Evénements du 10 janvier 2018

  • Le Silence de Lorna

    06.01.2018  >  01.02.2018

    • Cinéma
    Le conflit moral d’une immigrée albanaise, prise au piège de calculs tordus échafaudés sous la pression de truands mafieux. 

    Lire la suite

    Le conflit moral d’une immigrée albanaise, prise au piège de calculs tordus échafaudés sous la pression de truands mafieux. Une fable noire et acérée, qui révéla une actrice remarquable, et un Prix du scénario à Cannes pour les frères Dardenne. Flagey, Cinematek € 7 > 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • L’herbe de l’oubli

    09.01.2018  >  03.02.2018

    • Théâtre
    Tchernobyl, en Russe, se traduit absinthe, l’herbe de l’oubli…

    Lire la suite

    Le 26 avril 1986, le cœur du réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl explose et prend feu, projetant un nuage de radioactivité dont on a retrouvé des traces dans toute l’Europe. Poussières, aérosols et gaz radioactifs (dont le césium et l’iode) sont projetés dans l’atmosphère. Le quatrième réacteur, nom de code « Abri », conserve toujours dans son ventre gainé de plomb et de béton armé, près de vingt tonnes de combustible nucléaire. Et trente ans après, quelles leçons retient-on de cette explosion ? Composé à partir de la parole de survivants à la catastrophe, d’habitants proches de la zone d’exclusion en Biélorussie, de scientifiques actifs dans le dépistage de césium 137, de personnes ressources partisanes - ou non - du nucléaire qu’a rencontrés la compagnie Point Zéro ; L’herbe de l’oubli, s’inspire de la prise de témoignages réalisée à Tchernobyl par Svetlana Alexievitch, prix Nobel de Littérature 2015 (La Supplication, éditions JC Lattès). L’utilisation des marionnettes au théâtre est la marque de fabrique de la compagnie Point Zéro (Les Trois Vieilles et L’Ecole des Ventriloques de Jodorowsky, GunFactory,…), celle-ci apporte à L’herbe de l’oubli l’indispensable humanité et la poésie qui permettent de mettre le sujet à distance.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • Quelques Rêves Oubliés

    09.01.2018  >  13.01.2018

    • Théâtre
    Tard le soir, dans un train, trois personnes voyagent ensemble : une chanteuse populaire, son manager et son assistante. Le trajet est long, ils se laissent aller à des petits bout de rêveries avortés. L’univers visuel et sonore s’installe progressivement et nous plonge dans un monde étrange et onirique.

    Lire la suite

    Un moment en supsens dans le temps qui nous rappelle les conversations que l’on entend d’ordinaire sans vraiment les écouter. Les drames personnels sont présents mais à peine exprimés. Ou bien si pudiquement qu’ils invitent notre imaginaire à les laisser éclore. Dans la culture japonaise, les faits sont rarement évoqués de manière explicite et celui qui écoute est sans cesse obligé de faire des choix d’interprétation. Une pièce qui se crée à Kinosaki au moment où ces quelques lignes sont écrites. Ce texte d'Oriza Hirata est monté pour la première fois en français. Projet initié lors de son travail de fin d’étude à l’INSAS, Camille Panza reçoit le Prix Marie-Paule Godenne suite à la présentation d’une forme courte de Quelques rêves oubliés. Nous présentions une nouvelle étape de ce travail lors des journées LookIN’OUT en octobre 2016. Et nous voici en route avec ERSATZ pour présenter la première de ce spectacle, rencontre entre arts numériques et théâtre.
    Lieu
    Le 140
    Avenue Eugène Plasky, 140
    1030 Schaerbeek
    Tél : 02 733 50 19
    Réservation : 02-733.97.08
    tickets@le140.be
    http://www.le140.be
  • Les Carnets du sous-sol

    09.01.2018  >  20.01.2018

    • Théâtre
    Souffrant d’une misanthropie pathologique, un homme s’est retiré du monde. Depuis 20 ans dans sa cave, cet homme-rat ressasse sans cesse le souvenir de l’échec de sa vie : une femme-brebis égarée qu’il aurait voulu ramener dans le troupeau.

