Evénements du 11 décembre 2017

  • Maison Jamaer

    17.10.2017  >  17.12.2017

    • Visites Guidées
    En 1876, Pierre Victor Jamaer construit sa maison personnelle en style néo-Renaissance flamande... 

    Lire la suite

    En 1876, Pierre Victor Jamaer construit sa maison personnelle en style néo-Renaissance flamande. Il devient architecte de la Ville en 1847 et joue un rôle important dans la restauration de plusieurs maisons de la Grand-Place et construit la Maison du Roi en style néogothique.  Après une importante restauration de deux années, la maison Jamaer a retrouvé son éclat d'origine et accueille aujourd'hui des chambres et une table d'hôtes. Après la visite, vous serez invités pour le thé. Prix : 16€ ( comprend le thé et la collation)
    Lieu
    La Maison Jamaer
    Avenue de Stalingrad, 62
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 477 30 99 49
    maisonjamaer@gmail.com
    http://www.maisonjamaer.be
  • Visites guidées à la carte - Robert Doisneau

    22.10.2017  >  17.12.2017

    • Visites Guidées
    Chaque dimanche (à l’exception du 24.12 et du 31.12) un guide vous accueille dans l’exposition ROBERT DOISNEAU + HOP-lab.

    Lire la suite

    Inédite en Belgique, l’exposition rétrospective dédiée à l’illustre photographe français Robert Doisneau est un événement incontournable. Le Musée d’Ixelles et l’Atelier Robert Doisneau vous proposent de renouer avec la candeur, la malice et la beauté du quotidien au gré d’un parcours présentant les clichés vintages les plus célèbres de l’artiste ainsi que des séries méconnues. Artiste engagé, viscéralement humaniste, Robert Doisneau livre un univers singulier qui se donne au regard de tous par sa poésie et, encore aujourd’hui, par son actualité.
    Lieu
    Musée d'Ixelles
    Rue Jean Van Volsem, 71
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 515 64 22
    Réservation : +32 2 515 64 21
    musee@ixelles.be
    http://www.museedixelles.be
  • Shapeshifters 2017

    25.10.2017  >  12.12.2017

    • Cours, Stages et Ateliers

    Lire la suite

    In this edition, we continue to explore to what extent nature can be altered, bent, or hacked by the interference of designers and artists. How do they facilitate the visualisation of transformations and complex processes in our natural systems? Six designers/researchers reflect on how these evolutions lead to fundamental shifts on our Anthropocene planet and beyond.   Wed 25 October: Angelo Vermeulen and Carolina Ramirez-Figueroa Wed 29 November: Daisy Ginsberg and Špela Petrič Tue 12 December: Iohanna Nicenboi and AnneMarie Maes — In collaboration with LUCA School of Arts Brussel  www.shapeshifters.be www.luca-arts.be
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-550.03.50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Julie & Lilian - a 1 man and 1.5 woman show

    28.10.2017  >  16.12.2017

    • Spectacle
    Julie trouvait que faire un one-man-show tout seul, c’était trop cliché ; pour Lilian, il n’y avait pas photo. Concrètement, Il est mignon et dégueulasse. Elle, looseuse et ça la turlupine. Ils se réunissent donc pour partager leurs vies et leurs vues en mode tendre / trash. Déconseillé aux jeunes de moins de 14 ans.

    Lire la suite

    Tous deux faiseurs de stand-up, Julie et Lilian se sont rencontrés autour d'une virgule qui claquait bien dans un sketch. Et de point d'exclamation en paragraphe, ils ont compris qu'ils n'étaient pas forcément d'accord, voire férocement pas d’accord, avec "ce qu'on dit." Et puis, Julie trouvait que faire un one-man-show tout seul, c’était trop cliché ; pour Lilian, il n’y avait pas photo. Concrètement, Il est mignon et dégueulasse. Elle, looseuse et ça la turlupine. Ils se réunissent donc pour partager leurs vies et leurs vues en mode tendre / trash. Déconseillé aux jeunes de moins de 14 ans (ils parleront peut-être de Playmobil et plus certainement de sexe). Première partie: Simon Vandamme
    Lieu
    Le Petit Chapeau Rond Rouge
    Rue Père Eudore Devroye, 12
    1040 Etterbeek
    Tél : 0498-51.35.63
    info@lepetitchapeaurondrouge.be
    http://www.lepetitchapeaurondrouge.be
  • Down and out - Le cercle vicieux de la précarité / expo

