Evénements du 25 mai 2018

  • Milou en mai

    07.05.2018  >  06.06.2018

    • Cinéma
    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque.

    Lire la suite

    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Paris mai 68 - Le chêne qu’on abat (lecture / théâtre de reportage)

    08.05.2018  >  29.05.2018

    • Théâtre
    Théâtre de reportage - Texte de Christian Druitte Une autre approche des événements qui ont ébranlé le régime ; une pièce à quatre personnages, Lui, Pompidou, Peyrefitte, le ministre de l’Éducation et Massu, le militaire bourru mais fidèle... Et le regard amusé d’une étudiante qui éprouve l'ivresse d’une liberté trouvée dans un monde en train de changer.

    Lire la suite

    « Oh, quel farouche bruit dans le crépuscule Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule Les chevaux de la mort se mettent à hennir Et sont joyeux car l'âge éclatant va finir... » Victor HUGO - Le Tombeau de Théophile Gautier Au lendemain de la mort du général de Gaulle, survenue en novembre 1970, André Malraux publie un ouvrage consacré à des conversations avec l'ancien chef de l'État dans sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises. Son titre, « Les Chênes qu’on abat » est fort opportunément un fragment du poème de Victor Hugo consacré à la mort de Théophile Gautier. Les chênes qu'on abat... Le brutal écroulement de la force sous les coups de cognée des bûcherons. Image symbolique sinon de la mort de la fin de la toute-puissance. Vivant comme reclus depuis quelques mois dans sa retraite volontaire des lointains confins de l'Aube, le Général n'a pas survécu à son naufrage politique provoqué par la marée contestataire de Mai 68. Le chêne a été abattu... Définitivement lorsque la vie a suspendu son cours mais déjà une première fois dans la chaleur orageuse de Mai ; dépassé par une révolte étudiante qui a fini par enflammer la France toute entière avant de la paralyser dans une grève générale, décontenancé par le désamour qui semble s'être installé entre lui et les Français... Malgré l'aura de son image historique, deux fois sauveur de la Nation, convaincu de sa prédestination à conduire la France vers les sommets, il se retrouve quasi seul à l’Élysée à quelques centaines de mètres des bruits des émeutes successives... Presque coupé de tous, même de certains de ses ministres qui ne l'écoutent plus que d'une oreille distraite... De moins en moins en phase avec Georges Pompidou, son Premier ministre fort de son esprit libéral et de son sens de la négociation et de la concession pour régler la crise avec les étudiants d'abord, réouverture de la Sorbonne fermée par décision présidentielle et avec les syndicats ensuite, les accords de Grenelle. Dix ans, ça suffit... De la rue, des échos lui parviennent... L'homme providentiel de Juin quarante est désormais un vieillard conspué. Une tragédie se joue sous les lambris dorés de l’Élysée... Tel le roi Lear, tragique héros de Shakespeare, le vieux souverain mesure que sa voix ne porte plus, que son image est ternie et que les Français ne l'aiment plus. Hanté par les fantômes de la Quatrième République qu’il a réduits au rancart, obnubilé par la toute-puissance du Parti communiste, la Connétable doute. Théâtral, il organise sa disparition pour vingt-quatre heures, le temps d'aller voir en Allemagne si l'armée d'occupation lui resterait fidèle au cas où l'émeute deviendrait révolution. ***** Pas d'anniversaire sans cadeau ! Le Poème 2, qui fête ses 50 ans, invite à l'occasion des lectures en mai (les mardis 8 - 15 - 22 - 29 à 19 heures) autour de l'évocation de mai 68, « Le Chêne qu'on abat », un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, toutes les personnes nées après 1968 ! Et à tous, à chacune et à chacun, le verre de l'anniversaire offert !
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Le Havre

    09.05.2018  >  31.05.2018

    • Cinéma
    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. 

    Lire la suite

    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. L'univers de fable de Kaurismäki confronté à l'actualité brûlante des sans-papiers, jusqu'à une fin digne de Frank Capra. Flagey, Cinematek € 7 > 5,50
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Amor mundi

    15.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre
    Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ?

