Evénements du 22 mai 2018

  • La convivialité

    08.05.2018  >  23.06.2018

    • Théâtre
    Passion pour les uns, chemin de croix pour les autres, il est sacré pour tous. Et pourtant, il ne s’agit peut-être que d’un énorme malentendu. Tout le monde a un avis sur la question.

    Lire la suite

    Pour ne pas trop dévoiler, car le mystère fait partie du plaisir de la découverte, mais qu’il faut quand même bien qu’on vous en dise un mot, débutons par un rébus : mon premier est comme le silence, mon second est le contraire de tard, mon troisième est un graffiti et mon tout est affaire d’écriture… Disons aussi : un moine copiste, des petites saucisses, un tatouage, un hibou, Albert Einstein et la pataphysique. Soyez confiants, nous vous convions à une soirée entre amis, où sera mis au pilori un dogme qui s’ignore. Un dogme intime lié à l’enfance. Un dogme qui détermine notre rapport à la culture et à la tradition. Passion pour les uns, chemin de croix pour les autres, il est sacré pour tous. Et pourtant, il ne s’agit peut-être que d’un énorme malentendu. Tout le monde a un avis sur la question. Après avoir bourlingué un peu partout, nos deux comparses s’installent au Public pour finir la saison en beauté par une remise en question salutaire. Alors, vous avez trouvé ? De quoi s’agit-il au juste ? Non ? Pour le savoir, il faudra venir voir. Alors prenez vos bics quatre couleurs, sortez de la marge, emmenez vos grands enfants, on va s’amuser à déboulonner l’un des piliers de notre savoir. C’est interpellant, décomplexant, instructif, drôle et vivifiant. Tout ça à la fois. UNE CRÉATION DE LA COMPAGNIE CHANTAL & BERNADETTE. EN COPRODUCTION AVEC LE THÉÂTRE NATIONAL/BRUXELLES ET L’ANCRE/CHARLEROI. AVEC LE SOUTIEN DU THÉÂTRE LA CITÉ /MARSEILLE, DE LA BELLONE/BRUXELLES, DE LA COMPAGNIE LA ZOUZE/ MARSEILLE ET DU SERVICE DE LA LANGUE FRANÇAISE DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES. AVEC L’AIDE DU MINISTÈRE DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES (SERVICE DU THÉÂTRE). Photo © Véronique Vercheval.
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Paris mai 68 - Le chêne qu’on abat (lecture / théâtre de reportage)

    08.05.2018  >  29.05.2018

    • Théâtre
    Théâtre de reportage - Texte de Christian Druitte Une autre approche des événements qui ont ébranlé le régime ; une pièce à quatre personnages, Lui, Pompidou, Peyrefitte, le ministre de l’Éducation et Massu, le militaire bourru mais fidèle... Et le regard amusé d’une étudiante qui éprouve l'ivresse d’une liberté trouvée dans un monde en train de changer.

