Evénements du 28 mai 2018

  • Milou en mai

    07.05.2018  >  06.06.2018

    • Cinéma
    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque.

    Lire la suite

    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Paris mai 68 - Le chêne qu’on abat (lecture / théâtre de reportage)

    08.05.2018  >  29.05.2018

    • Théâtre
    Théâtre de reportage - Texte de Christian Druitte Une autre approche des événements qui ont ébranlé le régime ; une pièce à quatre personnages, Lui, Pompidou, Peyrefitte, le ministre de l’Éducation et Massu, le militaire bourru mais fidèle... Et le regard amusé d’une étudiante qui éprouve l'ivresse d’une liberté trouvée dans un monde en train de changer.

    Lire la suite

    « Oh, quel farouche bruit dans le crépuscule Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule Les chevaux de la mort se mettent à hennir Et sont joyeux car l'âge éclatant va finir... » Victor HUGO - Le Tombeau de Théophile Gautier Au lendemain de la mort du général de Gaulle, survenue en novembre 1970, André Malraux publie un ouvrage consacré à des conversations avec l'ancien chef de l'État dans sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises. Son titre, « Les Chênes qu’on abat » est fort opportunément un fragment du poème de Victor Hugo consacré à la mort de Théophile Gautier. Les chênes qu'on abat... Le brutal écroulement de la force sous les coups de cognée des bûcherons. Image symbolique sinon de la mort de la fin de la toute-puissance. Vivant comme reclus depuis quelques mois dans sa retraite volontaire des lointains confins de l'Aube, le Général n'a pas survécu à son naufrage politique provoqué par la marée contestataire de Mai 68. Le chêne a été abattu... Définitivement lorsque la vie a suspendu son cours mais déjà une première fois dans la chaleur orageuse de Mai ; dépassé par une révolte étudiante qui a fini par enflammer la France toute entière avant de la paralyser dans une grève générale, décontenancé par le désamour qui semble s'être installé entre lui et les Français... Malgré l'aura de son image historique, deux fois sauveur de la Nation, convaincu de sa prédestination à conduire la France vers les sommets, il se retrouve quasi seul à l’Élysée à quelques centaines de mètres des bruits des émeutes successives... Presque coupé de tous, même de certains de ses ministres qui ne l'écoutent plus que d'une oreille distraite... De moins en moins en phase avec Georges Pompidou, son Premier ministre fort de son esprit libéral et de son sens de la négociation et de la concession pour régler la crise avec les étudiants d'abord, réouverture de la Sorbonne fermée par décision présidentielle et avec les syndicats ensuite, les accords de Grenelle. Dix ans, ça suffit... De la rue, des échos lui parviennent... L'homme providentiel de Juin quarante est désormais un vieillard conspué. Une tragédie se joue sous les lambris dorés de l’Élysée... Tel le roi Lear, tragique héros de Shakespeare, le vieux souverain mesure que sa voix ne porte plus, que son image est ternie et que les Français ne l'aiment plus. Hanté par les fantômes de la Quatrième République qu’il a réduits au rancart, obnubilé par la toute-puissance du Parti communiste, la Connétable doute. Théâtral, il organise sa disparition pour vingt-quatre heures, le temps d'aller voir en Allemagne si l'armée d'occupation lui resterait fidèle au cas où l'émeute deviendrait révolution. ***** Pas d'anniversaire sans cadeau ! Le Poème 2, qui fête ses 50 ans, invite à l'occasion des lectures en mai (les mardis 8 - 15 - 22 - 29 à 19 heures) autour de l'évocation de mai 68, « Le Chêne qu'on abat », un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, toutes les personnes nées après 1968 ! Et à tous, à chacune et à chacun, le verre de l'anniversaire offert !
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Le Havre

    09.05.2018  >  31.05.2018

    • Cinéma
    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. 

    Lire la suite

    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. L'univers de fable de Kaurismäki confronté à l'actualité brûlante des sans-papiers, jusqu'à une fin digne de Frank Capra. Flagey, Cinematek € 7 > 5,50
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Exposition Revlt

    19.05.2018  >  02.06.2018

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    L’artiste vit au cœur de son époque et s’insurge, s’exprime, s’indigne sur des préoccupations qui lui sont propres à travers son expression artistique. Il contribue ainsi, depuis toujours et avec sa sensibilité, à l’évolution de nos sociétés à travers le débat, l’échange et la confrontation d’idées qu’il suscite grâce à sa création. REVLT! - lire “Révoltes” - vise à réaffirmer ce rôle essentiel de l’artiste au travers d’une vaste exposition à Bruxelles qui présentera une sélection d’œuvres variées et issues de toute discipline autour du thème de la révolte, à  l'occasion du 50ème anniversaire de mai 68.
    Lieu
    Bâtiment Vanderborght
    Rue de l'Ecuyer
    1000 Bruxelles
    http://www.flagey.be
  • Walking Therapie

    22.05.2018  >  03.06.2018

    • Spectacle
    Au départ du Théâtre National, un spectacle déambulatoire dans le piétonnier, jubilatoire et délirant.