    Lire la suite

    PORTRAITS D'UNE PENSÉE Myriam Saduis s’entoure d’une exceptionnelle bande d’acteurs et affronte, à travers la figure d’Hannah Arendt, la question de « l’héroïsme intellectuel ». Dans une atmosphère onirique, baignée de murmures, de nuit et de vent, on voit la pensée au travail comme une intuition perforante, traversant les cauchemars et la mélancolie. Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ? Dans cette méditation tempétueuse où la conférence le dispute au rêve éveillé, où surgissent les morts pour tenir la réplique aux vivants, où même les anges s’en mêlent, se profile une réponse inattendue : oui, le génie de l’amitié. Le génie de la nuit et de son espace, de la turbulente tribu des amis, de l’infini tissage des histoires et des questions, qui tient le chagrin en échec. À travers cette partition chorale, on « philosophe » d’une manière inédite, physique et onirique. Ceci n’est pas un biopic, un cours, un séminaire — c’est plutôt l’envers du décor. Il est minuit. Le vent souffle. « Nous sommes tombés dans un trou », dit Hannah à son mari. Il va s’agir de se faire la courte échelle jusqu’au matin : « penser ».
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Avalanche

    18.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre

    Lire la suite

    Dans la crainte du danger naturel d'avalanche, un petit village cerné de montagnes vit neuf mois sur douze figé dans un silence de mort qu'une réglementation stricte impose aux habitants, afin de garantir la survie de toute la communauté. Une famille se retrouve confrontée à la situation la plus redoutée : la jeune bru est sur le point d'accoucher avant le terme calculé. Ses cris et ceux du nouveau-né risquent de provoquer la catastrophe...
    Lieu
    Centre Culturel Bruegel
    Rue des Renards, 1 F
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 25034268
    Réservation : +32 25034268
    info@ccbruegel.be
    http://www.ccbruegel.be
  • Exposition Revlt

    19.05.2018  >  02.06.2018

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    L’artiste vit au cœur de son époque et s’insurge, s’exprime, s’indigne sur des préoccupations qui lui sont propres à travers son expression artistique. Il contribue ainsi, depuis toujours et avec sa sensibilité, à l’évolution de nos sociétés à travers le débat, l’échange et la confrontation d’idées qu’il suscite grâce à sa création. REVLT! - lire “Révoltes” - vise à réaffirmer ce rôle essentiel de l’artiste au travers d’une vaste exposition à Bruxelles qui présentera une sélection d’œuvres variées et issues de toute discipline autour du thème de la révolte, à  l'occasion du 50ème anniversaire de mai 68.
    Lieu
    Bâtiment Vanderborght
    Rue de l'Ecuyer
    1000 Bruxelles
    http://www.ccbruegel.be
  • Co-natural - Alexandra Pirici (Kunstenfestivaldesarts)

    21.05.2018  >  26.05.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Alexandra Pirici s’est fait connaitre à travers des interventions performatives, menées le plus souvent dans le contexte muséal. Récemment, son travail a été présenté à Skulptur Projekte Münster et lors de la Biennale de Venise. Au Kunstenfestivaldesarts, c’est l’espace Kanal – Centre Pompidou, en attente de collections et de visiteurs, qui accueillera sa performance Co-natural. Trois performeurs et un hologramme y mettent en crise la frontière entre absence et présence. Aujourd’hui, la présence des individus, dispersés, partout et nulle part à la fois, n’est plus une donnée absolue. Que signifie alors être présent ? Co-natural en mesure les degrés et scrute la manière dont différentes formes de présence – physique, virtuelle, abstraite, mémorielle- parviennent à coexister ou à fusionner. À travers un travail chorégraphique quasi sculptural, Pirici agence des individus et des objets (in)visibles pour poser la question d’une présence au monde à la fois actuelle, temporelle et visible. Co-natural est un jeu d’imbrications (im)possibles, qui situe l’être humain quelque part entre vie et mort, passé, présent et futur.
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels
  • PeuP- Dudu Quintanilha (Kunstenfestivaldesarts)