    Lire la suite

    « Oh, quel farouche bruit dans le crépuscule Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule Les chevaux de la mort se mettent à hennir Et sont joyeux car l'âge éclatant va finir... » Victor HUGO - Le Tombeau de Théophile Gautier Au lendemain de la mort du général de Gaulle, survenue en novembre 1970, André Malraux publie un ouvrage consacré à des conversations avec l'ancien chef de l'État dans sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises. Son titre, « Les Chênes qu’on abat » est fort opportunément un fragment du poème de Victor Hugo consacré à la mort de Théophile Gautier. Les chênes qu'on abat... Le brutal écroulement de la force sous les coups de cognée des bûcherons. Image symbolique sinon de la mort de la fin de la toute-puissance. Vivant comme reclus depuis quelques mois dans sa retraite volontaire des lointains confins de l'Aube, le Général n'a pas survécu à son naufrage politique provoqué par la marée contestataire de Mai 68. Le chêne a été abattu... Définitivement lorsque la vie a suspendu son cours mais déjà une première fois dans la chaleur orageuse de Mai ; dépassé par une révolte étudiante qui a fini par enflammer la France toute entière avant de la paralyser dans une grève générale, décontenancé par le désamour qui semble s'être installé entre lui et les Français... Malgré l'aura de son image historique, deux fois sauveur de la Nation, convaincu de sa prédestination à conduire la France vers les sommets, il se retrouve quasi seul à l’Élysée à quelques centaines de mètres des bruits des émeutes successives... Presque coupé de tous, même de certains de ses ministres qui ne l'écoutent plus que d'une oreille distraite... De moins en moins en phase avec Georges Pompidou, son Premier ministre fort de son esprit libéral et de son sens de la négociation et de la concession pour régler la crise avec les étudiants d'abord, réouverture de la Sorbonne fermée par décision présidentielle et avec les syndicats ensuite, les accords de Grenelle. Dix ans, ça suffit... De la rue, des échos lui parviennent... L'homme providentiel de Juin quarante est désormais un vieillard conspué. Une tragédie se joue sous les lambris dorés de l’Élysée... Tel le roi Lear, tragique héros de Shakespeare, le vieux souverain mesure que sa voix ne porte plus, que son image est ternie et que les Français ne l'aiment plus. Hanté par les fantômes de la Quatrième République qu’il a réduits au rancart, obnubilé par la toute-puissance du Parti communiste, la Connétable doute. Théâtral, il organise sa disparition pour vingt-quatre heures, le temps d'aller voir en Allemagne si l'armée d'occupation lui resterait fidèle au cas où l'émeute deviendrait révolution. ***** Pas d'anniversaire sans cadeau ! Le Poème 2, qui fête ses 50 ans, invite à l'occasion des lectures en mai (les mardis 8 - 15 - 22 - 29 à 19 heures) autour de l'évocation de mai 68, « Le Chêne qu'on abat », un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, toutes les personnes nées après 1968 ! Et à tous, à chacune et à chacun, le verre de l'anniversaire offert !
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Affiches Belle Epoque

    09.05.2018  >  03.09.2018

    • Exposition
    De 1885 à 1914, Bruxelles vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. Porteuses de messages publicitaires, les affiches annoncent la société de consommation. Une multitude de produits y sont vantés et les artistes jettent leur dévolu sur l’image de la femme, bourgeoise et libérée à la fois, fer de lance de cette envie de luxe et de modernité.

    Lire la suite

    De 1885 à 1914, Bruxelles vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. L’émergence de l’Art nouveau et des cercles artistiques confère à la capitale belge une place primordiale sur l’échiquier européen de la création. L’affiche illustrée, qui apparait d’abord à Paris, trouve dans notre capitale un engouement immédiat. Des artistes, célèbres ou méconnus, s’y essaient séduits par ce média éphémère et exaltant mais techniquement exigeant. Porteuses de messages publicitaires, ces affiches annoncent la société de consommation. Une multitude de produits y sont vantés, du téléphone au vélo, sans oublier les cirques et théâtres. Les artistes jettent leur dévolu sur l’image de la femme, bourgeoise et libérée à la fois, fer de lance de cette envie de luxe et de modernité.
    Lieu
    Musée de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi
    Grand-Place
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 279 43 50
    Réservation : +32 2 279 43 67
    musea@brucity.be
    http://www.museedelavilledebruxelles.brussels
  • Le Havre

    09.05.2018  >  31.05.2018

    • Cinéma
    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. 

    Lire la suite

    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. L'univers de fable de Kaurismäki confronté à l'actualité brûlante des sans-papiers, jusqu'à une fin digne de Frank Capra. Flagey, Cinematek € 7 > 5,50
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Momo

    09.05.2018  >  23.06.2018

    • Théâtre
    En faisant rire de la sidération puis de l’agitation d’un couple bien installé dans le confort de ses certitudes, Sébastien Thiéry (« Deux hommes tous nus ») renverse les codes moraux.