    31.10.2017  >  23.12.2017

    • Exposition
    Photographe, réalisateur, vidéaste, Loïc Delvaulx capture des récits et donne à voir des histoires. Des histoires d’âmes et de vies. Le documentaire photographique Down & Out raconte des chutes. Des virages mal négociées, une descente tantôt lente, tantôt subite. La pauvreté extrême. Celle qui nous effraie tous, nous isole, qui provoque l'exclusion du genre humain.   "MICHEL 2017", un texte d'Olivier Bailly sur l'exposition "En 2008, dans le cadre d’un livre sur les bénéficiaires du Samusocial (Down & Out), Loïc Delvaulx rencontre Michel. Ce jeune gars (31 ans) connaît alors sa première nuit dans les rues de Bruxelles. Il est balafré par la vie, rongé par l’alcool depuis ses 14 ans. Le médecin qui le suit est clair : « Vous n’arriverez pas à 40 ans »... lire la suite   A propos de Loïc Delvaulx Photographe, réalisateur, vidéaste, Loïc Delvaulx capture des récits et donne à voir des histoires. Des histoires d’âmes et de vies. Depuis la fin de ses études en Communications sociales à l’IHECS (Bruxelles), ses activités photographiques et cinématographiques l’ont amené à voyager sur tous les continents et à se concentrer essentiellement sur des thèmes sociaux, politiques et culturels. Pendant plusieurs années, il a travaillé sur l’exclusion sociale et la problématique du logement en Europe. « Si je photographie ces vies, si je passe du temps dans ces rencontres, c’est simplement parce que je ne peux pas rester indifférent à l’exclusion. Me connecter à l’humain à même ce chaos me rassure et m’enlève une forme de tristesse que j’éprouve par moment dans ce monde complexe où je ne trouve pas toujours ma place. Je tente de comprendre… parfois j’enrage. Rencontrer l’autre c’est aussi me rencontrer. Dans ma démarche, sans doute y-a-t-il aussi une quête de sens.» LOÏC DELVAULX Si vous désirez acquérir le recueil de photographie DOWN AND OUT ou contacter Loïc Delvaulx, nous vous invitons à visiter sa page officielle: www.loicdelvaulx.com

    Lire la suite

    Photographe, réalisateur, vidéaste, Loïc Delvaulx capture des récits et donne à voir des histoires. Des histoires d’âmes et de vies. Le documentaire photographique Down & Out raconte des chutes. Des virages mal négociées, une descente tantôt lente, tantôt subite. La pauvreté extrême. Celle qui nous effraie tous, nous isole, qui provoque l'exclusion du genre humain.   "MICHEL 2017", un texte d'Olivier Bailly sur l'exposition "En 2008, dans le cadre d’un livre sur les bénéficiaires du Samusocial (Down & Out), Loïc Delvaulx rencontre Michel. Ce jeune gars (31 ans) connaît alors sa première nuit dans les rues de Bruxelles. Il est balafré par la vie, rongé par l’alcool depuis ses 14 ans. Le médecin qui le suit est clair : « Vous n’arriverez pas à 40 ans »... lire la suite   A propos de Loïc Delvaulx Photographe, réalisateur, vidéaste, Loïc Delvaulx capture des récits et donne à voir des histoires. Des histoires d’âmes et de vies. Depuis la fin de ses études en Communications sociales à l’IHECS (Bruxelles), ses activités photographiques et cinématographiques l’ont amené à voyager sur tous les continents et à se concentrer essentiellement sur des thèmes sociaux, politiques et culturels. Pendant plusieurs années, il a travaillé sur l’exclusion sociale et la problématique du logement en Europe. « Si je photographie ces vies, si je passe du temps dans ces rencontres, c’est simplement parce que je ne peux pas rester indifférent à l’exclusion. Me connecter à l’humain à même ce chaos me rassure et m’enlève une forme de tristesse que j’éprouve par moment dans ce monde complexe où je ne trouve pas toujours ma place. Je tente de comprendre… parfois j’enrage. Rencontrer l’autre c’est aussi me rencontrer. Dans ma démarche, sans doute y-a-t-il aussi une quête de sens.» LOÏC DELVAULX Si vous désirez acquérir le recueil de photographie DOWN AND OUT ou contacter Loïc Delvaulx, nous vous invitons à visiter sa page officielle: www.loicdelvaulx.com
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • L’écriture au singulier

