Evénements du 30 septembre 2018

  • Le berceau de l’Art nouveau

    20.03.2018  >  30.09.2018

    • Visites Guidées
    Cette visite guidée a pour cadre le quartier de l’avenue Louise à Bruxelles, où l’Art nouveau prit son essor.

    Lire la suite

    Cette visite guidée a pour cadre le quartier de l’avenue Louise à Bruxelles, où l’Art nouveau prit son essor. De l’hôtel Tassel de Victor Horta, véritable manifeste de l’Art nouveau, aux recherches plus géométriques de Paul Hankar, cette visite explore le contexte de la naissance de ce style à Bruxelles et permet de découvrir des façades historiques et parfois spectaculaires.
    Lieu
    Angle de l’avenue Louise et de la rue du Bailli
    Angle de l’avenue Louise et de la rue du Bailli
    1000 Bruxelles
  • Les étangs d’Ixelles, de la maison bourgeoise à l’immeuble à appartements

    29.03.2018  >  14.10.2018

    • Visites Guidées
    Au début du XXe siècle, le Bruxellois, très attaché à la maison individuelle, va progressivement se laisser convaincre par la vie en appartement.

    Lire la suite

    Au début du XXe siècle, le Bruxellois, très attaché à la maison individuelle, va progressivement se laisser convaincre par la vie en appartement. Cela entraînera de profondes mutations dans la ville, l’architecture et les modes d’habiter. Le quartier des étangs à Ixelles offre un panorama exceptionnel des plus belles réalisations de cette époque où se succèdent Art nouveau, Art Déco et Modernisme.
    Lieu
    angle de la rue du Lac et de la rue Vilain XIIII
    angle de la rue du Lac et de la rue Vilain XIIII
    1050 Ixelles
  • Get Up Stand Up !

    09.05.2018  >  30.09.2018

    • Exposition
    Get Up Stand Up, une exposition qui enseigne la désobéissance civile. L'avènement des réseaux sociaux a redonné vie à la contestation populaire, comme les affiches à la fin des années 60. Si la société a évolué, les problèmes restent les mêmes: écologie, droit des minorités, paix, travail, féminisme.

    Lire la suite

  • (re)compose the city — UNBUILT BRUSSELS #2

    01.06.2018  >  14.10.2018

    • Exposition
    (re)compose the city est la deuxième exposition dans le cadre de la série Unbuilt Brussels du CIVA.

    Lire la suite

    La Jonction Nord-Midi est généralement vécue comme un traumatisme dans l’imaginaire bruxellois, une erreur majeure, le résultat d’une absence de politique urbanistique volontariste et cohérente. A contrario, (re)compose the city considère la période de réflexion sur la Jonction Nord-Midi, s’étalant de 1836 à 1952, comme un laboratoire de recherches urbanistiques pour muer Bruxelles en capitale de la Belgique. L’exposition se fonde sur plusieurs projets non construits qui jalonnent cette période, sélectionnés parmi des remises à des concours, des travaux de recherche et autres démarches contestataires, conservés dans les fonds d’archive et de documentation du CIVA. La réflexion sur ce tracé ferroviaire reliant les gares terminus du nord et du sud de la ville, induit en réalité une réflexion urbanistique plus large, à l’échelle de Bruxelles. Et ce dès ses débuts, en 1836, car le tracé est intimement lié à l’implantation d’une gare au coeur de la ville. Tout autant qu’à la reprise de la construction du tunnel en 1935, car le choix de le réaliser en tranchée ouverte oblige à recomposer la structure urbaine sur plus de deux kilomètres de long. La Jonction offre par là même l’opportunité à la Ville et à l’Etat de cristalliser leurs enjeux respectifs sur Bruxelles. La Ville, en lançant une politique d’assainissement et de modernisation, et l’Etat, en implantant des équipements nationaux tels que la bibliothèque Albert Ier et sa Cité administrative. Alors que la Jonction est généralement considérée comme dénuée de toute vision d’ensemble, les plans de ses tracés, les propositions d’urbanisation de Bruxelles, les projets des trois gares principales, les concours de la Bibliothèque Albert Ier et les projets pour une Cité administrative de l’Etat, présentés dans l’exposition, sont autant de remises en question de la ville par le dessin d’architecture et de pièces de compositions plus larges qui incarnent des intentions politiques, architecturales ou foncières. (re)compose the city montre des possibles qui ne composent pas la ville contemporaine, mais ayant la capacité d’alimenter les débats qui agitent l’urbanisation actuelle de Bruxelles. (re)compose the city montre des possibles qui ne composent pas la ville contemporaine, mais ayant la capacité d’alimenter les débats qui agitent l’urbanisation actuelle de Bruxelles.
    Lieu
    CIVA
    Rue de l'Ermitage, 55
    1050 Ixelles
    Tél : + 32 (0)2 642 24 50
    info@civa.brussels
    http://www.civa.brussels
  • LOL La Cambre Mode[s]