    21.05.2018  >  26.05.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Dudu Quintanilha ancre sa pratique artistique dans la ville. L’artiste brésilien la développe en dialogue avec des personnes rencontrées au hasard de ses errances urbaines. À São Paolo où il vit et travaille, il est un des fondateurs de Mexa, un projet qui adresse et implique des individus parmi les plus fragilisés socialement dans la métropole. À Bruxelles, à travers une résidence de plusieurs semaines, il visite des skate-parks et des centres communautaires, engage la conversation, invite les individus qu’il a appris à connaître à le rejoindre dans son studio le long du canal. À l’issue de ce processus, une vidéo crée un ensemble d’actes performatifs saisis chez ces « acteurs » improvisés, lorsque ceux-ci, provoqués, séduits et (dés)orientés, déploient face à la caméra des aspects de leurs personnalités qu’ils ignoraient eux-mêmes. Dans ces « vidéos performatives », les corps et le langage semblent envoyer des signaux depuis une zone obscure. Ils disent ce qu’aucun consensus ne peut exprimer. “I believe in the power of the imagination to remake the world” (J. G. Ballard).
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels
  • Boundary Games

    22.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre
    dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts

    Lire la suite

    La composition d’un groupe implique-t-elle toujours l’exclusion ? L’union par ailleurs entraîne-t-elle l’harmonie ? Boundary Games se présente au public comme une expérience spatiale et sonore de composition et décomposition des ensembles : sur scène, plusieurs situations varient en fonction de divers critères qui déterminent des organisations et dynamiques de groupes. Le spectacle tente de révéler le caractère relatif des frontières érigées dans nos rapports à l’autre. Les performeurs et leur environnement fabriquent et déconstruisent tour à tour des groupes et mettent en scène leur relation. À travers une écriture du plateau sensible et imagée, Léa Drouet questionne et tente de comprendre : la construction d’un « nous » implique-t- elle toujours l’exclusion d’un « eux » ? Comment peut on penser un « nous » qui intègrerait la division ? Comment les singularités peuvent-elles interagir et agir ensemble ? Boundary Games est ainsi à la fois une fabrique et une entreprise de démolition, une expérience de la distinction et des relations possibles entre les groupes et un paysage plastique et sonore composé à partir des processus d’inclusion, d’exclusion, de liaison et de séparation des ensembles. Avec Frédéric Bernier, Madeleine Fournier, Catherine Hershey, Yann Leguay, Simon Loiseau, Marion Menan, Bastien Mignot et Gaëtan Rusquet Lumières et scénographie Gaëtan Rusquet Travail sonore Yann Leguay Dramaturgie Camille Louis Assistante à la mise en scène Laurie Bellanca Production et distribution France Morin / AMA Une production de Vaisseau en coproduction avec le Théâtre Les Tanneurs, le kunstenfestivaldesarts, le Théâtre Nanterre-Amandiers et Charleroi/Danses Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre En partenariat avec le Festival Actoral, Kunstencentrum Buda, Charleroi/Danses, Montevideo Marseille, Overtoon, La Bellone/House of Performing Arts.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-512.17.84
    Réservation : 02-512.17.84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Boundary Games - Léa Drouet (Kunstenfestivaldesarts)

    22.05.2018  >  26.05.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Jeune artiste bruxelloise, Léa Drouet compte aujourd’hui parmi les figures émergentes de la scène internationale. Son travail investit le champ de la performance, de l’installation et de la musique expérimentale pour proposer des expériences esthétiques – et électriques – qui mettent en jeu les dynamiques de groupe et ses (dis)harmonies. Après Derailment (2015) et Mais dans les lieux du péril croît aussi ce qui sauve (2016) qui tous deux prenaient d’assaut des lieux underground de Bruxelles, le Kunstenfestivaldesarts présente aujourd’hui sa nouvelle création. Avec Boundary Games Léa Drouet retourne au plateau qu’elle transforme en périmètre de jeu et d’expérimentation pour ses six performeurs. Tel un laboratoire social, la pièce teste les processus de fabrication et de dissolution des groupes. D’infinis (ré)agencements de corps, de sons et d’éléments scénographiques définissent de nouvelles règles sociales comme autant d’alternatives aux seuls principes d’inclusion et d’exclusion. Boundary Games fait voler en éclats la division binaire « nous/eux » à laquelle se réduit trop souvent notre rapport à l’autre. Elle ouvre un nouvel espace de négociation. Comment y circulerons-nous ?
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-512.17.84
    Réservation : 02-512.17.84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be