Evénements du 4 octobre 2017

  • Macbeth

    01.09.2017  >  14.10.2017

    • Théâtre
    Entre raison et folie, plus il se démènera pour se libérer, plus les liens se resserreront. À travers ce récit magique et tragique, Shakespeare nous plonge dans un bas Moyen Âge très violent qui tend un miroir à notre siècle.

    Lire la suite

    Poussé par l’ambition dévorante de sa femme et par la prophétie des trois sorcières, Macbeth, chef des armées, orchestre massacres et assassinats pour se hisser sur le trône d’Ecosse, mettant ainsi en marche le mécanisme shakespearien qui signe à la fois la gloire et la perte des puissants : il montera sur le trône mais se fera prendre dans la toile ; de son avidité, ses cauchemars, ses trahisons. Entre raison et folie, plus il se démènera pour se libérer, plus les liens se resserreront. À travers ce récit magique et tragique, Shakespeare nous plonge dans un bas Moyen Âge très violent qui tend un miroir à notre siècle. Dans cette nouvelle adaptation, la tragédie se joue dans un huis clos feutré, dangereux, morbide et sensuel. Le château se fait hôtel et la tour ascenseur. La peur transpire du verbe, la violence suinte des corps et l’ambition reste inassouvie… Shakespeare, une fois encore, dévoile les forces obscures et la nature violemment compulsive des humains confrontés aux illusions corruptrices de l’avoir, du savoir et du pouvoir. Une claustration cotonneuse aux effluves sataniques à l’instar d’un « Rosemary’s Baby » qui n’empêchera pas le rire. Ce sera drôle parce que concocté dans le chaudron de nos pires noirceurs. Alors rire, ça libère. Shakespeare, éternellement. UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC, DU THÉÂTRE DE L’ORANGERIE ET DE LA NEW HELVETIC SHAKESPEARE COMPANY. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL BELGE. Photo © Saskia Vanderstichele.
    Lieu
    Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 0800-944.44
    Réservation : 0800-944.44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Serge Dehaes

    07.09.2017  >  05.10.2017

    • Exposition

    Lire la suite

    « Si on me demandait qui sont Floyd Huddleston et Al Rinker, je ne pourrais répondre que par un grand silence ! C’est pourtant sur leur musique que j’assiste à mon premier concert de jazz. Je ferme les yeux et je suis sur les toits de Paris. A travers la lucarne, Thomas O’Malley accompagné de Duchesse, Marie, Toulouse et Berlioz me font découvrir Scat Cat et son cat-band interprétant sous le crayon de Walt Disney « Tout le monde veut devenir un cat ». Lucien Malson a écrit : Le jazz offre le plaisir d’un art pensé dans le maintenant, négligeant le contrôle de la réflexion, et où nulle correction, nulle révision, nul amendement ne sont possibles. C’est le moteur de mon approche graphique ». Serge Dehaes Graphiste de formation, Serge Dehaes enseigne la communication visuelle à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Après un passage par la pub comme art director, il s’installe comme illustrateur free-lance. Il touche aux livres scolaires, à la littérature jeunesse, est le coloriste de Philippe Geluck depuis 1990. Egalement dessinateur de presse et de BD, il a publié deux « art & sketch » et se lance en 2017 dans l’auto-édition avec « Dessine-moi un lapin », recueil de dessins libres et « Blue Note », recueil retraçant 10 ans de dessins sur le jazz qu’il dédicacera lors du vernissage.
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : 02-639.09.80
    Réservation : 02-639.09.82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com
  • Botala Mindele

    12.09.2017  >  14.10.2017

    • Théâtre
    Après Occident, Frédéric Dussenne revient à l’écriture impitoyable de Rémi De Vos qui nous livre un huis clos tropical cauchemardesque sur fond de néo-colonialisme en pleine débandade. Derrière cette farce aux dialogues cinglants, il y a le désarroi de l’homme blanc face à cette Afrique qui n’a plus besoin de lui, représentée ici par la sensualité électrique des deux jeunes domestiques.