    07.11.2017  >  19.12.2017

    • Cours, Stages et Ateliers

    Lire la suite

    Cet atelier d'écriture narrative propose une formation, à la fois accompagnée et concrète, insistant sur le développement de la part singulière que recèle l'écriture de tout écrivant. Il s'agit de découvrir puis d'apprivoiser un chemin d'écriture, unique et personnel : roman, nouvelle, poésie, chanson, récit de vie, textes courts ... et au-delà puisque celui/celle qui écrit, prenant la plume, est chaque fois en situation d'inventer son propre genre littéraire, hors des catégorisations et modèles standardisés. Chacun/e aura ici la possibilité d'en faire l'expérience d'une façon naturelle, comme on pèle une pomme, de partir à l'aventure de son langage, sa manière de mettre en scène le monde, les autres, soi-même et ce, en s'autorisant les maladresses et tâtonnements inhérents à tout apprentissage. Nombre maximum de participants : 10
    Lieu
    La Maison du Livre
    Rue de Rome, 24 28
    1060 Saint-Gilles
    Tél : + 32 (0)2 543 12 20
    info@lamaisondulivre.be
    http://www.lamaisondulivre.be
  • Marguerite Yourcenar - cycle de conférences

    15.11.2017  >  17.12.2017

    • Conférences et congrès
    Dans le cadre du cycle "Marguerite Yourcenar", tous les dimanche à 14h, la représentation du spectacle est précédée d’une conférence de Michèle Goslar, directrice du CIDMY

    Lire la suite

    * Dimanche 19 novembre à 14h : « L’être que j’appelle moi » Présentation de Marguerite Yourcenar, de la rencontre manquée de ses futurs parents rue d’Écosse, de sa vie et de son œuvre à partir du livre Marguerite Yourcenar en images et des photographies qui seront exposées dans le bar durant les événements. * Dimanche 26 novembre à 14h : Marguerite Yourcenar, écologiste avant la lettre Depuis sa tendre jeunesse, Marguerite Yourcenar s’est préoccupée des « actes d’apprenti sorcier » de l’homme, à la fois à l’égard de la nature, des bêtes, des hommes. Elle a dénoncé, tout au long de son œuvre et par des messages à des personnalités de toutes espèces, la pollution de l’air, de l’eau, de la terre, le massacre des animaux, les méfaits du progrès et de la démographie galopante, de l’industrialisation, du pouvoir de la finance sur le politique, de notre civilisation du « gâchage ». * Dimanche 3 décembre à 14h : Marguerite Yourcenar et le sacre « Qui que ce soit qu’il soit » ou « Celui qui Est peut-être », Dieu, pour Marguerite Yourcenar ne se manifeste que dans la beauté de la nature, le vol d’oiseaux, un coucher de soleil particulier, le perce-neige qui transperce la couche glaciale. Refusant les dogmes de l’église catholique, elle voyait Dieu plutôt dans la forêt que dans l’église. * Dimanche 10 décembre à 14h : Marguerite Yourcenar et le bonheur Dans "Feux", on peut lire « Qu’il eût été fade d’être heureux ». Marguerite Yourcenar exclue du bonheur. Rencontres et déceptions. Le bonheur défini comme « sous-produit ». * Dimanche 17 décembre à 14h : « Les Coulisses d’une élection » (à l’Académie française) Que se passa-t-il avant et pendant l’élection de Marguerite Yourcenar comme première immortelle ? Comment a-t-elle réagi à cette opportunité ? Qui et pourquoi l’a-t-on élue à l’Académie française ? Les dessous et les coulisses d’une élection très médiatisée. ++ Licenciée en philosophie et lettres, Michèle Goslar suit une carrière dans l’enseignement. La mort de Marguerite Yourcenar la pousse à se consacrer à des recherches autobiographiques sur l’auteur de Feux. Elle accumule alors des documents qu’elle met à la disposition du public en créant en 1989, à Bruxelles, le Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar. Depuis la création du Cidmy, Michèle Goslar en assure la permanence et en organise les activités : colloques, expositions, spectacles, conférences, visites guidées, voyages, animations scolaires… Sa biographie de Marguerite Yourcenar est éditée en 1997 sous le titre : Yourcenar. Biographie. « Qu’il eût été fade d’être heureux » (rééditée, corrigée et augmentée en 2014). Le livre obtint le premier prix littéraire du Cercle Gaulois en 2000.
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Délestage

