Evénements du 16 mai 2018

  • Kunstenfestivaldesarts 2018

    04.05.2018  >  26.05.2018

    • Festival
    Kunstenfestivaldesarts est un festival international consacré à la création contemporaine.

    Lire la suite

    Théâtre, danse, performance, cinéma et arts visuels : le Kunstenfestivaldesarts est un festival de création contemporaine. Il s’installe chaque année au mois de mai dans de nombreux théâtres, dans l’espace public et dans des lieux inédits à Bruxelles. Il affiche à son programme des œuvres scéniques et plastiques créées par des artistes belges et internationaux.
    Lieu
    Divers lieux à Bruxelles
    Divers lieux à Bruxelles
    1000 Bruxelles
  • Prix découverte 2018 - Carolina Fernández

    04.05.2018  >  20.05.2018

    • Exposition
    Lauréate - 12e édition

    Lire la suite

    Ouvertures les samedis et dimanche de 14h00 à 18h00! Née à Bogota en Colombie, la jeune artiste Carolina Fernández réalise des études section Beaux-Arts à l’Universidad de los Andes jusqu’en 2007. Entre 2011 et 2013, elle poursuit sa formation à La Cambre (ENSAV), obtient un master en peinture et le Prix Coup de cœur des Amis de La Cambre. Elle participe ensuite à de nombreuses expositions, notamment à Bruxelles, ainsi qu’à plusieurs foires internationales parmi lesquelles Art Brussels 2015 et Art on Paper 2017. Carolina Fernández a remporté en 2017 le Prix découverte de Rouge-Cloître, le Prix Ransy et le Prix du public à la Foire OFF à Bruxelles. Le travail de Carolina Fernández nous offre une réflexion sur les relations du « soi » avec la vie, grâce à un regard attentif qui propose différents points de vue : spirituel, scientifique, psychologique et culturel. On retrouve dans ses peintures le reflet des relations entre le soi et le mental, le soi et les émotions, le soi et la pensée, le soi et le temps et des rapports entre soi et les autres êtres sensibles. L´humour et la culture populaire colombienne constituent un outil favorable pour aborder cet ensemble d´expériences universelles, parfois pénibles, en créant une atmosphère apaisante, silencieuse et détendue qui révèle cette juste mesure d´espoir et de bonheur propre à chaque circonstance. Ainsi, dans ses peintures et dessins, les émotions et les pensées, la résilience, l’empathie et les prières sont représentées comme des figures vivant dans la même dimension que les animaux, les humains et les plantes, sans hiérarchie aucune, simplement en communication mais aussi en contemplation profonde.
    Lieu
    Centre d'Art de Rouge-Cloître
    Rue du Rouge-Cloître, 4
    1160 Auderghem
    Tél : + 32 2 660 55 97
    info@rouge-cloitre.be
    http://www.rouge-cloitre.be
  • Kunstenfestivaldesarts

    04.05.2018  >  26.05.2018

    • Festival

    Lire la suite

    Résolument urbain et cosmopolite, le Kunstenfestivaldesarts est un festival de créations au sein duquel des artistes partagent leur vision personnelle du monde avec des spectateurs prêts à se remettre en question et à élargir leurs champs de perspectives. Bruxelles, capitale de l’Europe, représente l’environnement par excellence pour une telle manifestation, rendant cette multiculturalité visible. Le Kunstenfestivaldesarts affiche à son programme des œuvres scéniques et plastiques créées par des artistes francophones et néerlandophones, comme internationaux.
    Lieu
    Divers lieux à Bruxelles
    Divers lieux à Bruxelles
    1000 Bruxelles
    http://www.rouge-cloitre.be
  • Your Word in my Mouth – Brussels Take - Anna Rispoli (Kunstenfestivaldesarts)

    05.05.2018  >  26.05.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Et si l’on se rassemblait pour parler d’amour plutôt que de tolérance ? Your Word in my Mouth est une discussion collective qui nous plonge dans la vie intime de plusieurs Bruxellois. Parmi eux, une joueuse de foot de 17 ans, un polyamoureux, un notaire spécialisé en contrats matrimoniaux, une assistante sexuelle pour personnes handicapées. Leurs relations à l’amour et au désir sont radicalement divergentes, tout comme les stratégies par lesquelles ils négocient leur place au coeur de la ville. Anna Rispoli et ses deux complices nous proposent de reconstituer cette rencontre improbable dans une série de lieux le plus souvent réservés à ses habitués : un salon de coiffure, le studio d’une radio, le lounge d’un hôtel de passe, un parlement… Le spectateur est invité à prêter sa voix aux paroles d’un(e) autre, à les incarner. Comment résonnent alors ces mots « aliens » dans notre propre bouche ? Comment vivre et composer avec ces différences ? Aux quatre coins de Bruxelles, Your Word in my Mouth engage une conversation profondément citoyenne où l’amour serait peut-être susceptible d’ouvrir de nouvelles perspectives politiques.
    Lieu
    Kunstenfestivaldesarts
    Quai du Commerce, 18
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-219.07.07
    Réservation : 02 210 87 37
    http://www.kunstenfestivaldesarts.be
  • Milou en mai

    07.05.2018  >  06.06.2018

    • Cinéma
    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque.