    23.06.2018  >  30.09.2018

    • Exposition
    Pour la première fois, La Cambre Mode[s] expose au musée La Cambre Mode[s] conteste et manifeste en s’installant au Musée ? Par essence, l’école observe, analyse, questionne, détourne et déplace les codes du vêtement. Cela fait partie de son ADN.

    Lire la suite

    Pour la première fois, La Cambre Mode[s] expose au musée La Cambre Mode[s] conteste et manifeste en s’installant au Musée ? Par essence, l’école observe, analyse, questionne, détourne et déplace les codes du vêtement. Cela fait partie de son ADN. Au-delà des enjeux socio-politiques, l’impact et l’influence sociale de Mai 68 avaient aussi ouvert une voie publique à la question du corps et de la sexualité. Par un étrange retour de manivelle, nous nous trouvons aujourd'hui face à tant de contrastes entre, d’une part, ce qui est (enfin) admis et, d’autre part, le retour d'une pudeur aux allures de pruderie. Parcours dans une garde-robe singulière qui questionne tout autant le corps, la nudité, le sexe, et le vêtement.…LOL
    Lieu
    Musée Mode et Dentelle (Musées de la Ville de Bruxelles)
    Rue de la Violette, 12
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 (0)2 213 44 50
    Réservation : +32 (0)2 279 43 67
    musea@brucity.be
    http://www.museemodeetdentelle.brussels
  • Les galeries d’art du Sablon

    30.06.2018  >  06.10.2018

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    Le quartier du Sablon est célèbre pour ses antiquaires. Depuis quelques années, il compte de plus en plus de galeries d’art contemporain que nous découvrirons au cours de cette visite. Une autre manière d’aborder ce quartier bien connu des Bruxellois.
    Lieu
    Église Notre-Dame du Sablon
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles
    http://www.museemodeetdentelle.brussels
  • Les voies sauvages

    18.09.2018  >  30.09.2018

    • Théâtre
    quand j'étais petit quand on partait en montagne mon père me racontait des histoires et c'était magique

    Lire la suite

    C'est l'histoire d'un homme qui parcourt tous les sommets de plus de 4000 mètres dans les Alpes. Il y en a 82. Un prétexte à voyager, à nourrir son désir de dépouillement et d'absolu... À partir d'entretiens avec l'alpiniste belge Dominique De Staercke, Régis Duqué propose une pièce qui parle d'engagement et d'esprit d'aventure. Une confession intime, tout en proximité avec le spectateur. À l'origine des Voies sauvages, il y a un prétexte pour passer du temps avec un ami, Dominique De Staercke, et le faire parler de son parcours d'alpiniste, de sa vie avec la montagne. Je sais qu'il a des histoires à raconter. Mais je sais aussi qu'il a une parole, que cette parole met en forme son point de vue sur le monde, qu'elle trouve des résonances en moi, moi qui ne suis pas alpiniste, moi qui bourre mon sac de choses inutiles quand je pars en randonnée, moi qui emballe mes chaussettes dans des sacs en plastique [scritch scritch], moi qui, comme tout le monde, connaît la peur du manque. Patiemment, mot à mot, j'ai retranscrit ces nombreuses heures d'entretiens. Et j'en ai fait un texte de théâtre. RÉGIS DUQUÉ
    Lieu
    Rideau de Bruxelles @ Les Brigittines
    Petite Rue des Brigittines
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-737.16.01
    Réservation : 02-737.16.00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Sylvia

