Evénements du 26 juin 2017

  • Les Mains libres

    14.06.2017  >  11.07.2017

    • Cinéma
    Jérôme Laffont a conçu ce film sur l’œuvre et la personnalité de Frans Masereel sous forme d’une correspondance imaginaire entre le cinéaste et le graveur.

    Lire la suite

    Jérôme Laffont a conçu ce film sur l’œuvre et la personnalité de Frans Masereel sous forme d’une correspondance imaginaire entre le cinéaste et le graveur. Un documentaire de création, reflétant le talent, le style, mais aussi le destin international du grand artiste belge. Flagey, Cinematek BE - 2017 - documentaire - 77' - STT DUT 14.06 - 19:30 > en présence du réalisateur http://www.cinematek.be/
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix, 1
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Nos Patriotes

    14.06.2017  >  27.06.2017

    • Cinéma

    Lire la suite

  • The Promise

    14.06.2017  >  11.07.2017

    • Cinéma

    Lire la suite

  • All Eyez On Me

    14.06.2017  >  04.07.2017

    • Cinéma

    Lire la suite

  • Their Finest

    14.06.2017  >  11.07.2017

    • Cinéma

    Lire la suite

  • Je danserai si je veux

    15.06.2017  >  11.07.2017

    • Cinéma

    Lire la suite

  • Le S de l’Ange

    15.06.2017  >  29.07.2017

    • Exposition
    Le S de l’ange est une création pluridisciplinaire mêlant les arts visuels, plastiques, chorégraphiques et sonores. La Bellone n’accueille qu’une partie de cette création, la matière vidéo, qui sera en conséquence adaptée pour la galerie. 'S' comme Saut, Sourire, Sensualité, Sentiment, Souffle, Solitude, Suspension...

    Lire la suite

    Le S de l’ange est une création pluridisciplinaire mêlant les arts visuels, plastiques, chorégraphiques et sonores. La Bellone n’accueille qu’une partie de cette création, la matière vidéo, qui sera en conséquence adaptée pour la galerie. 'S' comme Saut, Sourire, Sensualité, Sentiment, Souffle, Solitude, Suspension... Un projet qui interroge la vie comme une folie en soi. La vie d’aujourd’hui, la vie d’hier, la vie rêvée ou encore le mystérieux passage de la vie à la mort, ou de la mort à la vie. Quand les archives de Vaslav Nijinsky (1889-1950), danseur et chorégraphe des Ballets Russes au début du XXème siècle, dialoguent aujourd’hui avec 50 participants de 3 à 82 ans… Après une carrière courte avant-gardiste, Nijinsky sombre dans une folie, atteint de schizophrénie. La veille de son internement, il écrit un journal (1918-1919) qui témoigne de son sentiment d’universalité qu’il semblait avoir, et de son désir d’être compris par le plus grand nombre. Les images présentées se feront en partie l’écho de la rencontre avec les participants, dans leur expérience du rebond. Une sorte de vertige envahit l’espace et résonne avec des citations de Nijinsky qui dépeint un monde en perte de repère, avec l’espoir de voir scintiller ses étoiles… Hors de ce monde point de lumière, c’est pourquoi j’ai l’effroi de son au-delà. Dans mon besoin vital de jouir de la clarté, de voir scintiller mes étoiles, si l’une d’elles cesse de briller, c’est pour moi signe de mort. Nijinsky Avec par ordre alphabétique: Emma Alvarez, Céline Baijot, Timothée Baminla Lambony, Anette Baussart, Norma Berardi, Danielle Blanjean, Georges Bourdon, Lucia Brams, Pierre Brunein, Laïa Champagne Dominguez, Maïra Champagne Dominguez, Maria Eugenia Champagne Dominguez, Alessandra Chillardon, Ana Chillardon, Yota Dafniotou, Alba Dekens, Gregory Dekens, Anne D’Hond, Abderrahim El Mejriti, Denise Engels, Jean-Maurice Gillieaux, Daniela Ginevro, Frédéric Goeminne, Mia Goeminne, Ismaël Hamma, Yélina Hamma, Alizé Honoré, Noa Joachim, Isabelle Lahaye, Eric Lamiroy, Karin Lemaire, Agnès Lohest, David Loos, Tom Loos, Suzy Loos, Noah Mathé, Prospère Mbuka, Alba Noisette, Clovis Noisette, Nicolas Noisette, Florence Onckelink, Noémie Roche, Yohan Struyf, Zakari Sylla, Zoé Tabourdiot, Lena Terrando, Evelyne Wilwerth. Equipe artistique: Conception : Mathilde Laroque (artiste chorégraphique et médiatrice culturelle) En collaboration avec, par ordre alphabétique : Corrado Abate (plasticien), Ondine Delaunois (régisseuse lumière et plateau), Raymond Delepierre (artiste sonore), Samuel Dronet (styliste), Gabriella Koutchoumova (regard chorégraphique), Jean-François Le jeune (ingénieur du son), Camille Louis (regard dramaturgique), Sébastien Monnoye (artiste multimédia), Elen Sylla (artiste visuelle). Production / partenaires: Production de made with heART asbl, soutenue par le BIJ (Artichok), la COCOF (service de la danse et des arts plastiques), la Ville de Bruxelles (Echevinat de la culture), le Ministère de la culture de la FWB (service pluridisciplinaire). En partenariat avec La Bellone, le Centre culturel Jacques Franck, le Théâtre Océan Nord, la Maison de la création de Laeken, le CDWEJ, le Centre culturel de Namur, la maison des cultures de Saint-Gilles, le Centre psychiatrique de Münsingen (Suisse).
    Lieu
    Maison du Spectacle - la Bellone
    Rue de Flandre, 46
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 25133333
    infos@bellone.be
    http://www.bellone.be
  • EXPO Jane Graverol. Le surréalisme au féminin