    Lire la suite

    Leur mère venant de décéder, ses descendants se trouvent réunis dans le Gers au mois de mai 1968. Pour un conflit de générations au sein d’un groupe se disputant l’héritage de la vieille dame, et synthétisant (non sans ironie critique) la société française de l’époque. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Paris mai 68 - Le chêne qu’on abat (lecture / théâtre de reportage)

    08.05.2018  >  29.05.2018

    • Théâtre
    Théâtre de reportage - Texte de Christian Druitte Une autre approche des événements qui ont ébranlé le régime ; une pièce à quatre personnages, Lui, Pompidou, Peyrefitte, le ministre de l’Éducation et Massu, le militaire bourru mais fidèle... Et le regard amusé d’une étudiante qui éprouve l'ivresse d’une liberté trouvée dans un monde en train de changer.

    Lire la suite

    « Oh, quel farouche bruit dans le crépuscule Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule Les chevaux de la mort se mettent à hennir Et sont joyeux car l'âge éclatant va finir... » Victor HUGO - Le Tombeau de Théophile Gautier Au lendemain de la mort du général de Gaulle, survenue en novembre 1970, André Malraux publie un ouvrage consacré à des conversations avec l'ancien chef de l'État dans sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises. Son titre, « Les Chênes qu’on abat » est fort opportunément un fragment du poème de Victor Hugo consacré à la mort de Théophile Gautier. Les chênes qu'on abat... Le brutal écroulement de la force sous les coups de cognée des bûcherons. Image symbolique sinon de la mort de la fin de la toute-puissance. Vivant comme reclus depuis quelques mois dans sa retraite volontaire des lointains confins de l'Aube, le Général n'a pas survécu à son naufrage politique provoqué par la marée contestataire de Mai 68. Le chêne a été abattu... Définitivement lorsque la vie a suspendu son cours mais déjà une première fois dans la chaleur orageuse de Mai ; dépassé par une révolte étudiante qui a fini par enflammer la France toute entière avant de la paralyser dans une grève générale, décontenancé par le désamour qui semble s'être installé entre lui et les Français... Malgré l'aura de son image historique, deux fois sauveur de la Nation, convaincu de sa prédestination à conduire la France vers les sommets, il se retrouve quasi seul à l’Élysée à quelques centaines de mètres des bruits des émeutes successives... Presque coupé de tous, même de certains de ses ministres qui ne l'écoutent plus que d'une oreille distraite... De moins en moins en phase avec Georges Pompidou, son Premier ministre fort de son esprit libéral et de son sens de la négociation et de la concession pour régler la crise avec les étudiants d'abord, réouverture de la Sorbonne fermée par décision présidentielle et avec les syndicats ensuite, les accords de Grenelle. Dix ans, ça suffit... De la rue, des échos lui parviennent... L'homme providentiel de Juin quarante est désormais un vieillard conspué. Une tragédie se joue sous les lambris dorés de l’Élysée... Tel le roi Lear, tragique héros de Shakespeare, le vieux souverain mesure que sa voix ne porte plus, que son image est ternie et que les Français ne l'aiment plus. Hanté par les fantômes de la Quatrième République qu’il a réduits au rancart, obnubilé par la toute-puissance du Parti communiste, la Connétable doute. Théâtral, il organise sa disparition pour vingt-quatre heures, le temps d'aller voir en Allemagne si l'armée d'occupation lui resterait fidèle au cas où l'émeute deviendrait révolution. ***** Pas d'anniversaire sans cadeau ! Le Poème 2, qui fête ses 50 ans, invite à l'occasion des lectures en mai (les mardis 8 - 15 - 22 - 29 à 19 heures) autour de l'évocation de mai 68, « Le Chêne qu'on abat », un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, toutes les personnes nées après 1968 ! Et à tous, à chacune et à chacun, le verre de l'anniversaire offert !
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Le Havre

    09.05.2018  >  31.05.2018

    • Cinéma
    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. 