    Lire la suite

    Souffrant d’une misanthropie pathologique, un homme s’est retiré du monde. Depuis 20 ans dans sa cave, cet homme-rat ressasse sans cesse le souvenir de l’échec de sa vie : une femme-brebis égarée qu’il aurait voulu ramener dans le troupeau. Le personnage central des Carnets du sous-sol est le grand frère de tous les personnages célèbres de Dostoïevski. Et il est particulièrement « dostoïevskien ». Il est tourmenté, bourré de contradictions et incapable d’aimer. Dostoïevski commence ce roman par l’avertissement suivant : L’auteur de ces « carnets » comme les « carnets » eux-mêmes sont, bien entendu, imaginaires. Pourtant, non seulement des hommes comme l’auteur des carnets peuvent exister dans notre société mais, en raison des circonstances générales dans lesquelles celle-ci s’est formée, il était fatal qu’ils y existassent. J’ai voulu évoquer à la face du public, avec un peu plus de relief que de coutume, un de ces caractères qui appartiennent à un passé récent. Cet homme est le représentant d’une génération en survie… André Gide a dit à propos de ce roman : « Je crois que nous atteignons, avec Les Carnets du sous-sol, le sommet de la carrière de Dostoïevski. Je le considère, ce livre (et je ne suis pas le seul), comme la clé de voûte de son œuvre entière.
    Lieu
    Le boson
    Chaussée de Boondael, 361
    1050 Ixelles
    Tél : +32 471 32 86 87
    Réservation : +32 471 32 86 87
    reservations@leboson.be
    http://www.leboson.be
  • Cercle miroir transformation

    09.01.2018  >  10.02.2018

    • Théâtre
    Version belge d’un joli succès à Avignon et New York, cette comédie explore les six semaines de thérapie de cinq personnes qui seraient en fait trop gênées pour s’inscrire à une thérapie de groupe !

    Lire la suite

    « Qu’est-ce qu’on serait heureux si on l’était ! » Woody Allen Dans un petit village du Vermont, c’est l’été. Quelques personnes participent à un atelier théâtre. Sous la houlette de leur coach dynamique, une adolescente rêveuse, un ouvrier divorcé, une comédienne en plein questionnement et le mari de la coach dévoilent peu à peu leurs aspirations profondes et leurs fragilités. Au fil des exercices incongrus, chacun dépasse ses complexes, sa peur du ridicule et ses blessures camouflées. Cet atelier va changer leur vie ! Version belge d’un joli succès à Avignon et New York, cette comédie explore les six semaines de thérapie de cinq personnes qui seraient en fait trop gênées pour s’inscrire à une thérapie de groupe ! En rappelant que nos aspirations butent souvent sur des réalités banales, le spectateur se faufile sous le voile de la représentation et vit l’expérience lui-même. En marchant sur la corde raide entre rires et émotions, Annie Baker signe avec ce bijou une tranche de vie authentique, sans happy end et sans dénouement tragique non plus. Juste la vie comme elle va, profonde et légère. Un spectacle qui, quand les lumières se rallument, nous laisse un sourire rêveur, pour longtemps. Le samedi 3 février, Cécile Van Snick sera l'Iinvité du Public. > Plus d'info sur www.theatrelepublic.be. UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC, DE L’ATELIER THÉÂTRE JEAN VILAR ET DU THÉÂTRE DE LIÈGE. Photo © Gregory Navarra
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Métamorphoses

    10.01.2018  >  10.02.2018

    • Théâtre
    « Je me propose de dire les métamorphoses des formes en des corps nouveaux » C’est par ces mots que s’ouvre le long poème d’Ovide, qui conte deux cent trente et une histoires de métamorphoses. Vaste récit, où se bousculent, dans un agencement improbable, des légendes et les fragments réécrits des grandes voix du passé : Homère, Hésiode, les Tragiques grecs, Lucrèce et Virgile...