    Lire la suite

    Un soir, en rentrant du supermarché, Monsieur et Madame Prioux découvrent chez eux un individu bizarre qui communique dans une langue étrange. Quelle n’est pas leur stupéfaction quand ils apprennent que cet hurluberlu serait leur fils, qu’il est sourd et qu’il vient leur annoncer son mariage ! Problème : le couple n’a jamais eu d’enfant ! Alors question : qui est Momo ? Un imposteur, un maniaque, un manipulateur... ou bien les Prioux feraient-ils un déni d’enfant ? Une chose est sûre, M. Prioux (Michel Kacenelenbogen) ne s’en laissera pas conter par un petit rigolo qui s’introduit dans son salon et ne parle même pas sa langue ! En faisant rire de la sidération puis de l’agitation d’un couple bien installé dans le confort de ses certitudes, Sébastien Thiéry (« Deux hommes tous nus ») renverse les codes moraux, et en mettant le doigt dans la plaie de nos frilosités, pose, mine de rien, la question de la différence. On rit surtout de nos égoïsmes qui nous rendent si résistants, au désordre de l’inattendu dans nos vies de bobos bien huilées, que rien ne doit venir perturber sous peine de nous rendre chèvre ! Le résultat est jouissif. Il est surtout sensible et audacieux. Moralité : si un petit gars bizarre tombe dans ton caddie de supermarché, ce serait vraiment trop bête de ne pas lui faire une place dans ton canapé ! UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC.AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL BELGE. Photo © Saskia Vanderstichele.
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Les yeux de verre

    11.05.2018  >  23.06.2018

    • Théâtre
    Il y a le père, merveilleux fabricant de poupées aux regards d’enfant. Ce père qui vit reclus depuis plusieurs années parce qu’il n’a plus d’inspiration. La cause ? Peut-être le souvenir d’une nuit que tout le monde aimerait garder secrète.

    Lire la suite

    Une histoire de déni et de mensonge dans le plus intime des cercles : la famille. Il y a le père, un artiste renommé, merveilleux fabricant de poupées aux regards d’enfant. Ce père qui vit reclus depuis plusieurs années parce qu’il n’a plus d’inspiration. La cause ? Peut-être le souvenir d’une nuit que tout le monde aimerait garder secrète. Une chambre d’enfant, des cris… Et le départ précipité de la petite chez une tante. Il y a la mère, très investie et prête à tout pour redonner à la petite entreprise familiale l’élan qui les mènerait à Miami ! Et demain, c’est le grand jour, alors personne ne doit ternir la réputation de la famille. Il y a l’ainée, une originale, une forte tête, jalouse et solitaire. Douée aussi, qui travaille à la fabrication des robes des poupées, et fait tout pour attirer l’attention du père. Et il y a la cadette, celle qui revient dans la demeure familiale après une longue absence, pour faire éclater la vérité. Une œuvre forte, sensible et troublante. Remarquablement menée par l’auteur Michel Marc Bouchard. Entre cruauté et tendresse, la pièce nous livre des personnages puissants, une vie intense. Une œuvre dont la poésie et l’humour révèlent les failles et les fragilités intimes, la violence aussi, d'une famille en vase clos. UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL BELGE. Texte publié aux éditions Théâtrales, éditeur et agent de l’auteur. Photo © Gregory Navarra.
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Circus ’68

    12.05.2018  >  16.06.2018

    • Théâtre
    Un cabaret burlesque et enragé sur le mythique printemps des barricades. Une mise en scène de Charlie Degotte pour deux acteurs protéiformes entourés d’un collectif de créateurs. Ils réinventent pour nous les pavés et la plage, les CRS et les manifs, les slogans d’anthologie et les lacrymos, la poésie des affiches en sérigraphie et l’accordéon des usines en grève.

