Evénements du 3 juin 2018

  • It’s my own. An everyday fashion story

    16.03.2018  >  17.06.2018

    • Exposition
    MAD présente IT’S MY OWN, AN EVERYDAY FASHION STORY. Cette exposition explore la mode et l’univers du duo belge OWN.

    Lire la suite

    L’exposition n’est pas une rétrospective : c’est une invitation à voyager dans un vestiaire où se côtoient des pièces aussi diverses qu’un t-shirt surréaliste ou un blouson de motard, mémoire d’une grammaire personnelle écrite pendant 16 saisons. Cette exposition est une traversée. Celle d’un univers où différentes approches de la mode se rencontrent et interrogent la notion de quotidien associée à celle du désir. Elle montre l’invisible, l’induit, l’imaginaire, dévoile les processus, les recherches, la diversité de l’objet mode.
    Lieu
    MAD - Brussels Fashion and Design Platform
    Place du Nouveau Marché aux Grains, 10
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-880.85.62
    Réservation : 02-880.85.62
    contact@mad.brussels
    http://www.mad.brussels
  • Circus ’68

    12.05.2018  >  16.06.2018

    • Théâtre
    Un cabaret burlesque et enragé sur le mythique printemps des barricades. Une mise en scène de Charlie Degotte pour deux acteurs protéiformes entourés d’un collectif de créateurs. Ils réinventent pour nous les pavés et la plage, les CRS et les manifs, les slogans d’anthologie et les lacrymos, la poésie des affiches en sérigraphie et l’accordéon des usines en grève.

    Lire la suite

    Un cabaret burlesque et enragé sur le mythique printemps des barricades. Une mise en scène de Charlie Degotte pour deux acteurs protéiformes entourés d’un collectif de créateurs. Ils réinventent pour nous les pavés et la plage, les CRS et les manifs, les slogans d’anthologie et les lacrymos, la poésie des affiches en sérigraphie et l’accordéon des usines en grève. Un spectacle-reportage à travers ce joli mois de mai 1968 qui fut à la fois, en France, le plus grand mouvement social de l’après-guerre, avec ses dix millions de grévistes, et le creuset de toutes les contestations de la fin du XXème siècle : féminisme, écologie, anticapitalisme, mouvement anti-guerre, critique de la famille patriarcale, éducation antiautoritaire, libération de la parole, autogestion... Deux mois pour refaire le monde. Jusqu’à ce paradoxal premier bilan : les grévistes arracheront la semaine de 40 heures et de fortes augmentations salariales (+ 35% pour le SMIG), mais De Gaulle triomphera aux élections législatives du 30 juin. Et pendant ce temps, en Belgique...
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Walking Therapie

    22.05.2018  >  03.06.2018

    • Spectacle
    Une petite conférence sur tabouret, sur le bonheur et l’optimisme, et donc sur le grand-malheur et la tristesse, qui se poursuit par un “safari” urbain mené par deux prédicateurs complètement déjantés, en chasse de tout ce qui assombrit notre utopie d’une vie meilleure, en guerre contre nos braconniers à nous que sont le malheur, la tristesse et la peur de l’autre ou de nous-mêmes. Un spectacle déambulatoire dans le piétonnier, jubilatoire et délirant.

    Lire la suite

    Une petite conférence sur tabouret, sur le bonheur et l’optimisme, et donc sur le grand-malheur et la tristesse, qui se poursuit par un “safari” urbain mené par deux prédicateurs complètement déjantés, en chasse de tout ce qui assombrit notre utopie d’une vie meilleure, en guerre contre nos braconniers à nous que sont le malheur, la tristesse et la peur de l’autre ou de nous-mêmes. Un spectacle déambulatoire dans le piétonnier, jubilatoire et délirant.
    Lieu
    Dans la rue
    Dans la rue
    1000 Bruxelles
    http://www.poche.be
  • WaW ! { We are Woman }

    29.05.2018  >  16.06.2018

    • Spectacle
    Du vestiaire de foot au sabbat de sorcières, 11 danseurs se lancent dans un parcours ludique et libératoire à la recherche du féminin. Il s'agit de se défaire des attributs masculins pour explorer l’image transgressive de la sorcière – du prosaïque au rituel, de l’armoire de vestiaire au totem, du morne uniforme à la diversité débridée…

    Lire la suite

    Du vestiaire de foot au sabbat de sorcières, 11 danseurs se lancent dans un parcours ludique et libératoire dans la recherche du féminin. Ce sont les mêmes interprètes de la précédente création de Thierry Smits (Anima Ardens) qui, sous le regard du spectateur, joueront à se dépouiller des gestes et de l’attirail de la masculinité pour explorer le « devenir-femme ». Il ne s’agit pas de jouer avec les artifices du travesti, mais bien d’explorer, dans le féminin, l’image transgressive de la sorcière – du prosaïque au rituel, de l’armoire de vestiaire au totem, du morne uniforme à la diversité débridée… Les penseurs de la « théorie du genre » qui provoque tant d’opposition aujourd’hui chez les traditionalistes et les réactionnaires, ont modifié profondément notre idée de l’être humain. Nous ne sommes plus femme, plus homme, de la même manière. Et nous avons appris qu’il y a, entre les deux, de multiples nuances et possibilités….
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.82.58
    Réservation : 02-640.35.50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Le Mariage de Mlle Beulemans

    01.06.2018  >  09.06.2018

    • Théâtre
    Il y a un Beulemans écossais, le « Français » devenant un Anglais… à l’accent oxfordien ! Un Beulemans arabe pourvu, quant à lui, d’un accent… du Rif ! Un Beulemans japonais… mais oui! Mais, bien sûr, le seul, l’unique, l’authentique, l’incomparable Beulemans est de Bruxelles. Non, peut-être !

    Lire la suite

    Il y a un Beulemans écossais, le « Français » devenant un Anglais… à l’accent oxfordien ! Un Beulemans arabe pourvu, quant à lui, d’un accent… du Rif ! Un Beulemans japonais… mais oui! Mais, bien sûr, le seul, l’unique, l’authentique, l’incomparable Beulemans est de Bruxelles. Non, peut-être ! Traduite dans une vingtaine de langues, cette pièce (1910) aux accents universels par son thème, à l’accent unique par sa langue… a été écrite en trois jours parce qu’une compagnie théâtrale française qui devait venir jouer à l’Olympia de Bruxelles a fait faux bond. Les auteurs étaient convaincus d’avoir écrit une pièce de remplacement… qui ne durerait que le temps d’éviter au théâtre de subir un préjudice dommageable. Ce fut un triomphe, bien sûr!
    Lieu
    Collège Saint-Pierre
    Avenue Coghen, 205
    1180 Uccle
    http://www.varia.be
  • Meet the author : Read Europe

    03.06.2018

    • Divers

    Lire la suite