    Lire la suite

    Une petite conférence sur tabouret, sur le bonheur et l’optimisme, et donc sur le grand-malheur et la tristesse, qui se poursuit par un “safari” urbain mené par deux prédicateurs complètement déjantés, en chasse de tout ce qui assombrit notre utopie d’une vie meilleure, en guerre contre nos braconniers à nous que sont le malheur, la tristesse et la peur de l’autre ou de nous-mêmes. A voir : La deux - Vis ta mine! Nicolas Buysse, c'est que du bonheur !   IMPORTANT : Sur présentation de votre ticket pour la représentation, retirez votre casque audio à l’accueil du Théâtre National, en échange d’une pièce d’identité. Afin de vous alléger, déposez vos affaires au vestiaire. Rendez-vous au point de départ du spectacle, sur la place à l’arrière du KVS où vous recevrez un tabouret. Vous serez accompagnés tout au long du parcours, laissez-vous guider. Au terme du spectacle, revenez au Théâtre National pour récupérer vos affaires et votre pièce d’identité contre restitution du casque audio et du tabouret.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • La petite fille de Monsieur Linh

    25.05.2018  >  31.05.2018

    • Théâtre
    Monsieur Linh a fui son pays que la guerre a anéanti, en quête d’un avenir meilleur pour sa petite-fille. Il ne se sent pas chez lui dans ce pays étranger, jusqu’au jour où il rencontre monsieur Bark.

    Lire la suite

    Celui-ci parle surtout de sa femme qui vient de mourir. Monsieur Linh ne le comprend pas, mais l’écoute en tenant sa petite-fille sur ses genoux. Ils continuent à se rencontrer chaque jour au parc, sur le même banc. Mais un jour, tout est bouleversé... La petite fille de monsieur Linh est un récit poignant inspiré d’une nouvelle de Philippe Claudel sur un homme qui doit fuir son pays avec le peu qui lui reste. Guy Cassiers confie le rôle à Jérôme Kircher. Avec son sens de la finesse et du détail, il donne corps à l’étrangeté d’un monde nouveau et à la familiarité qui s’installe malgré tout entre deux personnes, chacune porteuse de blessures profondes. Là où la production précédente de Guy Cassiers, Grensgeval (Borderline), met en scène l’Occidental qui ne trouve pas de réponse à offrir au nouvel Européen, La petite fille de monsieur Linh évoque l’expérience sensorielle du réfugié à qui l’on donne (trop) peu de clés pour comprendre son nouveau monde.   PRESSE " Guy Cassiers à la mise en scène, Jérôme Kircher à l’interprétation, Philippe Claudel à l’écriture, l’attelage de grands noms donne ici naissance à une très belle réussite. (...) Bouleversant. " La Terrasse, 27 mars 2018 "La beauté de la mise en scène de Guy Cassiers tient à la subtilité qui nous fait entrer dans cet éxil immémorial et contemporain."  Le Monde , 4 avril 2018 "Jérôme Kircher, comédien toujours capable d'intense intériorité, réussit à faire chatoyer cette délicate alchimie sur scène" Télérama , 28 avril 2018 "Ce n’est pas un one man show, ce n’est pas un « seul en scène », c’est un spectacle de Guy Cassiers. C’est-à-dire un art du théâtre qui orchestre magistralement les sons, les images, les volumes, les corps, les écritures."  Mediapart , 21 mars 2018    
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Bohème

    25.05.2018  >  03.06.2018

    • Spectacle
    Bohème est un huis clos lyrique basé sur La Bohème, célèbre opéra composé par Giacomo Puccini.

    Lire la suite

    Dans une forme plus intime, cet « opéra court » se recentre sur la trame de l’histoire : l’évolution amoureuse entre les deux personnages principaux : Mimì et Rodolfo. La musique de Puccini est d’une telle qualité et d’une telle beauté qu’elle se prête parfaitement à l'accompagnement d'un piano seul : les autres rôles sont suggérés par le piano. Paris, XIXème siècle. Dans sa petite mansarde, Rodolfo fait la connaissance de sa voisine Mimì. Tous deux vont vivre d’abord passionnément leur amour mais finissent par rompre. Rodolfo a quitté Mimì, condamnée par la phtisie qui la ronge peu à peu, dans l’espoir qu’elle trouve un homme plus fortuné qui puisse l’aider. Après une période de « compromis » où ils se retrouvent, ils se séparent définitivement jusqu’à ce que Mimì revienne mourir auprès de Rodolfo.
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be