    Lire la suite

    Un cabaret burlesque et enragé sur le mythique printemps des barricades. Une mise en scène de Charlie Degotte pour deux acteurs protéiformes entourés d’un collectif de créateurs. Ils réinventent pour nous les pavés et la plage, les CRS et les manifs, les slogans d’anthologie et les lacrymos, la poésie des affiches en sérigraphie et l’accordéon des usines en grève. Un spectacle-reportage à travers ce joli mois de mai 1968 qui fut à la fois, en France, le plus grand mouvement social de l’après-guerre, avec ses dix millions de grévistes, et le creuset de toutes les contestations de la fin du XXème siècle : féminisme, écologie, anticapitalisme, mouvement anti-guerre, critique de la famille patriarcale, éducation antiautoritaire, libération de la parole, autogestion... Deux mois pour refaire le monde. Jusqu’à ce paradoxal premier bilan : les grévistes arracheront la semaine de 40 heures et de fortes augmentations salariales (+ 35% pour le SMIG), mais De Gaulle triomphera aux élections législatives du 30 juin. Et pendant ce temps, en Belgique...
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Amor mundi

    15.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre
    Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ?

    Lire la suite

    PORTRAITS D'UNE PENSÉE Myriam Saduis s’entoure d’une exceptionnelle bande d’acteurs et affronte, à travers la figure d’Hannah Arendt, la question de « l’héroïsme intellectuel ». Dans une atmosphère onirique, baignée de murmures, de nuit et de vent, on voit la pensée au travail comme une intuition perforante, traversant les cauchemars et la mélancolie. Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ? Dans cette méditation tempétueuse où la conférence le dispute au rêve éveillé, où surgissent les morts pour tenir la réplique aux vivants, où même les anges s’en mêlent, se profile une réponse inattendue : oui, le génie de l’amitié. Le génie de la nuit et de son espace, de la turbulente tribu des amis, de l’infini tissage des histoires et des questions, qui tient le chagrin en échec. À travers cette partition chorale, on « philosophe » d’une manière inédite, physique et onirique. Ceci n’est pas un biopic, un cours, un séminaire — c’est plutôt l’envers du décor. Il est minuit. Le vent souffle. « Nous sommes tombés dans un trou », dit Hannah à son mari. Il va s’agir de se faire la courte échelle jusqu’au matin : « penser ».
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Avalanche

    18.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre

    Lire la suite

    Dans la crainte du danger naturel d'avalanche, un petit village cerné de montagnes vit neuf mois sur douze figé dans un silence de mort qu'une réglementation stricte impose aux habitants, afin de garantir la survie de toute la communauté. Une famille se retrouve confrontée à la situation la plus redoutée : la jeune bru est sur le point d'accoucher avant le terme calculé. Ses cris et ceux du nouveau-né risquent de provoquer la catastrophe...
    Lieu
    Centre Culturel Bruegel
    Rue des Renards, 1 F
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 25034268
    Réservation : +32 25034268
    info@ccbruegel.be
    http://www.ccbruegel.be
  • Exposition Revlt

    19.05.2018  >  02.06.2018

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    L’artiste vit au cœur de son époque et s’insurge, s’exprime, s’indigne sur des préoccupations qui lui sont propres à travers son expression artistique. Il contribue ainsi, depuis toujours et avec sa sensibilité, à l’évolution de nos sociétés à travers le débat, l’échange et la confrontation d’idées qu’il suscite grâce à sa création. REVLT! - lire “Révoltes” - vise à réaffirmer ce rôle essentiel de l’artiste au travers d’une vaste exposition à Bruxelles qui présentera une sélection d’œuvres variées et issues de toute discipline autour du thème de la révolte, à  l'occasion du 50ème anniversaire de mai 68.
    Lieu
    Bâtiment Vanderborght
    Rue de l'Ecuyer
    1000 Bruxelles
    http://www.ccbruegel.be