Evénements du 2 décembre 2017

  • Immanences

    02.11.2017  >  02.12.2017

    • Exposition
    L'immanence est un terme philosophique qui désigne le caractère de ce qui a son principe en soi-même.

    Lire la suite

    L'immanence est un terme philosophique qui désigne le caractère de ce qui a son principe en soi-même. Un principe métaphysique immanent est donc un principe dont non seulement l'activité n'est pas séparable de ce sur quoi il agit, mais qui le constitue de manière interne. La communauté des Immanents regroupe du 14 au 25 août 2017 à la Bellone, des individus contributeurs qui persistent à penser que tout est contenu dans la nature de l’être. Leur action réside dans la nécessité d’agencer un biotope dans lequel seul le désir sera moteur. Ils vivent une vie tramée par le désir, emportée par les devenirs, affectée par une vitesse que seul le futur peut accorder. Les Immanents génèrent une urgence, le présent qui est pure dépense et qui injurie l’avenir et l’économie. Il est question de plaisir immédiat qui n’est pas rapport à l’avenir, parce qu’inutile. C’est un étourdissement, un engloutissement du temps et des significations, mais pas du sens. Une consumation, gratuite, sans avarice, sans peur de manquer plus tard, parce que l’insouciance est de rigueur. L'action des Immanents n’est pas un investissement, c’est une sorte d’anéantissement périodique de la société. C’est un gaspillage gratuit au sens économique, pas au sens politique. Les Immanents se constituent d'individus volontaires, répondant à l'invitation suscitée par le désir de rejoindre cette expérience artistique et politique. Ils dansent jusqu’à l’épuisement, désireux d'entreprendre une révolte. Une danse persistante d’individuation collective qui donne à voir l’irréductibilité de l’être en présence. Nus, ils sont autant d’affirmations de soi que de revendications sociales, esthétiques, économiques. IMMANENCES sera présentée sous la forme d’une exposition. L’installation témoignera des rencontres effectuées en août : les vidéos d’Immanents, et des transparences sonores, vidéos, graphiques, etc…
    Lieu
    Maison du Spectacle - la Bellone
    Rue de Flandre, 46
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 25133333
    infos@bellone.be
    http://www.bellone.be
  • Marie-Madeleine ou le Salut

    15.11.2017  >  03.12.2017

    • Théâtre
    « Je m’appelle Marie. On m’appelle Madeleine. » Le monologue parle de ce trouble identitaire qui va de Marie - un peu espiègle et séductrice - à Marie-Madeleine, la courtisane, et enfin à Madeleine, l’amoureuse de Dieu.

    Lire la suite

    Yourcenar s’interroge sur la valeur du sacrifice de soi, la suprématie de la passion sur l’amour, l’illusion du bonheur… « Il ne m’a sauvée ni de la mort, ni des maux, ni du crime car c’est par eux qu’on se sauve. Il m’a sauvé du bonheur. » « Interprété par Laetitia Chambon, jeune comédienne pleine encore de la révolte nécessaire pour incarner Marie-Madeleine, dans une mise en scène de Monique Lenoble, autre crinière prometteuse d’absolu, ce monologue sera bouleversant. » (Michèle Goslar)
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Marguerite Yourcenar - cycle de conférences

    15.11.2017  >  17.12.2017

    • Conférences et congrès
    Dans le cadre du cycle "Marguerite Yourcenar", tous les dimanche à 14h, la représentation du spectacle est précédée d’une conférence de Michèle Goslar, directrice du CIDMY