    Lire la suite

    « Je me propose de dire les métamorphoses des formes en des corps nouveaux » C’est par ces mots que s’ouvre le long poème d’Ovide, qui conte deux cent trente et une histoires de métamorphoses. Vaste récit, où se bousculent, dans un agencement improbable, des légendes et les fragments réécrits des grandes voix du passé : Homère, Hésiode, les Tragiques grecs, Lucrèce et Virgile... On y croise des dieux, des héros et des hommes qui, soumis à l’action de la passion, se transforment. Animaux, arbres, fleurs, pierres, rivières ou souffles : rien ne perdure et tout se transforme... « Il n’y a rien de stable dans l’univers entier ; tout passe, toutes les formes ne sont faites que pour aller et venir. Ce que nous avons été, ce que nous sommes, nous ne le serons plus demain. » L’œuvre fut une source d’inspiration majeure durant la Renaissance et l’époque baroque, particulièrement dans la peinture et en musique. Convoquer cette matière sur un plateau de théâtre aujourd’hui suppose de lui faire subir à son tour une métamorphose, une transformation qui lui confère une actualité, une raison d’être qui soit autre que purement muséale. Le projet propose une cohabitation dynamique entre les récits d’Ovide et une pensée contemporaine qui redé nit la notion du vivant. Sujet, dont s’emparent la philosophie, l’éthologie, l’écologie et les approches somatiques ... Au-delà des mots, il s’agit d’inventer une forme théâtrale hybride, qui convoque l’évènement de la métamorphose et l’émotion qui l’accompagne. Invitation à voir... A voir un quelque chose muter, devenir un tout autre. Le plateau de théâtre, tel un grand laboratoire, pour explorer l’impermanence, le ux du désir et du vivant... Pascal CROCHET
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • It’s going to get worse and worse and worse, my friend

    10.01.2018  >  11.01.2018

    • Spectacle

    Lire la suite

    Un discours peut être une arme puissante. À travers les siècles, il a galvanisé et poussé à l’action d’innombrables foules, à bon comme à mauvais escient. Porté par la force incommensurable des mots, le discours a déclenché des révolutions et alimenté des guerres. Mais un discours ne touche pas seulement ses auditeurs, il plonge également l’orateur dans un état d’exaltation. Il n’est pas rare que celui-ci se perde dans un flot de paroles extatique et dans l’ivresse qu’elles suscitent. Dans It’s going to get worse and worse and worse, my friend, Lisbeth Gruwez donne corps à l’archétype du grand orateur. Plutôt que de se focaliser sur le contenu de ses mots envoûtants, elle déconstruit l’extase passionnée dans laquelle il est immergé. Le spectacle était par ailleurs le point de départ du « triptyque du corps extatique », une trilogie qu’elle a complétée par AH/HA (2014) et We’re pretty fuckin' far from okay (2016). Pour le paysage sonore auquel Gruwez vise dans sa recherche, l’artiste sonore Maarten Van Cauwenberghe a déconstruit un discours de Jimmy Swaggart, un télévangéliste fervent qui exhorte son public à ne pas se livrer à toutes sortes de tentations de ce monde. C’est avec les paroles inquiétantes de ce prédicateur que Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe (qui forment ensemble la compagnie Voetvolk) ont assis leur solide réputation. It’s going to get worse and worse and worse, my friend a été sélectionné pour le TheaterFestival 2012 et tourne encore en Belgique et à l’étranger. Entre-temps, c’est une des productions théâtrales belges les plus jouées à ce jour.
    Lieu
    KVS_Bol
    Rue de Laeken, 146
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-210.11.12
    Réservation : 02-210.11.12
    tickets@kvs.be
    http://www.kvs.be
  • Ciné Soupe

    10.01.2018

    • Cinéma

    Lire la suite

    Séance de courts-métrages d’animation suivie d’une rencontre et d’une soupe. Les films ont un goût de découverte, et posent sur notre société un regard tantôt critique, tantôt comique, bien souvent poétique. Rejoignez-nous pour ce délicieux programme, puis échangeons ensemble sur les films, autour d’un savoureux bol de soupe aux doux légumes de saison. PRÉVENTE EN LIGNE: 4,50 € | 3 € (-26 ans, seniors, allocataires sociaux) SUR PLACE: 5 € | 3,50 € (-26 ans, seniors, allocataires sociaux) | 1,25 € (art.27) Groupes associatifs | Article 27 : Réservation par téléphone au 02 538 90 20
    Lieu
    Centre Culturel Jacques Franck
    Chaussée de Waterloo, 94
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.90.20
    Réservation : 02-538.90.20
    info@lejacquesfranck.be
    http://www.lejacquesfranck.be
  • A Poet (Puisi Tak Terkuburkan) by Garin Nugroho

    10.01.2018

    • Cinéma
    L’histoire vraie du poète Ibrahim Kadir, qui fut témoin et décrivit les massacres qui coutèrent la vie à environ 500 000 communistes présumés en 1965.