    Lire la suite

    C’est le soir. Il pleut. À Bruxelles ? Non, à Kinshasa. Ruben et Mathilde ont invité Daniel et Corine à dîner. Ruben fait des affaires avec le gouvernement congolais. Daniel a un projet qui concerne le caoutchouc. Il espère que Ruben pourra le mettre en rapport avec le ministre compétent. Après Occident, Frédéric Dussenne revient à l’écriture impitoyable de Rémi De Vos qui nous livre un huis clos tropical cauchemardesque sur fond de néo-colonialisme en pleine débandade. Derrière cette farce aux dialogues cinglants, il y a le désarroi de l’homme blanc face à cette Afrique qui n’a plus besoin de lui, représentée ici par la sensualité électrique des deux jeunes domestiques. Production Rideau de Bruxelles / L’acteur et l’écrit - Compagnie Frédéric Dussenne / Théâtre de Poche / Atelier Théâtre Jean Vilar (LLN) / Théâtre des Célestins (Lyon, France) / Théâtre de Liège. Avec le soutien du Théâtre des Osses (Fribourg, Suisse). Rencontres JE 21 septembre et JE 05 octobre - après le spectacle. Avec Rémi De Vos et l'équipe du spectacle.
    Lieu
    Rideau de Bruxelles @ Théâtre de Poche
    Cemin du Gymnase, 1A
    1000 Bruxelles
    http://www.theatremarni.com
  • Les espaces verts aux alentours du Jardin botanique (1820-1870)

    18.09.2017  >  13.10.2017

    • Exposition
    Une trentaine d'oeuvres de la collection racontent l'histoire fascinante de cette espace vert au cœur de la ville.

    Lire la suite

    Avant 1820, l'environnement autour du port de Schaerbeek était rural et pittoresque comme en témoignent les lithographies et une remarquable peinture de A. Boens. L'implantation du Jardin botanique (1826-1829), un exemple précoce de l'urbanisation qui caractérise Bruxelles au 19e siècle, modifie le quartier en profondeur. Ce qui commence le 26 mai 1826 par la fondation de la Société Royale d'Horticulture, une initiative privée au but scientifique, se matérialise en 1829 par l'implantation d'un jardin botanique de plus de 6 hectares de surface. Visites guidées - un guide vous révélera cette histoire truffée d'anecdotes : - pour les visiteurs individuels (5€ pp): mardi 19.09.2017 à 14h mardi 10.10.2017 à 14h - pour les groupes d’adultes : 02 / 220.28.19 ou info@charliermuseum.be
    Lieu
    Musée Charlier
    Avenue des Arts
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : + 32 (0)2 220 26 91
    info@charliermuseum.be
    http://www.charliermuseum.be
  • Rhinocéros

    19.09.2017  >  07.10.2017

    • Théâtre
    Les habitants d’une ville sont confrontés à l’apparition de rhinocéros. Que faire, comment réagir ? Ils se transforment tous, petit à petit, en rhinocéros. Métaphore cinglante de la montée des totalitarismes, la pièce reste en résonance toujours bouleversante des temps que nous traversons.

    Lire la suite

    FARCE CORNUE Les habitants d’une ville sont confrontés à l’apparition de rhinocéros. Que faire, comment réagir ? Ils se transforment tous, petit à petit, en rhinocéros. Métaphore cinglante de la montée des totalitarismes, la pièce reste en résonance toujours bouleversante des temps que nous traversons. Tout commence donc comme un rêve, le rêve de Bérenger. Il regarde son monde et ses bizarreries avec une certaine distance. Une femme possède un chat, qui meurt, puis la femme devient ce chat. Tout est permis dans les rêves, notre imagination n’a plus de limites. « Je préfère à l’expression absurde celle d’insolite » nous dit Ionesco. Dans ce rêve raconté, la chorégraphie des rhinocéros est violente, agressive : gum-boots, body-clapping, peinture corporelle. Ces mouvements, ces couleurs et ces sons d’ensemble nous racontent « cette nature qui a ses lois », comme le dit Jean, avant de devenir rhinocéros. « La morale est antinaturelle » ajoute-t-il en braillant. Il veut remplacer la loi morale par la loi de la jungle. Bérenger lui répond : « Ré échissez, voyons, vous vous rendez compte que nous avons une philosophie que ces animaux n’ont pas, un système de valeurs irremplaçable. » Cette opposition nature/culture est constante dans la pièce. « Nous sommes des individus, pas des masses », nous rappelle Ionesco. Christine DELMOTTE
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Europeana

    20.09.2017  >  07.10.2017

    • Théâtre
    Les Américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de vrais gaillards, ils mesuraient en moyenne 1m73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre le crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres. Je ne peux plus m’arrêter, je lis comme on court. J’ai l’impression d’être montée dans une auto tamponneuse, et c’est parti pour une folle course à travers le vingtième siècle !

