Evénements du 11 janvier 2018

  • Jeux dangereux

    31.12.2017  >  23.02.2018

    • Cinéma
    Une troupe de théâtre réussit à sauver la résistance polonaise en trompant la Gestapo.

    Lire la suite

    Une troupe de théâtre réussit à sauver la résistance polonaise en trompant la Gestapo. Une satire jouant sur la dérision et le double sens afin de mieux ridiculiser le nazisme à une époque où celui-ci ravageait l’Europe. Un chef-d'œuvre absolu resté sans équivalent. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Maison Autrique : Intérieur d’un hôtel particulier construit par Victor Horta

    01.01.2018  >  31.12.2018

    • Exposition

    Lire la suite

    En 1893, Victor Horta reçoit la commande d’une maison personnelle de son ami Eugène Autrique, ingénieur mécanicien. Ce sera une des prmières maisons particulières construites par l’architecte et où l’on décèle déjà des éléments significatifs : un début de liaison avec le trottoir, des revêtements muraux d'épaisseurs diverses, la coexistence de symétries-dissymétries, sans parler de l'usage du métal et de matériaux industriels.
    Lieu
    Maison Autrique
    Chaussée de Haecht, 266
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 (0)2 215 66 00
    info@autrique.be
    http://www.autrique.be
  • Furie

    04.01.2018  >  27.02.2018

    • Cinéma
    À la suite d'un crime, une placide bourgade devient le théâtre du lynchage d'un faux coupable par une populace hystérique.

    Lire la suite

    À la suite d'un crime, une placide bourgade devient le théâtre du lynchage d'un faux coupable par une populace hystérique. Une plongée féroce au cœur des mécanismes qui déchaînent les pulsions les plus primitives, y compris la vengeance, pour le premier film de Fritz Lang en exil à Hollywood. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • La Femme au portrait

    05.01.2018  >  24.02.2018

    • Cinéma
    Un faux pas anodin entraîne un digne professeur dans une spirale de culpabilité et de paranoïa. 

    Lire la suite

    Un faux pas anodin entraîne un digne professeur dans une spirale de culpabilité et de paranoïa. Un film noir magistral où Fritz Lang, en pleine maîtrise d’un scénario brillamment pervers, retrouve le sombre éclat de ses chefs-d’œuvre allemands. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Le Silence de Lorna

    06.01.2018  >  01.02.2018

    • Cinéma
    Le conflit moral d’une immigrée albanaise, prise au piège de calculs tordus échafaudés sous la pression de truands mafieux. 

    Lire la suite

    Le conflit moral d’une immigrée albanaise, prise au piège de calculs tordus échafaudés sous la pression de truands mafieux. Une fable noire et acérée, qui révéla une actrice remarquable, et un Prix du scénario à Cannes pour les frères Dardenne. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Chine 87, Les Autres

    08.01.2018  >  28.02.2018

    • Exposition
    Dans les années 80, Jean-Pierre Outers a occupé un poste de professeur de français en Chine, expérience relatée dans son livre La Tête ailleurs.

    Lire la suite

    Dans les années 80, Jean-Pierre Outers a occupé un poste de professeur de français en Chine, expérience relatée dans son livre La Tête ailleurs. Durant ce séjour, l’auteur a également tourné sur le vif des films sur la vie là-bas. Avec Violaine de Villers - dont le Studio 5 a récemment accueilli la sortie de La Langue rouge - le cinéaste a monté cette matière brute, se refusant à tout commentaire, sinon quelques maximes philosophiques en guise d’entrées de chapitres. Les auteurs nous proposent alors un carnet de notes visuel, nourri d’images à la fois quotidiennes et saisissantes, d’une Chine avant les mutations récentes de ce pays à l’échelle d’un continent. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • L’herbe de l’oubli

    09.01.2018  >  03.02.2018

    • Théâtre
    Tchernobyl, en Russe, se traduit absinthe, l’herbe de l’oubli…

    Lire la suite

    Le 26 avril 1986, le cœur du réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl explose et prend feu, projetant un nuage de radioactivité dont on a retrouvé des traces dans toute l’Europe. Poussières, aérosols et gaz radioactifs (dont le césium et l’iode) sont projetés dans l’atmosphère. Le quatrième réacteur, nom de code « Abri », conserve toujours dans son ventre gainé de plomb et de béton armé, près de vingt tonnes de combustible nucléaire. Et trente ans après, quelles leçons retient-on de cette explosion ? Composé à partir de la parole de survivants à la catastrophe, d’habitants proches de la zone d’exclusion en Biélorussie, de scientifiques actifs dans le dépistage de césium 137, de personnes ressources partisanes - ou non - du nucléaire qu’a rencontrés la compagnie Point Zéro ; L’herbe de l’oubli, s’inspire de la prise de témoignages réalisée à Tchernobyl par Svetlana Alexievitch, prix Nobel de Littérature 2015 (La Supplication, éditions JC Lattès). L’utilisation des marionnettes au théâtre est la marque de fabrique de la compagnie Point Zéro (Les Trois Vieilles et L’Ecole des Ventriloques de Jodorowsky, GunFactory,…), celle-ci apporte à L’herbe de l’oubli l’indispensable humanité et la poésie qui permettent de mettre le sujet à distance.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Quelques Rêves Oubliés

    09.01.2018  >  13.01.2018

    • Théâtre
    Tard le soir, dans un train, trois personnes voyagent ensemble : une chanteuse populaire, son manager et son assistante. Le trajet est long, ils se laissent aller à des petits bout de rêveries avortés. L’univers visuel et sonore s’installe progressivement et nous plonge dans un monde étrange et onirique.