    Lire la suite

    A Poet Puisi Tak Terkuburkan | Indonésie | 2000 | 90' | ST. FR-EN En présence du réalisateur Réalisé par Garin Nugroho Avec Ibrahim Kadir A Poet raconte l'histoire véridique d’Ibrahim Kadir, le célèbre poète de didong (un style de ballade). Lorsque le président indonésien Suharto arriva au pouvoir en 1965, Kadir fut emprisonné et fut témoin des massacres d'environ 500 000 communistes présumés. Ses poèmes humanistes recréent cette époque. Locarno International Film Festival Léopard d'Argent, Meilleur film - Vidéo Singapore International Film Festival Prix FIPRESCI/NETPAC, Garin Nugroho Singapore International Film Festival Ibrahim Kadir, Meilleur acteur 8€ Tarif plein 6,75€ Tarif réduit 1,25€ Article 27 20€ Pass 5 films 60€ Pass complet
    Lieu
    Cinéma Vendôme
    Chaussée de Wavre, 18
    1050 Ixelles
    Tél : 02-502.37.00
    Réservation : 02-512.65.53
    info@cinema-vendome.be
    http://www.cinema-vendome.be/
  • Lovely Man Précédé du court métrage "The Fox Exploits the Tiger’s Might"

    10.01.2018

    • Cinéma
    Saiful, un prostitué travesti, se confronte à sa fille qu’il a abandonnée, devenue une adolescente élevée dans la religion musulmane. La rejetant avec colère dans un premier temps, il s’ouvre peu à peu à elle et lui révèle de dures vérités sur son mariage et sa profession.

    Lire la suite

    Lovely Man Indonésie | 2015 | 97' | ST. FR-EN En présence du réalisateur Réalisé par Teddy Soeriaatmadja Avec Donny Damara, Raihaanun, Yayu A.W. Unru Un prostitué travesti, Saiful, se trouve confronté par sa fille adolescente qu'il a autrefois abandonnée et qui a été élevée par des musulmans. Si au début, Saiful repousse la jeune fille avec véhémence, il s'ouvre peu à peu à elle et révèle les dures vérités sur son mariage et sur son manque totale de honte envers sa profession. Asian Film Award Meilleur acteur Osaka Asian Film Festival Mention spéciale Tiburon International Film Festival Meilleur film & meilleur réalisateur The Fox Exploits the Tiger's Might Indonésie| 2015 | 25' | ST. FR-EN Réalisé par Lucky Kuswandi Avec Atreyu Artax Moniaga, Kemas Fauzan & Stefanny Marcelina Sugiharto The Fox Exploits the Tiger's Might (Le renard exploite la force du tigre) raconte l'histoire de deux jeunes garçons qui, dans le contexte social compliqué d'une petite ville de province, découvrent leur sexualité et la relation entre le pouvoir et le sexe. David est le fils vantard d'un officier de haut rang, alors que la famille d'Aseng vend du tabac et des boissons alcoolisées et appartient à une minorité ethnique. Cannes Film Festival Discovery Award (nominé) Jogja-NETPAC Asian Film Festival Student Award Singapore Internation Film Festival Meilleur court métrage (Asie du Sud-Est) & Meilleur réalisateur 8€ Tarif plein / 6,75€ Tarif réduit / 1,25€ Article 27 / 20€ Pass 5 films / 60€ Pass complet
    Lieu
    Cinéma Vendôme
    Chaussée de Wavre, 18
    1050 Ixelles
    Tél : 02-502.37.00
    Réservation : 02-512.65.53
    info@cinema-vendome.be
    http://www.cinema-vendome.be/