    Lire la suite

    * Dimanche 19 novembre à 14h : « L’être que j’appelle moi » Présentation de Marguerite Yourcenar, de la rencontre manquée de ses futurs parents rue d’Écosse, de sa vie et de son œuvre à partir du livre Marguerite Yourcenar en images et des photographies qui seront exposées dans le bar durant les événements. * Dimanche 26 novembre à 14h : Marguerite Yourcenar, écologiste avant la lettre Depuis sa tendre jeunesse, Marguerite Yourcenar s’est préoccupée des « actes d’apprenti sorcier » de l’homme, à la fois à l’égard de la nature, des bêtes, des hommes. Elle a dénoncé, tout au long de son œuvre et par des messages à des personnalités de toutes espèces, la pollution de l’air, de l’eau, de la terre, le massacre des animaux, les méfaits du progrès et de la démographie galopante, de l’industrialisation, du pouvoir de la finance sur le politique, de notre civilisation du « gâchage ». * Dimanche 3 décembre à 14h : Marguerite Yourcenar et le sacre « Qui que ce soit qu’il soit » ou « Celui qui Est peut-être », Dieu, pour Marguerite Yourcenar ne se manifeste que dans la beauté de la nature, le vol d’oiseaux, un coucher de soleil particulier, le perce-neige qui transperce la couche glaciale. Refusant les dogmes de l’église catholique, elle voyait Dieu plutôt dans la forêt que dans l’église. * Dimanche 10 décembre à 14h : Marguerite Yourcenar et le bonheur Dans "Feux", on peut lire « Qu’il eût été fade d’être heureux ». Marguerite Yourcenar exclue du bonheur. Rencontres et déceptions. Le bonheur défini comme « sous-produit ». * Dimanche 17 décembre à 14h : « Les Coulisses d’une élection » (à l’Académie française) Que se passa-t-il avant et pendant l’élection de Marguerite Yourcenar comme première immortelle ? Comment a-t-elle réagi à cette opportunité ? Qui et pourquoi l’a-t-on élue à l’Académie française ? Les dessous et les coulisses d’une élection très médiatisée. ++ Licenciée en philosophie et lettres, Michèle Goslar suit une carrière dans l’enseignement. La mort de Marguerite Yourcenar la pousse à se consacrer à des recherches autobiographiques sur l’auteur de Feux. Elle accumule alors des documents qu’elle met à la disposition du public en créant en 1989, à Bruxelles, le Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar. Depuis la création du Cidmy, Michèle Goslar en assure la permanence et en organise les activités : colloques, expositions, spectacles, conférences, visites guidées, voyages, animations scolaires… Sa biographie de Marguerite Yourcenar est éditée en 1997 sous le titre : Yourcenar. Biographie. « Qu’il eût été fade d’être heureux » (rééditée, corrigée et augmentée en 2014). Le livre obtint le premier prix littéraire du Cercle Gaulois en 2000.
    Lieu
    Poème 2
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : 02-538.63.58
    Réservation : 02-538.63.58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • Hymne à l’imperfection

    17.11.2017  >  02.12.2017

    • Théâtre
    Il y a dans « hyper » quelque chose « de trop ». Enfant, Maky est diagnostiqué hyperkinétique. Pourtant, parler, Maky, c’est tout ce qui l’anime, c’est tout ce qu’il désire… Les mots sont chevillés en lui. Ils sont sa force, son art et il les célèbre dans un magnifique Hymne à l’imperfection que met en scène Manuel Antonio Pereira.

    Lire la suite

    Mathieu d’Angelo – connu dans le monde des musiques urbaines sous le nom de Maky – est un virtuose de l’improvisation. La parole est vrillée en lui, brute, spontanée, instinctive. Enfant, il est diagnostiqué hyperkinétique et les adultes l’empêchent de parler. Après un parcours scolaire chaotique, les mots lui servent d’atout comme vendeur de façon officielle le jour, et de façon illicite la nuit. Ces mots, il décide de les rendre utiles et de les adresser à tous les anonymes imparfaits. Antonio Manuel Pereira convainc Maky de monter sur scène et de théâtraliser son histoire. Avec le sound designer Fabot présent sur scène, il s’agit de trouver le juste équilibre entre les parties écrites du spectacle et les parties improvisées, entre la parole et la musique. Il y a du jazzman dans cet Hymne à l’imperfection, il y a plein d’humour, d’amour et de lucidité. Et s’il se décline sur le mode du « je », c’est bien à un « nous » qu’il s’adresse.
    Lieu
    Petit Varia
    Rue Gray, 154
    1050 Ixelles
    http://www.rideaudebruxelles.be/14-lieux/55-petit-varia
  • J’accuse

    21.11.2017  >  09.12.2017

    • Théâtre
    Portrait de cinq femmes au bord de l'implosion, frénétiquement entraînées dans une spirale sociale qui aspire tout. Un théâtre d'une force et d'une drôlerie inouïes. Une révélation venue du Québec.

