui n’est pas sans rappeler Virginia Woolf, Fabrice Murgia conçoit un opéra pop original pour une chanteuse et quinze femmes, mis en musique par la pianiste et auteure-compositrice belge An Pierlé accompagnée de son Quartet. Sur scène, un plateau de tournage révèle à la fois un film en cours de réalisation et ses coulisses. Une création à la lisière du théâtre et du cinéma.

    Lire la suite

    « Je gagne ma liberté en rognant sur mes heures de sommeil ». Cette citation de Sylvia Plath résume bien la pensée et le conflit intérieur de cette poétesse américaine des années 50 et 60. Figure de proue d’un féminisme plus poétique qu’engagé, Sylvia Plath se débattra toute sa vie entre son désir de correspondre au rêve américain (épouse et mère parfaite) et son besoin irrépressible d’écrire. Une contradiction profonde qui la mènera à la tombe. Cette vie complexe est consignée dans un journal intime. On y découvre sa vie de jeune fille et une première tentative de suicide à l’âge de 20 ans. Elle en tirera un roman The Bell Jar – La cloche de détresse en 1963. La réalité ne tardera pas à rattraper la fiction puisque la même année, Sylvia Plath se donne la mort. Comme si la mise en scène de sa dépression l’avait poussée à commettre l’acte ultime. Pour se pencher sur cette voix féminine qui n’est pas sans rappeler Virginia Woolf, Fabrice Murgia conçoit un opéra pop original pour une chanteuse et quinze femmes, mis en musique par la pianiste et auteure-compositrice belge An Pierlé accompagnée de son Quartet. Sur scène, un plateau de tournage révèle à la fois un film en cours de réalisation et ses coulisses. Une création à la lisière du théâtre et du cinéma.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • The boat

    25.09.2018  >  14.10.2018

    • Exposition
    Le Bateau est une œuvre qui évolue, au fil des fluctuations de la gouvernance et des problèmes qui se perpétuent. Le Bateau fait partie de la Série de la vulnérabilité, projet d’envergure internationale de l’artiste visuel Abdalla Al Omari, dans lequel il représente les dirigeants du monde sous les traits de réfugiés, bousculant ainsi les notions de vulnérabilité et de pouvoir. En figurant les dirigeants du monde embarqués ensemble sur un précaire bateau de bois, comme des réfugiés en quête d’un avenir meilleur, il attire l’attention sur le partage des responsabilités dans l’état du monde. Cette peinture peut être considérée comme une œuvre qui évolue, au fil des fluctuations de la gouvernance et des problèmes qui se perpétuent. On y découvre les visages de Xi Jinping, Trump, Obama, Merkel, Macron, Orban, Assad, May, Kim Jong Un, Cameron, Poutine, Modi, ou encore du roi Salman et d’Ali Khameini. Souvent provocants, les rapprochements suggérés entre les dirigeants mettent en question avec ironie leurs relations actuelles.

    Lire la suite

    Le Bateau est une œuvre qui évolue, au fil des fluctuations de la gouvernance et des problèmes qui se perpétuent. Le Bateau fait partie de la Série de la vulnérabilité, projet d’envergure internationale de l’artiste visuel Abdalla Al Omari, dans lequel il représente les dirigeants du monde sous les traits de réfugiés, bousculant ainsi les notions de vulnérabilité et de pouvoir. En figurant les dirigeants du monde embarqués ensemble sur un précaire bateau de bois, comme des réfugiés en quête d’un avenir meilleur, il attire l’attention sur le partage des responsabilités dans l’état du monde. Cette peinture peut être considérée comme une œuvre qui évolue, au fil des fluctuations de la gouvernance et des problèmes qui se perpétuent. On y découvre les visages de Xi Jinping, Trump, Obama, Merkel, Macron, Orban, Assad, May, Kim Jong Un, Cameron, Poutine, Modi, ou encore du roi Salman et d’Ali Khameini. Souvent provocants, les rapprochements suggérés entre les dirigeants mettent en question avec ironie leurs relations actuelles.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Lutte des classes

    26.09.2018  >  20.10.2018

    • Théâtre
    « Pour se sentir supérieur à un interlocuteur quelconque, il faut se l’imaginer nu, si possible assis sur la cuvette des chiottes. »

    Lire la suite

    Il y a Marinella et Nicola, tous deux rivés à des conversations de deux minutes et quarante secondes, pas une de plus, dans un call center. Tous les deux enfilent les « allo-en-quoi-puis-je-vous-être- utile » pour 85 cents l’appel. Marinella travaille le jour et dort la nuit. Son travail précaire, elle le compare à vivre avec une bombe à retardement en poche dont on finit par oublier le tic-tac, mais l’inquiétude des lendemains incertains ronge le sommeil. Gamine, Marina rêvait de devenir pape mais faute d’un bout de viande entre les jambes, elle prend conscience de l’inégalité des sexes. Nicola, qui a un frère qui dit les mots à l’envers, prend les coups de fil comme on cueille les tomates. Un travail à la pièce, en somme, mais ce mot est interdit en Italie. La boîte préfère le terme d’ « appel à contact utile ». Alors Nicola dit qu’il passe à travers les murs, le jour où il le fera pour de vrai, ce sera le jour de la révolution. L’écriture d’Ascanio Celestini saisit la vie des précaires, des dites minorités et laisse une part à l’imaginaire, de quoi se prendre à rêver d’échapper à quelque assignement. Lutte des classes, ce sont des histoires qui s’entremêlent, qui parlent des petites révoltes quotidiennes, faute de grand soir, les contrats de travail avec date de péremption, le centre commercial pour des barbies en chair et en os, les hommes qui laissent ou pas leurs zizis au placard, la place des femmes et leurs petites culottes... Un art du récit si savoureux qu’on ne peut qu’être emporté.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La seconde surprise de l’amour

    02.10.2018  >  20.10.2018

    • Théâtre
    « Il n’y a plus de mœurs dans le monde ; moi, qui vous parle, on trouve étonnant que je pleure depuis six mois. »

    Lire la suite

    « Dans La seconde surprise de l’amour il s’agit de deux personnes qui s’aiment pendant toute la pièce, mais qui n’en savent rien eux-mêmes et qui n’ouvrent les yeux qu’à la dernière scène » ainsi Marivaux résume-t-il lui- même l’intrigue de sa pièce. Une marquise, veuve inconsolable et un chevalier, amoureux trahi et éploré, se rencontrent, partagent la douleur de leurs solitudes. Peu à peu au fil de leurs échanges, quelque chose s’échappe, quelque chose naît, quelque chose qui trouble, qui embrouille les certitudes, déportant les deux protagonistes et leurs errements, sous le regard de Lisette, la suivante, du valet Lubin, d’un comte épris de la marquise et d’Hortensius, petit tartuffe épris de morale et directeur de ses lectures. Ne pas vouloir reconnaître l’amour quand il vous saisit. Marivaux s’en amuse et émeut. Mais quelle drôle de comédie ! Entre malice et désenchantement, Marivaux joue avec les réticences d’un amour qui préfère s’ignorer, avec ce qu’on s’avoue et ce qui nous échappe, avec ce que le corps sait et que le désir laisse apparaître et que la raison préfère ignorer, avec les mille et un chemins détournés qu’emprunte l’amour.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be