    Lire la suite

    « Lis ça, ça devrait te plaire », me dit un ami. Je suis intriguée par le début : Les Américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de vrais gaillards, ils mesuraient en moyenne 1m73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre le crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres. Je ne peux plus m’arrêter, je lis comme on court. J’ai l’impression d’être montée dans une auto tamponneuse, et c’est parti pour une folle course à travers le vingtième siècle ! Tout y passe : biologie, astronomie, sociologie, philosophie, linguistique... sans parler des résumés de toutes les théories qui se sont succédées, censées apporter un mieux à l’humanité, et qui se sont révélées désastreuses. Le résultat est cocasse, étourdissant, grinçant. Abasourdie, je demande à mon ami « Qui t’a donné ce livre ? ». « Anne- Marie Loop », me répond-il. Dès cet instant, j’ai eu sa voix dans l’oreille. J’ai trouvé que ce texte lui allait bien. Comme un gant, comme une robe, comme un costume de théâtre. L’écriture, le thème, trouvaient un écho chez la femme engagée qu’elle est. J’ai partagé mon sentiment, évoqué la possibilité que nous portions à deux ce texte à la scène. Son enthousiasme m’a convaincu. Anne-Marie Loop est devenue Europeana. L’Europe, c’est elle. C’est son regard de femme, de femme de ce siècle, qui nous emporte durant le voyage qu’elle nous invite à faire à travers un XXe à la fois désolé et passionnant. Elle nous guide et nous mène, elle se joue de nous, aussi. Ménageant ses surprises, elle nous entraîne dans une balade cynique et savoureuse. Virginie THIRION
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-223.32.08
    Réservation : 02 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Le Misanthrope (Hors-Les-Murs)

    27.09.2017  >  14.10.2017

    • Théâtre
    Une création de l’Infini Théâtre coproduite par l’Atelier Théâtre Jean Vilar. Réalisée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Loterie Nationale, de la Cocof et de l’Atelier 210.

    Lire la suite

    Au XVIIème siècle, les salons rassemblaient les coquets, les frivoles, les opportunistes et les arrivistes, mais aussi des artistes, tous gourmands d’existence et de reconnaissance sociales. Au XXIème siècle, le mondain possède un compte Twitter, le hipster poste des photos sur Instagram, et la coquette tient salon sur son blog ou sur Facebook, Flickr, Tumblr… Pour ce Misanthrope, l’Infini Théâtre fait entendre avec subtilité le texte original de Molière (quel plaisir !) ancré dans notre réalité actuelle. La superficialité des salons précieux de l’époque ne se retrouve-t-elle pas aujourd’hui dans la virtualité des réseaux sociaux ? Alceste voudrait voir Célimène, lui parler, capter son attention, connaître ses sentiments. Mais comment contourner sa futilité ? Et surtout, comment la sous- traire, ne fût-ce qu’un instant, à la société virtuelle dont elle s’est faite reine à travers les écrans ? Accro aux réseaux sociaux, elle veut être admirée, recherchée, « likée »… à tout prix.
    Lieu
    StudioThor
    Rue Saint-Josse, 49
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Le Misanthrope

    27.09.2017  >  14.10.2017

    • Théâtre
    L'Infini théâtre met son savoir-faire au service du texte de Molière, et transpose les « salons précieux » en « salons internet », la fièvre mondaine du paraître, en celle de l'apparaître, le « bel esprit » en «chronique » piquante. Nous comprendrons si bien aujourd'hui l'inquiétude de Molière face à une société qui s'expose et trahit.