    Lire la suite

    Il y a la Fille qui encaisse, vendeuse dans une boutique ; la Fille qui agresse, dirigeante d'une PME ; la Fille qui intègre, technicienne de surface ; la Fille qui adule, réceptionniste dans un bureau ; la Fille qui aime, écrivaine solitaire... Cinq figures d'aujourd'hui déterminées à repousser les limites imposées et à en découdre avec les idées reçues. Lors de sa création à Montréal, J'accuse d'Annick Lefebvre a résonné comme un coup de tonnerre. Pour cette version made in Belgium, la dramaturge québécoise aiguise son écriture incisive sur les pavés de nos villes. Elle ancre dans notre réalité ce portrait de femmes au bord de l'implosion, frénétiquement entraînées dans une spirale sociale qui emporte tout. Un théâtre d'une force et d'une drôlerie inouïes. Production Rideau de Bruxelles / Cie IN VIVO 5.12 / Atelier 210 / Théâtre de l'Ancre. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Direction du Théâtre / La Bellone / Passa Porta / BAMP (Brussels Art Melting Pot) / La Délégation générale du Québec à Bruxelles. ME 29.11 après spectacle Débat du bout du bar avec Annick Lefebvre (sous réserve), l’équipe du spectacle,…
    Lieu
    Rideau de Bruxelles@Atelier210
    Chaussée Saint-Pierre, 210
    1040 Etterbeek
    http://www.rideaudebruxelles.be/14-lieux/55-petit-varia
  • Jaccuse (Annick Lefebvre / Isabelle Jonniaux)

    21.11.2017  >  09.12.2017

    • Théâtre
    … que j'ai définitivement passé les bornes

    Lire la suite

    Il y a la Fille qui encaisse, vendeuse dans une boutique ; la Fille qui agresse, dirigeante d'une Pme ; la Fille qui intègre, technicienne de surface ; la Fille qui adule, réceptionniste dans un bureau ; la Fille qui aime, écrivaine solitaire... Cinq citoyennes d'aujourd'hui déterminées à repousser les limites imposées et à en découdre avec les idées reçues. Lors de sa création à Montréal, j'Accuse a résonné comme un coup de tonnerre. Pour cette version made in Belgium, Annick Lefèvre et Isabelle Jonniaux aiguisent cette écriture incisive sur les pavés de nos villes. Elles ancrent dans notre réalité ce portrait de femmes au bord de l'implosion, frénétiquement entraînées dans une spirale sociale qui emporte tout. Un théâtre d'une force et d'une drôlerie inouïes. Production Rideau de Bruxelles / Cie in Vivo 5.12 / Atelier 210 / Théâtre de l'Ancre. Avec l'aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Direction du Théâtre / La Bellone / Passa Porta / Bamp (Brussels Art Melting Pot) / La Délégation générale du Québec à Bruxelles.
    Lieu
    Atelier 210
    Chaussée Saint-Pierre, 210
    1040 Etterbeek
    Tél : 02-732.25.98
    info@atelier210.be
    http://www.atelier210.be
  • J’accuse

    21.11.2017  >  09.12.2017

    • Théâtre
    Portrait de cinq femmes au bord de l'implosion, frénétiquement entraînées dans une spirale sociale qui aspire tout. Un théâtre d'une force et d'une drôlerie inouïes. Une révélation venue du Québec.

    Lire la suite

    Il y a la Fille qui encaisse, vendeuse dans une boutique ; la Fille qui agresse, dirigeante d'une PME ; la Fille qui intègre, technicienne de surface ; la Fille qui adule, réceptionniste dans un bureau ; la Fille qui aime, écrivaine solitaire... Cinq figures d'aujourd'hui déterminées à repousser les limites imposées et à en découdre avec les idées reçues. Lors de sa création à Montréal, J'accuse d'Annick Lefebvre a résonné comme un coup de tonnerre. Pour cette version made in Belgium, la dramaturge québécoise aiguise son écriture incisive sur les pavés de nos villes. Elle ancre dans notre réalité ce portrait de femmes au bord de l'implosion, frénétiquement entraînées dans une spirale sociale qui emporte tout. Un théâtre d'une force et d'une drôlerie inouïes. Production Rideau de Bruxelles / Cie IN VIVO 5.12 / Atelier 210 / Théâtre de l'Ancre. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Direction du Théâtre / La Bellone / Passa Porta / BAMP (Brussels Art Melting Pot) / La Délégation générale du Québec à Bruxelles. ME 29.11 après spectacle Débat du bout du bar avec Annick Lefebvre (sous réserve), l’équipe du spectacle,…
    Lieu
    Rideau de Bruxelles@Atelier210
    Chaussée Saint-Pierre, 210
    1040 Etterbeek
    http://www.atelier210.be
  • J’abandonne une partie de moi que j’adapte