    25.09.2018  >  12.10.2018

    • Théâtre
    « Je gagne ma liberté en rognant sur mes heures de sommeil ». Cette citation de Sylvia Plath résume bien la pensée et le conflit intérieur de cette poétesse américaine des années 50 et 60. Figure de proue d’un féminisme plus poétique qu’engagé, Sylvia Plath se débattra toute sa vie entre son désir de correspondre au rêve américain (épouse et mère parfaite) et son besoin irrépressible d’écrire. Une contradiction profonde qui la mènera à la tombe. Cette vie complexe est consignée dans un journal intime. On y découvre sa vie de jeune fille et une première tentative de suicide à l’âge de 20 ans. Elle en tirera un roman The Bell Jar – La cloche de détresse en 1963. La réalité ne tardera pas à rattraper la fiction puisque la même année, Sylvia Plath se donne la mort. Comme si la mise en scène de sa dépression l’avait poussée à commettre l’acte ultime. Pour se pencher sur cette voix féminine qui n’est pas sans rappeler Virginia Woolf, Fabrice Murgia conçoit un opéra pop original pour une chanteuse et quinze femmes, mis en musique par la pianiste et auteure-compositrice belge An Pierlé accompagnée de son Quartet. Sur scène, un plateau de tournage révèle à la fois un film en cours de réalisation et ses coulisses. Une création à la lisière du théâtre et du cinéma.

    Lire la suite

    « Je gagne ma liberté en rognant sur mes heures de sommeil ». Cette citation de Sylvia Plath résume bien la pensée et le conflit intérieur de cette poétesse américaine des années 50 et 60. Figure de proue d’un féminisme plus poétique qu’engagé, Sylvia Plath se débattra toute sa vie entre son désir de correspondre au rêve américain (épouse et mère parfaite) et son besoin irrépressible d’écrire. Une contradiction profonde qui la mènera à la tombe. Cette vie complexe est consignée dans un journal intime. On y découvre sa vie de jeune fille et une première tentative de suicide à l’âge de 20 ans. Elle en tirera un roman The Bell Jar – La cloche de détresse en 1963. La réalité ne tardera pas à rattraper la fiction puisque la même année, Sylvia Plath se donne la mort. Comme si la mise en scène de sa dépression l’avait poussée à commettre l’acte ultime. Pour se pencher sur cette voix féminine qui n’est pas sans rappeler Virginia Woolf, Fabrice Murgia conçoit un opéra pop original pour une chanteuse et quinze femmes, mis en musique par la pianiste et auteure-compositrice belge An Pierlé accompagnée de son Quartet. Sur scène, un plateau de tournage révèle à la fois un film en cours de réalisation et ses coulisses. Une création à la lisière du théâtre et du cinéma.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • THE BOAT (le bateau)

    25.09.2018  >  04.10.2018

    • Exposition

    Lire la suite

  • Little GOUDA le pain

    25.09.2018  >  06.10.2018

    • Théâtre
    Bart et Dani, deux amis en manque de sensation forte, sont propulsés par la force du dialogue à devenir les lanceurs d’alerte d’un nouveau scandale villageois et à partir à la recherche du pain perdu... Une fable sur le chaos du monde, truffée d’humour et de mines explosives.

    Lire la suite

    C’est très précisément le mardi 22 avril 2014, dans "Mange ta glace" de Sofie Kokaj, qu’Arthur Egloff et Damien Chapelle avouent sans honte avoir trouvé « leurs clowns » en inventant les deux personnages de « Bart et Dani ». Ils continuent à leur donner vie en les prenant comme point de départ de leur nouveau projet : LITTLE GOUDA, une trilogie qui suivra les aventures du duo comique en manque de sensation forte. Dans ce premier opus - LITTLE GOUDA le pain - la ploutocratie contemporaine perd pied. C'est la recherche d'une nouvelle identité sur les sentiers de la perdition. On parle italien, on s'essaie à l'espéranto, on pourrait apprendre l'espagnol, troquer des pennies. On fait venir la peinture hollandaise et son expert Luxembourgeois. France n’est plus là. Une coopérative boulangère explose. Bart et Dani sont propulsés par la force du dialogue à devenir les lanceurs d’alerte d’un nouveau scandale villageois. Une certaine idée de révolution se met en place au sein de la cellule amicale. L’amour, l’amitié, le politique ouvrent une sphère intime sur un monde où la tromperie, le mensonge et la supercherie s’installent au cœur des rapports. A l’instar de Le tuba des pédiluves, leur précédent spectacle, LITTLE GOUDA le pain -, va à contre-courant de tout ou presque. Accrochés à la barre du rire et de la décadence, Egloff-Chapelle écrivent un récit constellé d’acteurs étoiles et rempli d’éternelles promesses, d’inventions et de réalité.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be