    Lire la suite

    « L'affaire de la comédie est de montrer tous les défauts des hommes et principalement les hommes de notre siècle » (Molière) Pauvre Alceste, de quel monde sommes-nous complices ? Tu dénonces l'hypocrisie et le culte de l'apparence, ne voyant partout « qu'imposture, intérêt, trahison, fourberie ». Tu revendiques simplement un idéal de droiture réclamant loyauté, honnêteté et transparence des cœurs ! Cette rectitude pousse ta franchise jusqu'à la brutalité. Antipathique, mais comique, tu te fais des ennemis, multiplies les procès et t'enfermes à jamais dans le redoutable rôle du Misanthrope. Mais cela ne suffit pas encore à ta détresse ! Tu as aussi la faiblesse d'être épris d'une jeune femme, particulièrement douée pour les manœuvres de séduction et de toute évidence « appareillée », elle, à la réussite sociale. Un modèle de mondanité qui rassemble autour d'elle un essaim de courtisans qui l'adulent. Reine du bel esprit, elle s'affirme brillante, libre et indépendante mais aliénée au profil de la coquette ! Elle a pourtant bien dit qu'elle t'aimait mais, tragique, tu veux plus, tu veux tout ! Une partition magnifique que ce Misanthrope, qui remue à l'endroit de la justice, de l'authenticité et de la société. Un texte où l'hypocrisie joute avec les valeurs morales et où l'indécence ne recule devant rien pour se rapprocher du pouvoir.  Transposons les « salons précieux » en « salons internet », la fièvre mondaine du paraître, en celle de l'apparaître, le « bel esprit » en «chronique » piquante et nous comprendrons si bien aujourd'hui, l'inquiétude de Molière face à une société qui s'expose et trahit.
    Lieu
    StudioThor
    Rue Saint-Josse, 49
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Charleroi Danse - Biennale 2017

    27.09.2017  >  14.10.2017

    • Festival

    Lire la suite

    Construite sur un principe d’ouverture et faisant résonner les couleurs d’une nouvelle identité visuelle résolument dynamique, la Biennale 17 inaugurera la saison de Charleroi danse. Elle marquera le premier signal du changement souhaité par Annie Bozzini, directrice du Centre chorégraphique Wallonie-Bruxelles depuis janvier 2017, qui s’est donnée pour objectifs premiers le soutien aux artistes, une approche de la danse contemporaine sous ses imaginaires les plus larges ainsi que le renforcement de la relation de Charleroi danse avec ses publics. En plaçant les artistes au coeur de son projet – artistes installés en Wallonie et à Bruxelles comme Louise Vanneste et la chorégraphe belgo-argentine Ayelen Parolin avec lesquelles s’engage déjà un compagnonnage artistique et de production de trois années, mais aussi artistes d’ailleurs, artistes confirmés ou artistes de la génération montante – Charleroi danse défendra une danse à l’image de l’époque contemporaine, riche de diversité et d’horizons, et soucieuse de recréer du lien entre les individus pour mieux pouvoir reparler de la notion de collectif. Durant trois semaines, aux Écuries à Charleroi et à La Raffinerie à Bruxelles, les deux sites de Charleroi danse accueilleront de nombreuses créations et offriront une photographie de la danse internationale actuelle.
    Lieu
    La Raffinerie / Charleroi Danses
    Rue de Manchester, 21
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : 071 20 56 40
    Réservation : 071 20 56 40
    ticket@charleroi-danses.be
    http://www.charleroi-danses.be
  • Para

    28.09.2017  >  06.10.2017

    • Théâtre

    Lire la suite

    « Dans un tonneau vide, on peut mettre beaucoup. » (David Van Reybrouck) Neuf ans après Missie/Mission, leur spectacle au succès retentissant, l’auteur David Van Reybrouck, le comédien et créateur de théâtre Bruno Vanden Broecke et le metteur en scène Raven Ruëll unissent à nouveau leurs forces pour la création d’une nouvelle production pour le KVS, Para. Après le père missionnaire de Missie/Mission, David Van Reybrouck donne cette fois la parole à un militaire. Pour ce monologue, il s’est plongé dans un chapitre oublié de l’histoire récente : l’intervention militaire belge de grande envergure en Somalie en 1992-1993. Au cours des deux dernières années, Van Reybrouck a passé au crible des archives et des publications et a interviewé des paracommandos, aussi bien des officiers que de simples soldats – qui ont participé à cette opération. Para n’est ni un réquisitoire ni une ode, mais une analyse de la tragédie complexe des « opérations internationales de pacification ». Un récit d’idéalisme et d’impuissance, d’objectifs nobles et pratiques sordides. Ce spectacle sera joué en néerlandais et ne sera exceptionnellement pas surtitré.   DANS LA PRESSE 02.12.2016 - La Libre - Après le triomphe de Missie, voici Para.
    Lieu
    KVS_Bol
    Rue de Laeken, 146
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-210.11.12
    Réservation : 02-210.11.12
    tickets@kvs.be
    http://www.kvs.be