    28.11.2017  >  23.12.2017

    • Théâtre
    « Oui, m'dame, à Kinshasa, la mort est un état civil qui nous colle à la peau et on s'en moque. Comme ces gamins qui jouent au football avec elle dans le quartier, pieds nus, en chevauchant des câbles électriques dénudés et béants au sol et on s'en moque ».

    Lire la suite

    Un congolais est arrêté en situation irrégulière à Bruxelles lors d’un contrôle policier, suspecté d’être un terroriste potentiel - on est au lendemain des attentats en Europe - il est interrogé par des policiers avec lesquels il partage une même passion pour l’Euro de foot et l’équipe nationale Belge. Entre supporters il se croit naïvement tiré d’affaire, mais ce soir-là les Diables Rouges perdent le match contre le Pays de Galles et il est transféré en centre fermé… Là, face à une avocate commise d’office et peu motivée, il parle de son pays… Avec en vrac : Papa Wemba, la Cour pénale de La Haye, les migrants, les chiottes collectives, les délestages en tous genres, le terrorisme, les casques bleus, le Dieu Coltan, la rumba des kalachs, le ndombolo-couper-décaler des élections libres et, bien sûr, l’article 15 de la constitution populaire : « débrouillez-vous »… La création de Délestage s’inscrit bien dans le développement d’une coopération artistique entre des acteurs majeurs de Belgique et du Congo, dont le Théâtre de Poche est l’initiateur et le réceptacle depuis vingt ans. Délestage est une « kinoiserie » drôle, émouvante, interpellante, d’une sincérité troublante. « Il y a quelque chose d’inquiétant dans l’humour de ce jeune auteur congolais, un peu comme le rire d’une hyène qui va passer à table » Roland Mahauden.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-649.17.27
    Réservation : 02-649.17.27
    http://www.poche.be
  • L’affaire de la rue de Lourcine

    29.11.2017  >  16.12.2017

    • Théâtre
    Lenglumé, bourgeois noceur qui, un matin de gueule de bois, trouve dans son lit un homme dans le même état, Mistingue ; il bascule, lui et sa raison, dans une « lacune » de sa nuit et par un faisceau d’indices abracadabrants en vient à imaginer qu’ils sont les assassins d’une charbonnière, rue de Lourcine, dans les dédales d’un vieux Paris interlope.