    16.06.2017  >  23.07.2017

    • Exposition

    Lire la suite

    Jane Graverol (Ixelles, 1905 - Fontainebleau, 1984) L'oeuvre et la vie de Jane Graverol sont étroitement liés à l'essor du surréalisme après 1945. l'artiste côtoie René Magritte qu'elle rencontre en 1949 ; elle est proche d'écrivains comme Marcel Lecomte, Paul Nougé ou Louis Scutenaire, qui sont ses premiers commentateurs. Avec Marcel Mariën, elle anime la revue Les Lèvres nues, et, avec André Blavier, à Verviers, elle s'occupe du groupe et de la revue Temps mêlés. En ouvrant ses tableaux sur le rêve, Jane Graverol privilégie une approche onirique du surréalisme là où Magritte, avec qui elle partage un goût pour une facture lisse, donnait à ses tableaux une charge conceptuelle visant à bousculer les habitudes mentales. On aurait tort toutefois de réduire Jane Graverol à ce versant féminin du surréalisme belge qu'elle incarne pourtant. Fille du peintre symboliste Alexandre Graverol, elle a été formée à la peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, notamment par Jean Delville et Constant Montald. Jane Graverol est active comme artiste dès le milieu des années 1920 et durant les années 1930, c'est-à-dire avant de rencontrer les surréalistes. On lui doit des portraits, des autoportraits également, qu'elle peint dans une tradition portant la marque du symbolisme. Plus tard, dans les années 1960 et 1970, alors que le surréalisme s'essouffle, elle oriente son art vers des collages abordant des thématiques sociales, comme la violence et la guerre. Dans le même temps, elle multiplie les tableaux tournés vers le monde animal, le monde végétal et l'infiniment petit qu'elle met en scène dans des compositions marquées par un sentiment d'inquiétante étrangeté. L'exposition présente un vaste ensemble d’œuvres issues de collections privées et donne un large aperçu des différents jalons du parcours artistique de cette figure majeure du surréalisme belge.
    Lieu
    Centre d'Art de Rouge-Cloître
    Rue du Rouge-Cloître, 4
    1160 Auderghem
    Tél : + 32 2 660 55 97
    info@rouge-cloitre.be
    http://www.rouge-cloitre.be
  • Art Déco et Modernisme à Uccle

    18.06.2017  >  15.10.2017

    • Visites Guidées

    Lire la suite

    Aux portes de la ville, l’ancien village d’Uccle va devenir, dans l’entre-deux-guerres, un lieu de résidence particulièrement prisé par les Bruxellois. Une expansion rapide confère à certains de ses quartiers une grande homogénéité de style, entre Art Déco et Modernisme. Cette visite guidée illustre bien les différentes tendances de l’architecture de cette période ainsi que la valeur décorative de certaines de ses façades.
    Lieu
    Arau - Atelier de Recherche et d'Action Urbaine
    Boulevard Adolphe Max, 55//
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-219.33.45
    Réservation : 02-219.33.45
    info@arau.org
    http://www.arau.org
  • Art Déco et Modernisme à Uccle

    18.06.2017  >  15.10.2017

    • Visites Guidées
    Aux portes de la ville, l’ancien village d’Uccle va devenir, dans l’entre-deux-guerres, un lieu de résidence particulièrement prisé par les Bruxellois. 

    Lire la suite

    Aux portes de la ville, l’ancien village d’Uccle va devenir, dans l’entre-deux-guerres, un lieu de résidence particulièrement prisé par les Bruxellois. Une expansion rapide confère à certains de ses quartiers une grande homogénéité de style, entre Art Déco et Modernisme. Cette visite guidée illustre bien les différentes tendances de l’architecture de cette période ainsi que la valeur décorative de certaines de ses façades.
    Lieu
    Angle de l'avenue de l'Echevinage et de l'avenue de Fré
    Angle de l'avenue de l'Echevinage et de l'avenue de Fré
    1180 Uccle
    http://www.arau.org