    Lire la suite

    La rencontre dans le port du Havre d'un cireur de chaussures et d'un immigré africain cherchant à rejoindre sa famille en Angleterre. L'univers de fable de Kaurismäki confronté à l'actualité brûlante des sans-papiers, jusqu'à une fin digne de Frank Capra. Flagey, Cinematek € 7 > 5,50
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Título em Suspensão - Eduardo Fukushima (Kunstenfestivaldesarts)

    11.05.2018  >  16.05.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Encore trop peu connue en Europe, l’oeuvre d’Eduardo Fukushima explore la force expressive et transformatrice du mouvement. Le jeune chorégraphe se nourrit de ses origines à la fois brésiliennes, japonaises et italiennes, pour croiser, dans ses émouvants solos, différentes sensibilités et pratiques du mouvement telles que le tai chi et la street dance. Avec Titulo em Suspensão, Fukushima incarne une mutation turbulente et intranquille. Il creuse la présence d’un corps solitaire, semblable à une feuille d’arbre ou une pierre posée sur la surface vide du plateau… Jusqu’à ce que ce corps, fragile, se fasse délicatement emporter dans un bruissement annonciateur de l’Apocalypse. Titulo em Suspensão est une performance saisissante. Elle fait naître avec elle un monde, poétique et trouble, qui régénère autant qu’il fascine. Une perle.
    Lieu
    Les Brigittines
    Petite rue des Brigittines
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-213.86.10
    Réservation : 02-213.86.10
    info@brigittines.be
    http://www.brigittines.be
  • Amor mundi

    15.05.2018  >  26.05.2018

    • Théâtre
    Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ?

    Lire la suite

    PORTRAITS D'UNE PENSÉE Myriam Saduis s’entoure d’une exceptionnelle bande d’acteurs et affronte, à travers la figure d’Hannah Arendt, la question de « l’héroïsme intellectuel ». Dans une atmosphère onirique, baignée de murmures, de nuit et de vent, on voit la pensée au travail comme une intuition perforante, traversant les cauchemars et la mélancolie. Parce que l’histoire du monde les a confrontés à des questions jusqu’ici inouïes, Hannah Arendt, son mari Heinrich Blücher et leur « tribu » — Hans et Lore Jonas, Mary McCarthy, Robert Gilbert ... — en exil aux Etats-Unis, s’efforcent de « penser sans garde-fou ». Quand tout se délite, vient la question : qu’est-ce que penser ? Et d’abord, faut-il du génie ? Dans cette méditation tempétueuse où la conférence le dispute au rêve éveillé, où surgissent les morts pour tenir la réplique aux vivants, où même les anges s’en mêlent, se profile une réponse inattendue : oui, le génie de l’amitié. Le génie de la nuit et de son espace, de la turbulente tribu des amis, de l’infini tissage des histoires et des questions, qui tient le chagrin en échec. À travers cette partition chorale, on « philosophe » d’une manière inédite, physique et onirique. Ceci n’est pas un biopic, un cours, un séminaire — c’est plutôt l’envers du décor. Il est minuit. Le vent souffle. « Nous sommes tombés dans un trou », dit Hannah à son mari. Il va s’agir de se faire la courte échelle jusqu’au matin : « penser ».
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Tree Identification for Beginners - Yto Barrada
 (Kunstenfestivaldesarts)

    15.05.2018  >  17.05.2018

    • Cinéma

    Lire la suite

    Au cours de l’été turbulent de 1966, la mère de l’artiste, une étudiante socialiste marocaine alors âgée de vingt ans, est invitée aux côtés d’une cinquantaine d’autres « jeunes leaders africains » à faire un tour des États-Unis, parrainé par le Département d’État, pour y « apprendre la démocratie ». Cet épisode de la vie de sa mère constitue le point de départ du nouveau film d’Yto Barrada – artiste plasticienne et cofondatrice de la Cinémathèque de Tanger. Avec Tree Identification for Beginners, Barrada combine le cinéma, le textile et l’art acoustique. Elle suit le parcours de sa mère, sa découverte des voix émergentes du panafricanisme et des mouvements du Black Power dans une tentative de détourner le discours proposé par le voyage. Le récit se situe à la croisée de l’histoire politique, familiale, du mythe et de la fiction. À travers des jouets en bois des années 60, le film montre avec ironie comment l’apprentissage de la reconnaissance de simples formes géométriques ne diffère pas tant de notre catégorisation stéréotypée de « l’autre ». Une réflexion ludique sur les similarités entre la propagande politique… et la pédagogie infantile.
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-550.03.50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be