    Lire la suite

    Lenglumé, bourgeois noceur qui, un matin de gueule de bois, trouve dans son lit un homme dans le même état, Mistingue ; il bascule, lui et sa raison, dans une « lacune » de sa nuit et par un faisceau d’indices abracadabrants en vient à imaginer qu’ils sont les assassins d’une charbonnière, rue de Lourcine, dans les dédales d’un vieux Paris interlope. Pour faire disparaître les preuves de leur culpabilité, ils se révèleront capables du pire : l’assassinat de tous les témoins de leur forfait jusqu’à leur élimination réciproque. Un retournement improbable de dernière minute viendra stopper l’escalade meurtrière : le journal à la base du délire datait de l’an dernier – et tout termine en happy end chanté, avec pour seule victime la chatte Moumoutte. Comme souvent chez Labiche, la poésie nous attrape par surprise, entre méchanceté et tendresse, dans un monde archaïque en déroute qui frise assez vite avec l’absurde. C’est une poésie de la médiocrité, du dérisoire, de l’insondable bêtise de la petite bourgeoisie française, qu’on sait encore disposée au pire dans ses convulsions contemporaines, et dont Labiche a fait son monde. Pourtant, selon moi, ce théâtre ne relève pas de la « critique sociale », même si certaines répliques font preuve d’une cruauté et d’un cynisme sournois – je pense par exemple à « Ah pour cela point d’embarras, la conscience, ami, ça n’se voit pas ! ». Il se joue ailleurs, peut-être dans une poétique du dérèglement. Dans l’entre deux du matin, dans les brumes du madère et bientôt du curaçao, un trou s’ouvre dans le soi, et dans l’angoisse de la « lacune », le sens, et peut- être même l’identité vacillent. Et quand le personnage ne peut plus parler, que la crise le pétrifie, il se met, délire surréaliste, à improviser de monstrueuses chansons pour noyer la béance de son vide – sur des airs piqués aux théâtres voisins, pour la plupart complètement oubliés, entre cabaret et parodie du grand opéra. Thibaut WENGER
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La solitude du mammouth

    30.11.2017  >  23.12.2017

    • Théâtre
    Quand il m’a dit : « Bérénice, j’ai rencontré quelqu’un », comme le mammouth j’ai senti la terre se refroidir, quelque chose qui vous paralyse insensiblement. Un monologue drôle, cruel et déjanté qui parle de ce que nous faisons de nos colères et de notre désir de vengeance, notre faculté à sublimer les émotions qui nous traversent.

    Lire la suite

    C’est quelque chose de penser qu’un jour on va disparaître et que le monde poursuivra sa course ronde. On croît sa vie solide et un beau matin on réalise qu’elle ne tient qu’à un fil : une bulle d’air, un caillot, un caillou, une fissure, des villages entiers disparaissent en une fraction de seconde, des avions explosent en plein vol, des bateaux chavirent. Vous êtes rayés de la carte et le reste du monde continue pourtant à aller de l’avant. Cette absence de mémoire, c’est d’une injustice fondamentale. Comme pour les mammouths. L’humanité leur doit tellement. Ils nous ont tout donné, leurs défenses, leur peau, leurs os, leur graisse, leurs poils et qu’est-ce que l’humanité a fait pour eux lorsque le froid est arrivé ? Nada. Elle les a laissé sombrer dans l’ère glaciaire. Et quand il m’a dit : « Bérénice, j’ai rencontré quelqu’un », comme le mammouth j’ai senti la terre se refroidir, quelque chose qui vous paralyse insensiblement. Au début je me suis dit, ça va aller, j’en ai déjà vu des vertes et des pas mûres, comme le mammouth avec tous ses poils, toute sa graisse, rien ne peut m’arriver, et j’ai pensé : « Béré, il faut que tu restes digne, Brice a quelque chose à te dire, quelque chose d’important, tant qu’il y a des mots, il y a de l’espoir ». Et comme le mammifère du Pléistocène inférieur, je suis restée là, immobile, souriante, stupide à croire que j’allais m’en sortir. Je crois que je suis restée longtemps sans bouger. Et puis, un jour, j’ai arrêté de pleurer, de rester figée, de soupirer. J’ai relevé la tête et j’ai dit : « Ça ne peut plus continuer. » Ce n’est pas vraiment ça que j’ai dit. Ça ressemblait plutôt à un cri préhistorique du genre : « Putain de bordel de Dieu de merde ! » Un monologue drôle, cruel et déjanté qui parle de ce que nous faisons de nos colères et de notre désir de vengeance, notre faculté à sublimer les émotions qui nous traversent. Geneviève DAMAS & Emmanuel DEKONINCK
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be