    Lire la suite

    Un moment en supsens dans le temps qui nous rappelle les conversations que l’on entend d’ordinaire sans vraiment les écouter. Les drames personnels sont présents mais à peine exprimés. Ou bien si pudiquement qu’ils invitent notre imaginaire à les laisser éclore. Dans la culture japonaise, les faits sont rarement évoqués de manière explicite et celui qui écoute est sans cesse obligé de faire des choix d’interprétation. Une pièce qui se crée à Kinosaki au moment où ces quelques lignes sont écrites. Ce texte d'Oriza Hirata est monté pour la première fois en français. Projet initié lors de son travail de fin d’étude à l’INSAS, Camille Panza reçoit le Prix Marie-Paule Godenne suite à la présentation d’une forme courte de Quelques rêves oubliés. Nous présentions une nouvelle étape de ce travail lors des journées LookIN’OUT en octobre 2016. Et nous voici en route avec ERSATZ pour présenter la première de ce spectacle, rencontre entre arts numériques et théâtre.
    Lieu
    Le 140
    Avenue Eugène Plasky, 140
    1030 Schaerbeek
    Tél : 02 733 50 19
    Réservation : 02-733.97.08
    tickets@le140.be
    http://www.le140.be
  • Les Carnets du sous-sol

    09.01.2018  >  20.01.2018

    • Théâtre
    Souffrant d’une misanthropie pathologique, un homme s’est retiré du monde. Depuis 20 ans dans sa cave, cet homme-rat ressasse sans cesse le souvenir de l’échec de sa vie : une femme-brebis égarée qu’il aurait voulu ramener dans le troupeau.

    Lire la suite

    Souffrant d’une misanthropie pathologique, un homme s’est retiré du monde. Depuis 20 ans dans sa cave, cet homme-rat ressasse sans cesse le souvenir de l’échec de sa vie : une femme-brebis égarée qu’il aurait voulu ramener dans le troupeau. Le personnage central des Carnets du sous-sol est le grand frère de tous les personnages célèbres de Dostoïevski. Et il est particulièrement « dostoïevskien ». Il est tourmenté, bourré de contradictions et incapable d’aimer. Dostoïevski commence ce roman par l’avertissement suivant : L’auteur de ces « carnets » comme les « carnets » eux-mêmes sont, bien entendu, imaginaires. Pourtant, non seulement des hommes comme l’auteur des carnets peuvent exister dans notre société mais, en raison des circonstances générales dans lesquelles celle-ci s’est formée, il était fatal qu’ils y existassent. J’ai voulu évoquer à la face du public, avec un peu plus de relief que de coutume, un de ces caractères qui appartiennent à un passé récent. Cet homme est le représentant d’une génération en survie… André Gide a dit à propos de ce roman : « Je crois que nous atteignons, avec Les Carnets du sous-sol, le sommet de la carrière de Dostoïevski. Je le considère, ce livre (et je ne suis pas le seul), comme la clé de voûte de son œuvre entière.
    Lieu
    Le boson
    Chaussée de Boondael, 361
    1050 Ixelles
    Tél : +32 471 32 86 87
    Réservation : +32 471 32 86 87
    reservations@leboson.be
    http://www.leboson.be
  • Cercle miroir transformation

    09.01.2018  >  10.02.2018

    • Théâtre
    Version belge d’un joli succès à Avignon et New York, cette comédie explore les six semaines de thérapie de cinq personnes qui seraient en fait trop gênées pour s’inscrire à une thérapie de groupe !

    Lire la suite

    « Qu’est-ce qu’on serait heureux si on l’était ! » Woody Allen Dans un petit village du Vermont, c’est l’été. Quelques personnes participent à un atelier théâtre. Sous la houlette de leur coach dynamique, une adolescente rêveuse, un ouvrier divorcé, une comédienne en plein questionnement et le mari de la coach dévoilent peu à peu leurs aspirations profondes et leurs fragilités. Au fil des exercices incongrus, chacun dépasse ses complexes, sa peur du ridicule et ses blessures camouflées. Cet atelier va changer leur vie ! Version belge d’un joli succès à Avignon et New York, cette comédie explore les six semaines de thérapie de cinq personnes qui seraient en fait trop gênées pour s’inscrire à une thérapie de groupe ! En rappelant que nos aspirations butent souvent sur des réalités banales, le spectateur se faufile sous le voile de la représentation et vit l’expérience lui-même. En marchant sur la corde raide entre rires et émotions, Annie Baker signe avec ce bijou une tranche de vie authentique, sans happy end et sans dénouement tragique non plus. Juste la vie comme elle va, profonde et légère. Un spectacle qui, quand les lumières se rallument, nous laisse un sourire rêveur, pour longtemps. Le samedi 3 février, Cécile Van Snick sera l'Iinvité du Public. > Plus d'info sur www.theatrelepublic.be. UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC, DE L’ATELIER THÉÂTRE JEAN VILAR ET DU THÉÂTRE DE LIÈGE. Photo © Gregory Navarra
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be