    21.11.2017  >  02.12.2017

    • Théâtre
    Profondément marqués par le film documentaire tourné par Edgar Morin et Jean Rouch en 1960, Chronique d’un été, première expérience française de cinéma-vérité, Justine Lequette et ses quatre comédiens en reprennent  les questions-clés, adressées à des passants, étudiants, ouvriers, employés, immigrés, dont l’entretien se prolongeait parfois dans un cadre plus intime. Ces questions, qui portent sur le bonheur, la vie, le travail, les utopies etc., ils se les posent aujourd’hui dans une société qui, cinquante-sept ans plus tard, est à la fois restée la même et a beaucoup changé. Mettant les deux époques en perspective, ils insistent, en se nourrissant aussi de séquences documentaires de Pierre Carles, d’extraits de pièces d’Alexandra Badea ainsi que d’écritures de plateau, sur la question du sens que nous donnons à nos vies, dans une esthétique inspirée du réel mais qui toujours développe un point de vue et une dimension ludique.   A LIRE Etes-vous heureux? - Bruzz, nov 2017 C'est quoi le bonheur ? - Le Mad, 21 juin 2017 Se réapproprier les possibles : discussion avec Justine Lequette - Karoo Dossier pédagogique du spectacle

    Lire la suite

    Profondément marqués par le film documentaire tourné par Edgar Morin et Jean Rouch en 1960, Chronique d’un été, première expérience française de cinéma-vérité, Justine Lequette et ses quatre comédiens en reprennent  les questions-clés, adressées à des passants, étudiants, ouvriers, employés, immigrés, dont l’entretien se prolongeait parfois dans un cadre plus intime. Ces questions, qui portent sur le bonheur, la vie, le travail, les utopies etc., ils se les posent aujourd’hui dans une société qui, cinquante-sept ans plus tard, est à la fois restée la même et a beaucoup changé. Mettant les deux époques en perspective, ils insistent, en se nourrissant aussi de séquences documentaires de Pierre Carles, d’extraits de pièces d’Alexandra Badea ainsi que d’écritures de plateau, sur la question du sens que nous donnons à nos vies, dans une esthétique inspirée du réel mais qui toujours développe un point de vue et une dimension ludique.   A LIRE Etes-vous heureux? - Bruzz, nov 2017 C'est quoi le bonheur ? - Le Mad, 21 juin 2017 Se réapproprier les possibles : discussion avec Justine Lequette - Karoo Dossier pédagogique du spectacle
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-203.53.03
    Réservation : 02-203.41.55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Sortez-moi de là (La Samaritaine)

    22.11.2017  >  09.12.2017

    • Théâtre

    Lire la suite

    Il y a des types sans histoires, et puis il y a Lucien ! Le spécialiste pour se mettre dans des situations plus compliquées les unes que les autres : tromperie, mensonges, alibis bancals… Lucien, un brave type qui reste un enfant dans sa tête et qui ne comprend pas la portée de ses actes. Mais aujourd’hui, malgré lui, il devra résoudre tout ce qu’il a perturbé. Si seulement il s’en souvenait… Un vaudeville moderne embrouillé comme on les aime. Ce spectacle est proposé par La Samaritaine
    Lieu
    TTO - Théâtre de la Toison d'Or
    Galerie de la Toison d'Or, 396
    1050 Ixelles
    Tél : 02-510.05.10
    Réservation : 02-510.05.10
    info@ttotheatre.be
    http://www.ttotheatre.be
  • Festival Filmer à tout prix 17

    23.11.2017  >  02.12.2017

    • Cinéma
    Filmer à tout prix Festival cinéma documentaire l 23 novembre - 02 décembre 2017 l 17e édition

    Lire la suite

    Le festival Filmer à tout prix est un lieu privilégié de rencontres et de débats autour d'un cinéma moderne et de création qui questionne notre monde. Ce rendez-vous incontournable du cinéma documentaire en Belgique sélectionne une série de films représentatifs de la multiplicité des langages cinématographiques. Vivante et sans concession, cette manifestation donne à voir des films belges et étrangers qui abordent les réalités du monde sous des formes et des écritures inventives et novatrices. -------------- 23 novembre - 20h00: soirée d'ouverture (Flagey) 24 novembre - 2 décembre : compétitions, séances spéciales, workshops,performances, masterclass (Cinema Aventure - Cinema Nova - Cinematek) 2 décembre - 19h00: Cérémonie de clôture et remise des prix (Cinéma Aventure) 21h00: Performance (Cinéma Nova)
    Lieu
    Cinéma Aventure
    Rue des Fripiers, 57
    1000 Bruxelles
    http://www.cinema-aventure.be/index.php?cinema=tickets